Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit des Assurances » Les Assurances de Biens » Actualités

Article avocat Les Assurances de Biens

La preuve du sinistre est libre et ne saurait être limitée par le contrat d’assurance

Par , Avocat - Modifié le 07-10-2019

Dans le contentieux de vol de bijoux l’absence de déclaration à la douane des bijoux achetés en dehors de la France est souvent invoquée par les assureurs, pour refuser la couverture.

Le refus de couverture est ainsi opposé à l’assuré auquel l’assureur reproche la commission d’une infraction douanière sanctionnée d’une contravention allant de la 1ère à la 5ème classe.

Est-ce qu’un tel argumentaire est juridiquement fondé ? Est-qu’une infraction à une réglementation douanière peut être opposée à l’assuré alors que cela ne constitue même pas une condition de garantie aux termes de la police d’assurance ?

A notre avis, non. L’assureur n’est pas le gardien du respect par les justiciables de la réglementation douanière. Ne mélangeons pas « les registres ».

Par ailleurs, la Cour de cassation a eu l’occasion de juger, le 10 mars 2004 (n°03-10154), aux visa de l’article 1315 ancien du Code civil (désormais l’article 1353) et de l’article 6-1 de la Convention européenne des droits de l’Homme, que la preuve du sinistre, qui est libre, ne peut être limitée par le contrat d’assurance.

"(...) la convention liant les parties prévoyait que l’assuré établisse, outre des détériorations liées à une pénétration dans l’habitacle par effraction, le forcement de la direction ou de son antivol et la modification des branchements électriques ayant permis le démarrage du véhicule, et que si les circonstances du vol envisagées par la police sont du domaine du fait juridique dont par principe la preuve est libre, la garantie n’est due, en cas de recours à des techniques plus affinées d’appréhension frauduleuse, que lorsque ces modes opératoires causent des détériorations matérielles figurant au nombre des indices exigés par la police ;
Qu’en statuant ainsi, alors que la preuve du sinistre, qui est libre, ne pouvait être limitée par le contrat, la cour d’appel a violé les textes susvisés (...)
"

L’assureur ne saurait donc imposer à l’assuré un mode précis de preuve pour établir la matérialité du sinistre (du vol, en l’occurrence) pour refuser la couverture.

La réalité du sinistre se prouve par l’assuré par tout moyen.

Le Tribunal de grande instance de Créteil a tranché, dans un jugement du 12 novembre 2014, cette question juridique précise, dans une affaire de vol de bijoux, en donnant gain de cause à l’assuré :

« Les deux factures de l’achat des bijoux sont datées. Elles indiquent en langue arabe le nom du magasin qui les a éditées ; elles détaillent les bijoux acquis. Le paiement en espèces et l’absence de déclaration à la douane ne sont pas de nature à faire suspecter que les factures seraient fausses d’autant que M X, par son billet d’avion, justifie de sa présence en Tunisie au moment du premier achat de février 2009. En conséquence, M. X a rapporté clairement les circonstances dans lesquelles il avait acquis les bijoux et les circonstances de leur vol () ».

Il appartient donc aux assureurs de stipuler clairement dans la police d’assurance une condition de garantie subordonnant la couverture d’assurance à la production d’un justificatif de la présence effective en France des bijoux dérobés au moment du vol.

Une telle preuve pourra être établie par l’assuré par des photos, des billets d’avions ou par tout autre moyen de preuve, et ce, sans que l’assureur puisse lui reprocher le cas échéant le non respect de la réglementation douanière.

 

Maître Anastasia Etman

Maître Anastasia Etman

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit des Assurances
  • - Droit International
  • - Droit des Transports
  • - Procédure Judiciaire

Me contacter

Ne passez pas à côté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.