Accueil » Droit du Travail Salarié » Maladie & Santé au Travail » Visite médicale d'embauche ou de reprise : défendre vos droits » Actualités

Article avocat Visite médicale d'embauche ou de reprise : défendre vos droits

De l'opposabilité à l'employeur d'un avis d'inaptitude physique

Par , Avocat - Modifié le 12-02-2015

Pour mémoire, l'initiative de la visite médicale de reprise incombe en principe à l'employeur. En effet, l'article R4624-23 al 5 du Code du travail dispose : "Dès que l'employeur a connaissance de la date de la fin de l'arrêt de travail, il saisit le service de santé au travail qui organise l'examen de reprise dans un délai de 8 jours à compter de la reprise du travail par le salarié".

Mais la jurisprudence reconnaît au salarié le droit de prendre cette initiative en sollicitant l'organisation de la visite soit auprès de l'employeur (Cass. Soc. 15 octobre 2014, n°13-16113) soit directement auprès du médecin du travail en avertissant l'employeur de cette demande (Cass. Soc. 12 novembre 1997, n° 94-43839 ; n° 94-40912 ; n° 95-40632).

Dans deux arrêts en date du 7 janvier 2015, la Cour de Cassation précise qu'en l'absence d'information de l'employeur sur la visite sollicitée par le salarié directement auprès du médecin du travail, l'examen ne constitue pas une visite de reprise opposable à l'employeur (Cass. soc 7 janvier 2015, n°13-20126 et n°13-21281).

De même, un salarié ne peut pas se prévaloir d'un avis d'inaptitude considéré comme non valable par lui et quelles qu'en soient les raisons s'il n'a pas exercé du recours dont il dispose devant l'inspecteur du travail à l'encontre de cet avis. Dans cette hypothèse, cet avis s'impose à l'employeur, au juge et le salarié ne peut se prévaloir de son éventuelle invalidité (Cass. soc, 17 décembre 2014, n°13-12277).

Par ailleurs, se pose souvent la question de savoir si un salarié qui continue à être en arrêt peut faire l'objet d'une procédure de licenciement pour inaptitude après avoir été déclaré inapte par le médecin du travail.

Selon la Cour de Cassation, dès lors que le médecin du travail examine le salarié en vue de déterminer son aptitude à reprendre le travail, cet examen doit être qualifié de visite de reprise et met fin à la suspension du contrat de travail même si l'intéressé bénéficie ensuite d'une prolongation de l'arrêt de travail ou d'un nouvel arrêt maladie (Cass. soc, 24 juin 2009, n°08-42618).

Ainsi, le salarié déclaré inapte qui continue à bénéficier d'arrêts maladie peut faire l'objet d'une procédure de licenciement pour inaptitude physique (Cass. soc, 5 mars 2014, n°12-26958). 

Par Me Arnaud

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Aurélie Arnaud

Maître Aurélie Arnaud

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés