Le résultat est sans appel : l'accès à la formation diminue avec l'âge et des disparités sont révélées entre les catégories professionnelles quant à l'accès à la formation. Plusieurs points méritent d'être soulignés.

Entre 18 et 64 ans, plus de la moitié de la population a suivi une formation dans l'année

Ce résultat se veut rassurant. Il apparaît en effet qu'au deuxième trimestre de 2012, près de 55% des personnes âgées de 18 à 64 ans ont déclaré avoir participé à au moins une formation au cours de l'année écoulée. L'enquête précise qu'il s'agissait d'une formation diplômante du système scolaire ou universitaire, d'une formation pour raisons professionnelles ou effectuée dans le cadre de loisirs.

Cependant, il apparaît que l'accès à la formation diminue avec l'âge, et surtout après 25 ans.

Moins de formations professionnelles pour les seniors, les chômeurs et les femmes

L'étude révèle que les seniors se trouvant encore en emploi bénéficient bien moins souvent de formations professionnelles que les autres actifs. Ainsi, entre 25 et 54 ans, une personne active sur deux a participé à au moins une formation pour raisons professionnelles, contre à peine plus d'une sur trois entre 55 et 64 ans.

Travailler dans une grande entreprise ou être cadre favorise l'accès à la formation

Outre le secteur d'activité (l'accès à la formation est plus fort dans les secteurs des « activités financières et d'assurances » et de « l'information et la communication »)  la taille de l'établissement semble jouer un rôle dans l'acquisition d'une formation professionnelle. Ainsi, 34% des salariés travaillant dans des établissements de 10 salariés ou moins en ont au moins suivi une au cours de leur carrière, contre 65% des salariés travaillant dans des entreprises comprenant au moins 250 salariés.

Le taux d'accès à la formation augmente avec le niveau de formation initiale

Paradoxalement, il apparaît que ce sont les salariés les plus diplômés qui accèdent le plus à la formation professionnelle. Cependant, l'étude révèle que cela est en fait dû au lien entre la profession et le niveau de diplôme requis pour l'exercer. Ainsi, chez les actifs occupant un emploi, 66% des diplômés de niveau supérieur à bac+2 ont suivi au moins une formation professionnelle dans l'année, contre 25% des personnes sans diplôme.

La classification professionnelle conditionne le choix de l'accès à la formation

Les formations sont plus souvent choisies librement par les cadres (1/3) et inversement,  plus souvent imposées aux employés et aux ouvriers (60%). Quatre fois sur dix, les cadres ont pris l'initiative de leur formation, alors que les employés et les ouvriers ne sont que deux sur dix dans ce cas.

Un choix différent d'accès à la formation professionnelle

Les ouvriers et les cadres ne choisissent pas d'acquérir une formation professionnelle pour les mêmes raisons. Alors que les cadres déclarent majoritairement avoir comme objectif l'acquisition de compétences et de connaissances supplémentaires, les ouvriers, quant à eux, semblent avoir recours à la formation professionnelle afin d'éviter de perdre leur emploi.

"Info plus" : Le droit individuel à la formation

Chaque année, le salarié bénéficie d'un droit individuel à la formation qu'il peut utiliser pour suivre une formation de son choix. Il permet au salarié de se former tout au long de sa vie professionnelle.

Des obstacles matériels d'accès et une connaissance souvent inégale et insuffisante des droits à la formation expliquent l'inégalité dans l'accès à la formation. Les responsabilités familiales, le niveau requis ainsi que les coûts des formations semblent être les obstacles les plus fréquemment cités quant à l'accès à ces dernières.

L'information relative à l'accès à ces formations est aussi insuffisante. La connaissance du droit individuel à la formation (DIF) et du congé individuel de formation (CIF) est à revoir. En effet, seulement 53% des personnes de 18 à 64 ans déclarent en avoir entendu parler. Notons que le système de la validation des acquis de l'expérience (VAE) semble légèrement plus connu (56%).

Les chiffres révélés par cette enquête vont surement influencer la feuille de route des partenaires sociaux quant à la future réforme de la formation professionnelle prévue pour la fin de l'année 2013.

Il revient aussi aux employeurs de prendre connaissance des statistiques révélées, afin d'être en mesure de mettre en place des dispositifs de formations adaptés à leur entreprise. La formation des salariés (adopter la bonne position, adopter les bons gestes, savoir se détendre les muscles, etc.) est aussi le moyen de permettre à l'entreprise de réduire la pénibilité au travail.