Vous n'allez plus travailler : quelles conséquences ?

Que risquez-vous et quelles sont les conséquences d'un abandon de poste ? Vous vous demandez au bout de combien de temps doit-on vous licencier ? 

Tout d'abord, il est à retenir que si vous abandonnez votre poste de travail sans autorisation de votre employeur, vous manquez à vos obligations contractuelles. Vous commettez une faute susceptible d'être sanctionnée par un licenciement.

Cependant, si vous abandonnez votre poste parce que vous pensez que vous êtes en danger sur votre poste, n'hésitez pas à vous tourner vers l'inspection du travail. Mieux encore, prenez immédiatement conseil auprès d'un Avocat pour vous ménager les preuves indispensables en cas de saisine du Conseil des prud'hommes. Plus vous êtes réactif, et moins vous prenez de risques.

inspection du travail

1 - Suspension de la paie

L'absence injustifiée entraîne la suspension de la rémunération car le salarié ne vient pas travailler alors qu'il n'y est pas autorisé (1). De ce fait, pendant toute la durée de l'absence, le salarié ne perçoit pas son salaire habituel.

Vous devez donc bien réfléchir car votre employeur peut prendre le temps qui lui convient dans le délai imparti (2 mois) avant de prendre une sanction à votre encontre qui peut éventuellement être un licenciement (2). Vous pouvez donc rester une longue période sans salaire et sans pouvoir prétendre au chômage, car légalement toujours en poste et titulaire d'un contrat de travail, l'inscription à Pôle emploi n'est pas possible puisque vous faites toujours partie des effectifs de l'entreprise.

2 - Ce n'est pas une démission

Le salarié qui ne se rend plus sur son lieu de travail ne peut pas être considéré comme étant démissionnaire. En effet, la démission doit résulter d'une volonté claire et non équivoque du salarié et la signification à l'employeur par courrier. En outre un délai de préavis est à respecter. Le seul fait de ne pas reprendre votre travail malgré les mises en demeure de votre employeur ne suffit pas à caractériser une démission (3).

Il s'agit par contre, du non-respect des engagements contractuels formalisés dans le contrat de travail. Le salarié a donc tort en rompant le contrat de travail de cette manière.

3 - Pas le droit immédiat au chômage

L'abandon de poste ne déclenche pas le droit aux allocations chômage hormis si votre employeur engage à votre encontre une procédure de licenciement. Une fois licencié, vous pourrez alors percevoir une indemnisation chômage par Pôle emploi, si vous remplissez toutes les conditions d'attribution. Ainsi, avant d'abandonner votre poste, réfléchissez bien. Ne prenez pas votre décision à la légère et pesez le pour et le contre.

Alternative idéale : Avez-vous pensé à proposer une rupture conventionnelle à votre employeur ? Peut-être qu'il sera favorable pour mettre en oeuvre une telle procédure. Une issue amiable est souvent préférable !

Défendez vos droits efficacement : allocations chômage Découvrez vite les documents pratiques rédigés par des Juristes et Avocats. Tout pour défendre vos droits au travail.

4 - Difficile de rebondir professionnellement

L'employeur qui se trouve confronté à un abandon de poste du salarié risque d'être mécontent, car cette attitude perturbe nécessairement le fonctionnement du service ou de l'entreprise.

Aussi, le salarié qui cherchera un nouvel emploi après son abandon de poste ne doit pas compter sur l'appui de son ancien employeur. En effet, il est fréquent que les employeurs et les services RH prennent contact avec l'ancienne entreprise du salarié afin d'obtenir des informations sur les compétences professionnelles et les qualités humaines des candidats qui postulent à leur offre d'emploi. En cas d'abandon de poste, oubliez donc toutes références ! 

abandon de poste