L’initiative de la visite de reprise après un arrêt de travail supérieur à 21 jours en cas de maladie de droit commun ou de 8 jours en cas d’accident du travail incombe à l’employeur.

Lorsque l’employeur ne prend pas l’initiative de la visite de reprise, il ne peut être reproché au salarié de ne pas s’être présenté à la visite de reprise. Le salarié ne commet pas de faute grave qui pourrait justifier son licenciement.

Celui-ci ne se trouve pas en situation d’absence injustifiée. Il est donc fortement conseillé à l’employeur de prendre lui-même l’initiative de la visite de reprise même si le médecin du travail ou le salarié en ont, en amont, pris l’initiative.Cass. soc., 28 avr. 2011, n°09-40.487

lire la suite: http://www.avocat-thomas-bourgeois.com/actualités/