Le contrat à durée déterminée (CDD) permet, sous certaines conditions, d'établir une relation de travail pour une période donnée.

Au troisième trimestre 2012, 4 embauches sur 5 se sont traduites par un CDD.

A l'heure actuelle sur le marché du travail, se sont les emplois précaires qui priment. Le poids des CDD dans les embauches n'a jamais été aussi élevé depuis 1999, date depuis laquelle il est mesuré.

La part des CDD dans les embauches a atteint 81,7% au cours du 3ème trimestre 2012 dans les entreprises de plus de 10 salariés. Il s'agit du plus haut niveau sur les 10 dernières années.

En 2012, la part des CDD dans les embauches a augmenté dans les secteurs de l'industrie et du tertiaire. Elle a toutefois baissé dans le secteur de la construction.

Depuis trois ans, le taux d'entrée en CDD a progressé de 3 points, atteignant les 10,8% au troisième trimestre 2012.  L'embauche en CDD poursuit ainsi sa hausse presque continue depuis fin 2008.

Le taux d'entrée en CDI, quant à lui, se stabilise aux alentours de 2,4%.

Au 3ème trimestre 2012, le taux de sortie des étabissements de 10 salariés ou plus augmente et poursuit sa hausse quasi continue depuis le dernier trimestre 2008. La hausse du taux de sortie résulte notamment de l'augmentation des sorties pour fin de CDD.

En effet, parmi les motifs de départ des entreprises, les fins de CDD en représente la majeure partie. Le nombre de départs liés à un CDD a également atteint son plus haut niveau depuis 10 ans (9,7%).

Dans ce contexte difficile de crise économique, les démissions se font plus rares et ne représentent que 1,3 % des départs. Cela représente un niveau proche de celui de 2009 et l'un des plus bas des 10 dernières années.

Le taux de départ à la retraite diminue quelque peu du fait, principalement, de rélèvement progressif des âges de départ à la retraite.

"Info-plus" La rémunération des travailleurs temporaires

La rémunération du travailleur temporaire est au moins égale à celle perçue par un salarié de l'entreprise ayant une qualification équivalente et occupant le même poste de travail.

Le salarié temporaire a droit à une indemnité compensatrice de congés payés, calculée en fonction de la durée du contrat  est au moins égale à 10% du total de la rémuération brute. Elle est versée à la fin du contrat.

Au terme du CDD, le salarié doit percevoir, en complément de sa rémunération, une indemnité de précarité aussi appelée indemnité de fin de contrat, dont le montant est au moins égal à 10% de la rémunération totale brute, renouvellement du contrat inclus (article L1243-8 du Code du travail). Cette indemnité peut être limitée à 6% par un accord de branche ou un accord d'entreprise ou d'établissement qui prévoit des conditions d'accès particulières à la formatio (article L1243-9 du même code).Cette indemnité n'est pas toujours due.

Source : Etude de la DARES sur les mouvements de main d'oeuvre au 3ème trimestre 2012 n°017 de mars 2013