Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit de l'Immobilier et de la Construction » Bail habitation » Les Bailleurs » Actualités

Actualité Les Bailleurs

Le régime administratif et fiscal du bail mobilité est déjà assez souple

Par , Avocat - Modifié le 17-09-2019

Le gouvernement rappelle, dans une réponse ministérielle, le régime administratif et fiscal du bail mobilité et refuse de l’assouplir.

Le 2 avril 2019, la députée Christine Hennion demande au ministère de l’Action et des Comptes publics quelles mesures le gouvernement entend mettre en ½uvre pour favoriser la démocratisation du bail mobilité. Elle souligne la nécessité sur le plan administratif pour le bailleur de s’enregistrer auprès d’un centre de formalités des entreprises. Sur le plan fiscal, elle met en exergue les trois régimes d’impositions sur le revenu que peut choisir le bailleur, selon qu’il soit professionnel ou non, auquel peut également s’ajouter la cotisation foncière des entreprises.


Le ministre de l’Economie et des Finances lui répond le 2 juillet 2019. Il rappelle d’abord que l’inscription au centre de formalités des entreprises ne s’effectue qu’une fois : au démarrage de l’activité. Sur les modalités d’imposition, il précise que lorsque les recettes annuelles générées par l’activité sont inférieures à 70.000¤, le loueur en meublé relève de plein droit du régime avantageux "micro BC". Il ajoute que le bailleur peut aussi opter pour le régime réel qui peut se révéler avantageux lorsque les coûts engagés pour la location sont importants. Il fait également ressortir la possibilité d’être exonéré d'impôt sur le revenu pour les produits issus de la location, sous réserve que les pièces louées constituent pour le locataire ou le sous-locataire en meublé sa résidence principale (ou temporaire si le preneur est un travailleur saisonnier) et que le prix de la location demeure fixé dans des limites raisonnables.
Il conclut que les règles fiscales ainsi rappelées, applicables aux loueurs en meublé dans le cadre d'un contrat de bail classique ou d'un bail mobilité, paraissent déjà offrir la souplesse attendue et ne comportent pas de contraintes excédant celles inhérentes à l'exercice de toute activité commerciale.

Source

Vous avez besoin d'un conseil d'avocat pour Les Bailleurs ?

3 avocats vous proposent, sous 48h, un RDV en cabinet

Envoyer votre demande

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.

Publicité