Accueil » Droit du Travail Salarié » Licenciement & Rupture conventionnelle » Rupture conventionnelle CDI : bien négocier votre départ amiable » Actualités

Actualité Rupture conventionnelle CDI : bien négocier votre départ amiable

5 astuces pour quitter son emploi et toucher le chômage

Par , Juriste rédacteur web - Modifié le 06-08-2019

5 astuces pour quitter son emploi et toucher le chômage

Vous envisagez de quitter votre emploi en 2019 pour monter votre boîte et rêvez de devenir votre propre patron ? Vous voulez donner un nouveau souffle à votre carrière professionnelle ? Démissionner serait la solution la plus rapide pour vous de tourner la page mais vous ne pouvez sans doute pas vous permettre d'être privé de ressources financières. Il existe des alternatives à la démission. Comment rompre son contrat de travail et toucher le chômage ?

Démissionner de son travail

En principe, seuls les salariés involontairement privés d'emploi peuvent prétendre au chômage (1), à moins que leur démission du CDI ne soit considérée comme un cas de démission légitime.

📌 Exemple :

Vous démissionnez pour suivre votre conjoint qui change de lieu de résidence pour exercer un nouvel emploi.

Pour les autres salariés qui démissionnent, ils ne peuvent pas prétendre aux allocations chômage, dès lors qu'ils ne sont pas involontairement privés d'emploi.

Même si depuis le 1er janvier 2019, le Code du travail prévoit la possibilité pour les salariés démissionnaires de toucher le chômage lorsqu'ils satisfont à des conditions d'activité antérieure spécifiques et poursuivent un projet de reconversion professionnelle nécessitant le suivi d'une formation ou un projet de création ou de reprise d'une entreprise, en pratique, ce dispositif n'est pas encore applicable.

💡 À retenir :

Deux décrets précisant les conditions d'application sont parus le 28 juillet 2019 (2). Ils prévoient, outre le projet de reconversion, une ancienneté minimale de 5 ans dans l'entreprise. Ils prévoient également une entrée en application à partir du 1er novembre 2019. Par conséquent, ne vous précipitez pas pour démissionner, ce système n'étant, pour l'heure, pas encore applicable.

D'autres modes de rupture, moins risqués, vous permettent de quitter votre emploi tout en touchant le chômage.

Signer une rupture conventionnelle

Vous pouvez proposer à votre employeur de mettre un terme à la relation contractuelle qui vous lie en CDI, d'un commun accord (3).

Signer une rupture conventionnelle vous permet de bénéficier des allocations chômage dès la fin du contrat de travail à durée indéterminée, avec application d'un délai de carence, d'un différé d'indemnisation congés payés et d'un différé d'indemnisation spécifique.

Toutefois, vous ne pouvez pas imposer à votre employeur la signature d'une rupture conventionnelle.

Vous allez donc devoir faire preuve de persuasion. Voici tous nos conseils pour négocier votre rupture conventionnelle.

📰 Rupture conventionnelle : 4 conseils pour bien négocier

Vous avez besoin d'un accompagnement plus complet pour négocier une rupture conventionnelle avec votre employeur ? Notre dossier vous donne toutes les clés nécessaires pour convaincre votre employeur d'accepter votre demande.

Rompre le contrat aux torts de l'employeur

Lorsque votre employeur commet des manquements graves à ses obligations contractuelles et que malgré vos sollicitations, il ne prend aucune mesure pour que la situation s'améliore, vous pouvez rompre votre contrat de travail aux torts de celui-ci.

La rupture du contrat de travail aux torts de l'employeur est possible notamment dans les cas suivants :

  • en cas de manquement ou de discrimination commis par votre employeur ;
  • en cas de non-paiement du salaire ou paiement non conforme (prime oubliée, non-respect du salaire minimum prévu par la convention collective...) ;
  • en cas de modification de votre contrat de travail sans votre autorisation.

Pour rompre votre contrat de travail aux torts de votre employeur, il existe 2 solutions :

Faire un abandon de poste

Il est fréquent que des salariés songent à l'abandon de poste pour quitter leur emploi.

On constate le plus souvent que c'est pour créer leur entreprise et se lancer dans un nouveau projet professionnel.

Mais, abandonner votre poste de travail peut être une fausse bonne idée ! 

En effet, si l'abandon de poste vous assure le paiement de l'allocation d'aide au retour à l'emploi (ARE) par Pôle emploi une fois le licenciement pour faute grave prononcé, vous vous trouvez privé de toutes vos indemnités de licenciement (4). 

💡 À retenir :

L'abandon de poste peut vous priver aussi de tout revenu pour les semaines ou les mois à venir puisque tant que le licenciement n'est pas prononcé, votre employeur n'a aucune obligation de maintenir votre salaire.

De plus, cela peut vous nuire dans le cas où un futur employeur souhaite prendre des références auprès de votre ancien employeur.

Demander la rupture anticipée du CDD

Le cas du salarié en CDD est différent puisque la démission d'un CDD n'existe pas, de même que la rupture conventionnelle n'est pas possible en CDD.

Il existe toutefois des cas de rupture anticipée du CDD, vous permettant de quitter votre emploi avant le terme de votre contrat.

💡 À retenir :

Dans tous les cas, quitter son emploi doit être le fruit d'une longue réflexion. Les conséquences psychologiques et sociales, de ne plus avoir de travail, doivent aussi être prises en compte. De plus, en fonction du marché de l'emploi, il peut être judicieux d'évaluer précisément ses chances de retrouver un emploi dans la région ou ailleurs. Aussi, quelle que soit votre décision, il est préférable de ne pas agir dans la précipitation au risque de le regretter ultérieurement. Privilégiez le dialogue avec l'employeur afin de trouver une solution, s'il en existe une, qui convienne aux deux parties. Vous y serez forcément gagnant et partirez sereinement.

Références :
(1) Article L5422-1 du Code du travail
(2) Décret n°2019-797 du 26 juillet 2019 relatif au régime d'assurance chômage et Décret n°2019-796 du 26 juillet 2019 relatif aux nouveaux droits à indemnisation, à diverses mesures relatives aux travailleurs privés d'emploi et à l'expérimentation d'un journal de la recherche d'emploi, publiés au Journal Officiel du 28 juillet 2019 
(3) Article L1237-11 du Code du travail
(4) Article L1234-9 du Code du travail

Vous avez besoin d'un conseil d'avocat pour Rupture conventionnelle CDI : bien négocier votre départ amiable ?

3 avocats vous proposent, sous 48h, un RDV en cabinet

Envoyer votre demande

Vos Réactions

  • Muljohn - Visiteur Le 18-03-2016 à 18:39

    On cherche le boulot pas pour l'abandonner un jour et vouloir recevoir des allocations chomage La je vous declare que vous voulez augmenter le taux de chomage dans le monde suite a vos raisonnements porte malheure!!!!
  • Tine 60 - Membre Le 11-04-2016 à 17:11

      j'emploie une personne dans mon cabinet médical et elle est également salariée en CES chez moi ! je pars en retraite sans repreneur donc je suis obligé de licencier cette personne dans le cadre du cabinet médical par contre elle souhaite également etre licencier pour la maison alors que je peux continuer à l'employer. puis je embaucher aussitot quelqu'un même si je viens de licencier quelqu'un
    merci
  • Chouette des neiges - Membre Le 18-04-2016 à 16:51

    La prise d'acte donne droit au chômage mais pour cela il faut déposer plainte au pénal, peu importe que la plainte soit classée sans suite, sauf mauvaise foi évidemment.

    Pui il est très fortement conseillé d'effectuer son préavis parce que sinon l'employeur ne va pas se priver d'en réclamer la contrepartie. Donc sans motif légitime et pénalement répréhensible, le salarié n'aura pas droit au chômage et devra payer l'éuivalent de son préavis à l'employeur.

    Et la jurisprudence a évolué, la prise d'acte impose que la poursuite du contrat de travail soit devenue impossible, donc le non paiement de quelques milliers d'euros de commisions ou des faits même graves qui ont cessé depuis. 
  • nonmaisallôquoi! - Visiteur Le 18-04-2016 à 19:18

    Bonjour,

    Je suis choquée et attristée par la façon dont vous intitulez et formulez cet article.

    Ce n'est pas du tout encourageant pour les entrepreneurs et les patrons qui, nombreux, se battent quotidiennement pour fournir du travail, défendre les emplois de leurs salariés et leurs entreprises dans ces temps troublés.

    Je me suis longtemps posée la question de me lancer, de créer mon entreprise, mais voyez-vous ce genre d'article me freine à chaque fois un peu plus. Franchement, je plains sincèrement mon boss (et le vôtre !).

    Car les patrons ne sont pas tous des voyous/voleurs dont on peut abuser impunément, de même que les employés ne sont pas tous des oies blanches et n'ont pas tous les droits, y compris celui de vivre au dépens des cotisations des masses laborieuses : les allocations chômage sont une sécurité en cas de perte d'emploi et non un moyen de prendre des vacances gratis quand les autres triment.

    La plupart des patrons, eux aussi, rament comme des cinglés pour boucler les fins de mois et payer leurs salariés, souvent aux dépens de leur propre salaire, et vous incitez les personnes sans scrupule à leur appuyer un peu plus sur la tête pour la maintenir sous l'eau... ?! je ne comprends pas.

    Sans patron, pas de travail, de même que sans employés, pas de patrons : les uns ont besoin des autres et vice versa... il est bon de le rappeler et d'encourager nos boss (pour ceux qui le méritent et se battent à nos côtés pour la plupart) à tenir bon face à l'adversité et autres idées fumeuses qu'engendrent ce genre d' "articles". #jaimemonboss
  • tibi - Membre Le 18-04-2016 à 19:56

    bonjour
    j'ai cru lire que c'était l'employeur qui payait le chomage !! peut etre aussi les salariés
    par compte les employeurs ne paient pas certaines tva les salariés si
    je ne comprend pas bien la question de la perrsonne qui a trouver un nouvel emploi mais qui a priori ne pourrais pas partir (elle ne peut pazs démissinner?) en général le pb se pose avec le préavis lorsque l'on trouve un nouvel employeur et que celui ci ne peut pas attendre la fin du préavis que l'on doit éffectuer chez l'ancien employeur (peut etre un arrangement est-il possible c'est pourquoi lorsque l'on démissionne il est préférable de dire que l'on a pas trouver un nouvel emploi et d'essayer
    de cumuler les heures de recherches en jours et quitter plus tot son emploi bien sur si cela est possible  , a une époque c'est peut etre toujours le cas l'employeur pouvait déterminer les heures a lazquelle vous pouviez éffectuer vos recherches d'emploi
    imaginons un gentil patron (on en a tous connu ou peut etre pas d'aillerurs) il pouvait vous demandez de venir travailler entre 9H et 10h vous accorder une heure de recherche entre 10h et 11h et reprendre votre travail entre 11h et 12h sympa quand meme (il parait que les patrons ont peu de droits...)
    la question quand meme essentielle c'est lorsque l'on ne supporte plus mais alors plus du tout son travail (d'ailleurs souvent ce n'est pas le travail mais plutot cette ambiance un peu p.....E due aux gentils chefs et aux gentils collègues bien hyppocrites et biens rampants ...)et que l'on ne trouve pas d'emploi ailleurs c'est quoi la solution le suicide....
  • de bonne humeur - Membre Le 19-04-2016 à 09:26

    Je ne trouve pas que cet article soit une honte, il peut en aider certain, moi par exemple je me sent piègée car je suis en CDD et tant que l'on me renouvel ( je peux en avoir pour 6 ans vu que je suis non titulaire en fonction public ) je doit accepter sinon c'est un perte volontaire de travail sauf que, je commence à en avoir marre car la personne avec qui je bosse et qui ma directrice est une personne avec un caratére très spécial , un  coup je suis sympas, un coup je suis la pire adjointe du monde. Elle est très souvant absente, je doit occuper ses fonctions quand elle n'est pas là mais elle ne me donne pas les dossiers, elle me fais accuser de fautes que je n'est pas commises., elle me demande de lui apporter des dossiers chez elle quand elle est en arrêt maladie... En parler à ses supérieurs ? ils ne peuvent rien faire car elle est protégée par le Maire. une situation qui semble donc bloquée d'où une envie de démissionner malgrés un poste très intéressent. 
  • sasa01 - Visiteur Le 02-09-2016 à 13:41

    bjr ,
    je voudrais savoir si j'ai droit au chomage apres une demission ?
    je vous explique je travaillais en aide a domicile j'etais en cdi et j'ai donnée ma demission car je voulais me reconvertir en tant qu'assistante maternelle a mon domicile ce que j'ai fais j'ai donc passé ma formation et obtenu mon agreement .
    et ma patronne refuse de m'arranger donc je n'ai pas eu d'autre choix que de demissionner
    pour commencer mon nouveau travail
    mais vu que je debute dans le metier je n'ais pas encore suffisament d'heures donc ma question est
    ais-je droit au chommage pour completer le manque a gagné ? je me suis deja inscrite a pole emplois .
    merci d'avance pour vos reponses 
  • chouche40 - Visiteur Le 31-10-2016 à 16:13

    Bonjour, voila je suis actuellement en contrat de professionnalisation, depuis quelques mois.
    Malheureusement, c'est pour moi une perte de temps, je ne m'y plait pas. On vient de me proposer un poste en cdd a mi temps dans un endroit où j'ai déja travaillé et qui me plait énormément.
    Si je quitte mon contrat pro, et que j'accepte le cdd a mi temps, pole emploi va t-il me combler le reste du mois??  merci de votre réponse
  • sol29 - Visiteur Le 21-11-2016 à 14:46

    Bonjour,
    je suis en cdi chantier depuis un an et demi. Mon mari habite en région parisienne et j'ai signé pour travailler en normandie. vu la distance entre paris-le havre (+200km) j'ai été obligée à prendre un deuxième appartement. Mon employeur ne me paie pas de frais de grand déplacement et il se content de payer 7 par jour travaillé pour manger (sachant que à la cantine chez le client j'ai pour 8 min).
    Je paie des impots sur ce que je gagne et ça me coute trop cher de rester au havre. Donc je cherche entre temps un travail à paris mais je souhaite quitter mon entreprise le plus tôt possible.
    Si je demmisionne mon employeur gagne (pas de prime à payer) et pas de chomage, si je reste jusqu'au mois de mars (fin prévue pour ce chantier) il gagne aussi (la client paie). Donc j'ai demandé un rupture conventionnelle mais mon employeur ne veut pas accepter car ça lui fait payer des primes...
    Sanchant qu'en ce moment mon propiétaire m'a demandé de quitter mon appartement pour travaux de renovation.
    Que je dois faire? rester jusqu'au mois de mars?
  • Anouk9 - Visiteur Le 18-02-2017 à 22:32

    Bonjour
    Si on veut sortir d'un CDI, le mieux c'est faire une Rupture conventionnelle si c'est possible. (l'employeur doit des indemnités) 
    Sinon démissionner puis trouver un emploi CDD de 91 jours (3 mois même à mi-temps ou peu d'heures) ou 450h. Ensuite vous vous inscrivez au chômage qui récupèrera vos 2 ans de travail antérieur ou 3 ans après 55 ans.


     

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par notre équipe de juristes et d'avocats, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.

Publicité



30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés