Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit des affaires » Droit Commercial » Organiser son activité » Cautions » Actualités

Article avocat Cautions

Annulation d’un contrat international de cautionnement pour cause de disproportion

Par , Avocat - Modifié le 28-08-2018

Un contrat de cautionnement contenant une clause de « loi applicable », qui stipule l’application d’une loi étrangère, empêche-t-il la caution d’invoquer la disproportion de son engagement ?

Un contrat de cautionnement peut engendrer des questions de droit international privé.

Il en va ainsi notamment quand la banque et la caution ne sont pas de même nationalité ou bien quand le cautionnement est soumis aux dispositions d’un droit étranger à la caution.

Dans de telles conditions, se pose la question de savoir quelle est la loi véritablement applicable au contrat international de cautionnement.

Malgré le fait que les parties aient choisi la loi applicable, les lois dites de « police » ne peuvent pas être écartées.

Les parties à un contrat international ne peuvent donc pas échapper à l’application des lois de polices françaises en soumettant leur contrat à la loi d’un pays étranger.

Les lois de polices sont celles dont l’observation est nécessaire pour la sauvegarde de l’organisation politique, sociale et économique du pays.

La jurisprudence en matière de cautionnement a décidé que n’étaient pas constitutifs de lois de police, les articles L. 341-2 et suivants du Code de la consommation qui entraînent l’annulation du cautionnement à défaut de reproduction de la formule manuscrite à l’identique par la caution (Cour de cassation, première chambre civile, 16 septembre 2015, nº 14.10373).

En réalité, la formule manuscrite ne sert qu’à protéger les intérêts privés de la caution, en ce qu’elle permet de matérialiser un consentement éclairé, et non pas l’organisation économique de la France.

Néanmoins, le risque d’engendrer la faillite d’une personne qui se porte caution d’un engagement qui représenterait une charge financière telle, qu’elle conduirait inévitablement la caution au surendettement, porte en réalité sur la régulation de l’économie et in fine sur l’organisation économique de la France.

Ainsi, à la différence du texte de loi exigeant la reproduction de la mention manuscrite par la caution, la loi relative à la disproportion de la caution ne comporte, ni le même objet, ni la même finalité que la protection garantie par la mention et par le formalisme évoqué ci-dessus.

A ce titre, l’article L.771-2 du Code de la consommation, que le législateur a nommément qualifié de loi de police, n’est pas anodin, en ce qu’il traite également du surendettement des particuliers.

A cet égard, il convient de souligner que la Cour de cassation s’est attachée ces dernières années à mettre en ½uvre les lois de polices uniquement lorsque l’opération comporte un lien de rattachement territorial avec la France (cour de cassation, chambre commerciale, 27 Avril 2011, n° 09-13524, confirmé par cour de cassation, chambre commerciale, 20 Avril 2017, n°15-16922).

Concrètement, pour pouvoir invoquer l’application d’une loi de police à sa situation, la caution doit être en mesure de caractériser l’existence de liens de rattachement du contrat de cautionnement avec la France.

Il en ira ainsi notamment lorsque la caution a la nationalité française, est résidente en France à titre habituel, la société cautionnée est immatriculée sur le registre du commerce et des sociétés en France, le contrat principal garanti par le cautionnement s’exécute en France ou porte sur la vente de produits à destination de la France, etc ...

Je suis à votre disposition pour toute action ou information.

Source

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Anthony BEM

Maître Anthony BEM

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT
  • - Droit des Sociétés - Création Entreprise - Cessation Activité
  • - Droit Commercial
  • - Propriété intellectuelle, web & NTIC
  • - Droit de la Famille - Divorce
  • - Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit Pénal
  • - Droit de la Consommation
  • - Droit des Assurances
  • - Droit Public
  • - Droit Routier, permis de conduire et automobile
  • - Droit International
  • - Droit de la Santé
  • - Droit Bancaire
  • - Droit des Transports
  • - Droit de la presse, image & publicité
  • - Droit de l'Environnement
  • - Droit du Sport
  • - Procédure Judiciaire
  • - Droit de la Protection Sociale

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à côté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.