Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit de la Consommation » Obligations du vendeur » Contrat de Vente et CGV » Actualités

Actualité Contrat de Vente et CGV

Existence d'une "taxe rose" sur les produits pour femmes ?

Par - Modifié le 27-01-2016

Existence d'une "taxe rose" sur les produits pour femmes ?

Consommation : le phénomène de "woman tax" n'est pas avéré mais la segmentation des marchés est à l'origine d'un surcoût.

En application de l'article 48 de la loi Macron du 6 août 2015 (1) pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, un rapport sur les éventuelles différences de prix entre des produits destinés respectivement aux hommes et aux femmes a été récemment remis au Parlement.

Le Gouvernement avait engagé une étude sur l'existence d'un surcoût, appelé "taxe rose" ou "woman tax", appliqué sur des produits proches ou identiques mais avec un marketing qui s'adresse clairement à une clientèle d'un sexe ou d'un autre.

Cette étude (2) repose sur 2 axes :

  • l'examen des différences de prix sur 3 familles de produits, jugés emblématiques et vendus dans les hypermarchés et les supermarchés, à savoir les rasoirs, les déodorants et les crèmes hydratantes ;
  • l'examen des différences de prix sur 3 types de services aux particuliers, à savoir une prestation de déménagement, de dépannage automobile et de serrurerie.

En conclusion, le Gouverneme nt prend acte du résultat de ces 2 études et constate qu'un phénomène global de "woman tax" n'est pas avéré : les disparités entre sexes pouvant être défavorables aux hommes ou aux femmes selon les produits.

Toutefois, le rapport révèle que la segmentation des marchés en produits plus spécifiquement adressés aux femmes ou aux hommes -au-delà d'entretenir les stéréotypes- est à l'origine d'un surcoût (achats de plusieurs produits, différenciation produisant un prix supérieur).

Ainsi, le gouvernement va engager une concertation avec les acteurs pour lutter contre ce phénomène.

Consommateurs, un vendeur vous a trompé sur votre achat ou vous avez acheté un produit abîmé ou défectueux ?

Références :
(1) Article 48 de la LOI n°2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques
(2) Etude sur les différences de prix entre certains produits et services selon le genre - Rapport au Parlement - Décembre 2015

Vous avez besoin d'un conseil d'avocat pour Contrat de Vente et CGV ?

3 avocats vous proposent, sous 48h, un RDV en cabinet

Envoyer votre demande

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Ne passez pas à côté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.

Publicité