« La situation économique des établissements où travaillent les salariés du secteur privé détermine en partie les risques psychosociaux auxquels ils sont exposés.

Les salariés d’établissements « en crise » connaissent une plus grande insécurité de l’emploi, mais aussi un travail plus intense, des marges de man½uvre réduites et des rapports sociaux plus tendus que ceux des établissements « stables » ; leur santé mentale apparaît même fragilisée.

Les salariés des établissements dits « flexibles » signalent également une intensité du travail et une insécurité économique plus élevées.

Les salariés des établissements « en croissance » déclarent logiquement moins d’insécurité économique mais aussi moins de tensions au travail, tandis que ceux des établissements « restructurés » indiquent ressentir plus d’inquiétude pour leur emploi. »

 

Par Claire Danis de Almeida

Avocat au Barreau des Hauts de Seine