Dès lors que le contrat de travail du salarié contient une clause de mobilité sa mutation constitue un simple changement de ses conditions de travail que l’employeur peut décider unilatéralement dans l’exercice de son pouvoir de direction.

L’employeur qui licencie pour cause réelle et sérieuse le salarié à raison de son refus de ladite mutation peut lui imposer d’exécuter son préavis dans les conditions nouvellement prévues

Si le salarié refuse sa nouvelle affectation pendant le préavis, il se rend responsable de l’inexécution de son préavis, ce qui le prive de son indemnité de préavis et de CP afférente.

 

Par Sandrine Cohen-Scali

Avocat au Barreau de Grasse

 

Source : CC, 31 Mars 2016, n°14-19711

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail