Selon l’Association pour faciliter l’insertion professionnelle des jeunes diplômés (AFIJ), près d’un tiers des jeunes diplômés de l’année 2011 n’ont occupé aucun poste depuis la fin de leurs études. Seuls 43 % de ces jeunes diplômés qui avaient obtenu un emploi dans les mois suivants l’obtention de leur diplôme occupaient encore un emploi en avril 2012. 42 % étaient employés au titre d’un contrat précaire (CDD ou intérim de moins de 6 mois).
 

57 % des jeunes diplômés 2011 étaient sans emploi en avril. 44% occupaient un CDD juste après la fin de leurs études. Mais dans 56 % des cas, il ne s’agissait que d’une expérience de moins de trois mois. 61 % considéraient cet emploi comme un emploi d’attente, et 16 % comme un emploi correspondant moyennement à leurs attentes.
 

L’AFIJ estime que les jeunes oscillent entre les périodes d’activité et de chômage. Ils occupent des emplois alimentaires ou précaires avant de trouver un emploi stable. Pour cette étude, l’AFIJ a interrogé 1.065 jeunes inscrits à l’AFIJ et titulaires au minimum d’un bac + 2.
 

Pensez-vous que les jeunes diplômés devraient être favorisés pour occuper les emplois vacants ?

« Info Plus » Contrat à durée déterminée (CDD) :
 

Selon l’article L. 1242-1 du Code du travail, un CDD ne doit pas avoir pour objet ou pour effet de pourvoir durablement un emploi lié à l’activité normale et permanente de l’entreprise.
 

Ainsi, un CDD ne peut être conclu que pour certains motifs, énoncés à l’article L. 1242-2 du Code du travail :
 

- remplacement temporaire d’un salarié

- accroissement temporaire de l’activité de l’entreprise

- emplois saisonniers

- remplacement d’un chef d’entreprise artisanale, industrielle ou commerciale ou d’une personne exerçant une profession libérale

- remplacement du chef d’une exploitation agricole

Par Juritravail

Source : Le Monde, le 29 mai 2012