Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit des Assurances » Les Assurances de Biens » Actualités

Article avocat Les Assurances de Biens

Un exemple d'assurance "tous risques chantier"

Par , Avocat - Modifié le 06-02-2013

A la lecture de cet arrêt, on apprend que l’établissement public du quai Branly a vu sa demande d’indemnisation de deux sinistres rejetée par le tribunal administratif de Paris, puis par la cour administrative d’appel de Paris.

Le Conseil d’Etat est quant à lui en désaccord avec les juridictions précédemment saisies du litige.

Il estime que l’arrêt de la cour d’appel doit être annulé, et décide que l’affaire sera à nouveau soumise à la cour administrative d’appel de Paris.

Précisons que l’assurance « tous risques chantier », autrement désignée par l’acronyme « TRC », n’est pas une assurance obligatoire.

Notamment, le contenu de cette assurance n’est pas défini par la loi, et les parties sont donc libres d’en définir l’étendue.


A la lecture de l’arrêt du 11 janvier 2013 du Conseil d’état, on apprend que la police TRC souscrite par l’établissement public du musée du quai Branly concernait « les frais de réparation consécutifs à toutes pertes y compris vols ou dommages ».

Le bien assuré a subi deux sinistres.

L’assureur auprès duquel a été souscrit l’assurance TRC a refusé sa garantie au motif que ces deux sinistres trouvaient leur origine dans une négligence du musée et étaient de ce fait dépourvus de caractère aléatoire.

De fait, le contrat d’assurance est un contrat aléatoire.

A ce titre, il ne peut couvrir les sinistres survenus avant que le contrat d’assurance ne soit souscrit.

En cours de contrat, le défaut d’aléa, en tant que tel, n’est pas sanctionné par la loi.

En revanche, l’assuré se trouvera privé de la garantie d’assurance si les pertes et dommages proviennent d’une faute intentionnelle ou dolosive de l’assuré (article L 113-1 du Code des assurances).

L’arrêt du Conseil d’état ne se prononce pas sur l’argument tiré du défaut d’aléa, et n’indique pas si les juridictions précédemment saisies du litige l’ont fait.

En revanche, tant devant la cour d’appel que devant le Conseil d’Etat, le débat s’est situé sur le terrain de la preuve du préjudice subi.

La cour d’appel avait écarté la demande de réparation au motif que l’étendue du préjudice n’était pas établie.

Le Conseil d’Etat estime que la demande ne pouvait pas être purement et simplement écartée pour ce seul motif.

Notamment, pour établir l’étendue du préjudice, il ne pouvait être exigé de l’assuré la production de factures.

En effet, l’assuré n’est pas « tenu de procéder aux réparations pour percevoir l’indemnité due par l’assureur ».

Précisons que la Cour de cassation a également statué dans le même sens, et estimé que la perception d’indemnité ne peut être subordonnée à la production de factures

Dans la plupart des assurances, l’assuré peut même librement utiliser l’indemnité d’assurance, et ne doit pas nécessairement l’affecter à la réparation des dommages subis (cf. notamment Civ 3ème, 23 novembre 2010, n° 07-20231)

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Virginie Miré

Maître Virginie Miré

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit des Assurances

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés