Accueil » Droit du Travail Salarié » Conflits & Relations de Travail » Prud'hommes : comment agir efficacement ? » Actualités

Article avocat Prud'hommes : comment agir efficacement ?

Violation du droit à un tribunal impartial par le Conseil de Prud’hommes de Nevers : un salarié ne peut pas être jugé par l’ (ancien) expert-comptable de son employeur

Par , Avocat - Modifié le 05-07-2019

Succès judiciaire : un avocat (Maître Eric ROCHEBLAVE) parvient à faire reconnaître la violation du droit à un tribunal impartial par le Conseil de prud’hommes de Nevers ; un salarié ne peut pas être jugé par l’expert-comptable de son employeur.

« L’association A ne conteste pas que Monsieur P, expert-comptable de l’association au sein du cabinet C jusqu’à sa radiation de l’ordre des experts-comptables de Bourgogne à compter du 30 septembre 2014, s’est trouvé, en qualité d’assesseur conseiller employeur, dans la composition du bureau de jugement du Conseil de prud’hommes de Nevers ayant rendu la décision du 6 mars 2017 aujourd’hui contestée.

Or, en application des dispositions de l’article 6-1 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement, publiquement et dans un délai raisonnable, par un tribunal indépendant et impartial.

Le Conseil de prud’hommes de Nevers a violé ces dispositions et manqué à l’obligation d’impartialité qui pesait sur lui puisqu’il a statué alors que l’un des conseillers prud’homaux siégeant à l’audience au cours de laquelle l’affaire était évoquée et plaidée, puis participant au délibéré, avait été l’expert-comptable de la partie défenderesse pendant la majeure partie de l’exécution du contrat de travail de la salariée, partie demanderesse. En effet, le lien contractuel existant entre le cabinet C dont Monsieur P était membre, étant précisé qu’il attestait lui-même des comptes de l’association A sur la période considérée, était de nature à faire naître un doute objectif et légitime sur l’impartialité de la formation de jugement, qui aurait pu être écarté si ledit conseiller s’était abstenu.

Il convient dès lors de recevoir la salariée en sa demande et d’annuler le jugement rendu par le Conseil de prud’hommes de Nevers le 6 mars 2017 ainsi que l’ensemble de la procédure subséquente puis de constater que la Cour, une fois cette annulation prononcée, demeure saisie du litige au fond par l’effet dévolutif de l’appel, conformément aux dispositions de l’article 562 alinéa 2 du code de procédure civile. »

 

Éric ROCHEBLAVE
Avocat au Barreau de Montpellier
Spécialiste en Droit du Travail et Droit de la Sécurité Sociale
http://www.rocheblave.com

Consultations par téléphone
http://www.rocheblave.fr

L’Actualité du Droit du Travail
et du Droit de la Sécurité Sociale
http://www.droit-du-travail.org

 

Sources : 

Cour d’appel de Bourges 14 juin 2019 N° RG 17/00414

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Recevez chaque semaine l'essentiel de l'actualité du droit du travail

Maître Eric ROCHEBLAVE

Maître Eric ROCHEBLAVE

Avocat au Barreau de MONTPELLIER

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT
  • - Droit de la Protection Sociale

Me contacter

Publicité



30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés