BRÈVE Motifs économiques de Licenciement

5.000 postes supprimés chez Air France ?


Par Rédaction Juritravail - Modifié le 20-06-2012

Air France annoncera la semaine prochaine le nombre exact de salariés qui sont considérés en sureffectif et les mesures qui seront prises. Le chiffre de 5.000 postes supprimés d’ici 2015 est avancé par la CFE-CGC, qui voudrait un plan sans départs contraints et qui garantirait l’emploi de ceux qui ne sont pas volontaires au départ. 

Air France annoncera la semaine prochaine le nombre exact de salariés qui sont considérés en sureffectif et les mesures qui seront prises. Le chiffre de 5.000 postes supprimés d’ici 2015 est avancé par la CFE-CGC, qui voudrait un plan sans départs contraints et qui garantirait l’emploi de ceux qui ne sont pas volontaires au départ.
 

Ronald Noirot, délégué CFE-CGC estime en effet que 5.000 postes environ pourraient être supprimés. Le 21 juin, le comité central d’entreprise se réunira et prendra une décision. Le nombre de 5.000 postes représente un total de 10 % du nombre de salariés actuellement employés par Air France, qui emploie 53.000 personnes (sans ses filiales).
 

Le nombre de départs naturels est estimé à environ 800 par an. S’ils n’étaient pas remplacés, cela aboutirait à 2.400 postes supprimés en 3 ans. Un plan de départs volontaires pourrait être mis en place pour les 2.500 postes restants. Ce plan viserait essentiellement le personnel au sol. Ronald Noirot craint des licenciements si le nombre de volontaires requis n’est pas atteint.
 

Air France a un objectif de 2 milliards de réduction de coûts d’ici à 2015. Les accords collectifs concernant les rémunérations, les évolutions de carrière, l’organisation du travail et les temps de repos sont en cours de renégociation. La compagnie vient également de lancer un appel à ses pilotes de ligne qui seraient volontaires pour aller travailler en Chine, afin de résorber le sureffectif.
 

Pensez-vous que la suppression de 5.000 postes permettrait à Air France de réduire suffisamment ses coûts ?

« Info Plus » Plan de départs volontaires :
 

Même si seuls des départs volontaires sont envisagés, l’employeur est tenu d’élaborer un Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) (Arrêt de la Chambre sociale de la Cour de cassation du 22 février 1995, n° de pourvoi 92-11566). Cela fait partie des mesures autres que les licenciements qui peuvent être prévues par un PSE, selon l’article L. 1233-62 du Code du travail.
 

Si un poste se libère après le départ volontaire d’un salarié, tout salarié ayant accepté un départ volontaire négocié avec son employeur bénéficie de la priorité de réembauchage prévue par l'article L. 1233-45 du Code du travail (Arrêt de la Chambre sociale de la Cour de cassation du 13 septembre 2005, n° de pourvoi 04-40135).

Par Juritravail

Source : Le Parisien, le 13 juin 2012

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.

loader Juritravail