Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit de la presse, image & publicité » Communiqué de Presse Juridique » Autres Informations » Actualités

Article avocat Autres Informations

Avis de tempête

Par , Avocat - Modifié le 02-10-2013

Le 28 septembre dernier, l'association des Avocats Conseils d'Entreprise (ACE), la Confédération Nationale des Avocats (CNA), la Fédération Nationale des Unions de Jeunes Avocats (FNUJA) et le Syndicat des Avocats de France (SAF) ont appelé à la mobilisation nationale de la Profession.

Au coeur des tensions, se trouve le projet de loi de finances pour 2014.

Sous couvert de « renforcer l'accès à la justice et l'équité de l'aide juridictionnelle », le texte tend à réduire l'indemnisation perçue au titre de l'aide juridictionnelle déjà peau de chagrin.

Pourtant, l'exposé des motifs de l'article 69 du projet de loi de finances 2014 était prometteur :

« Le Gouvernement propose de supprimer le droit de timbre de 35 euros ; qui doit aujourd'hui être acquitté pour introduire un recours en justice. Cela facilitera l'accès de tous les justiciables à la justice. En effet, les justiciables dont les revenus sont relativement modestes mais qui se situent juste au dessus du plafond d'éligibilité à l'aide juridictionnelle peuvent être dissuadés de porter une affaire devant les tribunaux du fait de cette charge financière. Ce plafond, maintenu en 2013 à 929 € par mois pour l'obtention de l'aide juridictionnelle totale pour une personne seule, est en effet inférieur au seuil de pauvreté (964 € pour une personne seule, selon la définition de l'Insee correspondant à 60% du revenu disponible de 2010 - derniers chiffres disponibles) ».

Mais pour contrebalancer la disparition de cette source de financement, il faut trouver d'autres moyens afin de sauver l'aide à l'accès au droit, d'autant que 30 millions d'euros sont déjà amputés de son budget.

Alors si les justiciables ne sont plus taxés, ce seront les avocats qui les assistent qui seront moins rétribués.

Il suffit donc d'«une démarche de simplification administrative» pour que le barème d'indemnisation de l'aide juridictionnelle se trouve modifié.

Le Conseil National des Barreaux s'inquiète de cette mesure qui reviendrait à mettre « l'accès au droit en danger ».

Il s'offusque de l'absurdité d'un tel système dans lequel « les avocats devraient payer pour contribuer à indemniser ceux de leurs confrères en charge de l'accès à la justice ».

Dans l'attente de la rencontre entre la Garde des sceaux et les représentants de la Profession, les doléances devraient prendre la forme d'une grève des audiences le 4 octobre prochain.

Les Barreaux de PAU et de NANTES ont déjà répondu à l'appel.

Pour ma part, je ne suis ni politicienne, ni politisée : je suis juriste. Je ne suis ni militante, ni détachée : je suis auxiliaire de justice.

Surtout, je prête mon concours à la justice et je suis chef d'entreprise : bref, je suis avocat.

Par Me Mantione

Source

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Stéphanie MANTIONE

Maître Stéphanie MANTIONE

Avocat au Barreau de LYON

  • Droit de la Famille - Divorce
  • - Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit des étrangers : en France et à l'étranger
  • - Droit des Assurances
  • - Droit Public
  • - Droit International
  • - Procédure Judiciaire

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à côté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.