Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit du Travail Salarié » Fonctionnaire, agent public, contractuel » Mutation et Carrières » Carrières » Actualités

Article avocat Carrières

Les conditions du placement d'un fonctionnaire en disponibilité d’office pour raisons de santé

Par , Avocat - Modifié le 09-11-2015

Quelles sont les conditions de placement en disponibilité d’office des fonctionnaires par l’administration ?

Un agent est mis en disponibilité d’office lorsque sa situation professionnelle ou de santé l’empêche d’exercer sa fonction.

Il est alors placé hors de son administration ou son service de manière temporaire et cesse de bénéficier de sa rémunération, de ses droits à l’avancement et de sa retraite.

Il existe trois types de disponibilités d’office :

  • La disponibilité d’office pour des raisons de santé :
    • c’est soit le comité médical qui se prononce sur la capacité du fonctionnaire à occuper l’emploi (Article 4 - Décret n°87-602 du 30 juillet 1987).  
    • Soit la commission de réforme lorsque la disponibilité est prononcée à l’issue d’un congé de longue durée accordé pour maladie professionnelle.
  • La disponibilité d’office en attente de réintégration.
  • La disponibilité d’office à l'issue d'une réorientation professionnelle.

 

S'agissant des conditions de la mise en disponibilité d’office pour des raisons de santé, le fonctionnaire peut être mis en disponibilité d’office lorsqu’il a épuisé ses droits à :

  • congé de maladie,
  • congé de longue maladie, ou
  • congé de longue durée,

De plus, le fonctionnaire ne peut pas être immédiatement reclassé ou ne doit pas être apte à reprendre son travail.

Le fonctionnaire ne peut disposer d’un congé de maladie d’une autre nature (cela vaut pour le congé maternité par exemple) que celui dont il a épuisé les droits.

La durée de la disponibilité est fixée à un an maximum.

Elle est renouvelable 2 fois pour une durée égale après avis du comité médical.

Il peut y avoir un renouvellement une 3eme fois, à la décision du comité médical de manière exceptionnelle.

En principe, le fonctionnaire mis en disponibilité d’office n’acquiert aucune rémunération, aucun droit à avancement et retraite.

Toutefois, il peut recevoir en fonction des cas :

  • Des indemnités journalières de maladie (si sa mise en disponibilité est motivée par le fait que son état de santé ne lui permet pas encore de reprendre son travail à l’issue de son congé de maladie et s'il remplit les conditions d'attribution de ces indemnités)
  • Une allocation d'invalidité temporaire (s'il n’a pas ou plus droit à rémunération statutaire ni à indemnité journalière de maladie, et si son invalidité temporaire réduit sa capacité de travail d'au moins des 2/3)
  • Des indemnités de chômage : si, ayant été reconnu partiellement inapte à l'exercice de ses fonctions, il est mis en disponibilité faute d’emploi vacant permettant son reclassement (1).

Il est possible d’exercer une autre activité professionnelle pour le fonctionnaire mis en disponibilité.

Cependant, l’activité doit correspondre aux prescriptions du comité médical.

Ainsi, le fonctionnaire peut exercer une activité dans le secteur privé ou public (2).

Pendant un délai de 3 ans à compter du début de la mise de disponibilité d’office, le fonctionnaire qui se voit proposer l’exercice d’une activité privée doit en informer, par écrit, l’autorité dont il relève, et ce, un mois au plus tard avant le début de son activité. 

Enfin, la disponibilité d’office prend fin lorsque le comité médical a approuvé l’aptitude physique de l’agent à exercer ses fonctions correspondant à son grade.

Il y a donc réintégration du fonctionnaire.

Il existe plusieurs conditions de réintégration en fin de disponibilité par fonction publique :

Source

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Anthony BEM

Maître Anthony BEM

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT
  • - Droit des Sociétés - Création Entreprise - Cessation Activité
  • - Droit Commercial
  • - Propriété intellectuelle, web & NTIC
  • - Droit de la Famille - Divorce
  • - Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit Pénal
  • - Droit de la Consommation
  • - Droit des Assurances
  • - Droit Public
  • - Droit Routier, permis de conduire et automobile
  • - Droit International
  • - Droit de la Santé
  • - Droit Bancaire
  • - Droit des Transports
  • - Droit de la presse, image & publicité
  • - Droit de l'Environnement
  • - Droit du Sport
  • - Procédure Judiciaire
  • - Droit de la Protection Sociale

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.