Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit des Assurances » Les Compagnies d'Assurances » Actualités

Article avocat Les Compagnies d'Assurances

La prescription de deux années en droit des assurances

Par , Avocat - Modifié le 18-08-2014
La prescription de deux années en droit des assurances.

Le code des assurances prévoit une prescription de deux années en ce qui concerne les actions dérivant d’un contrat d’assurance, cette prescription commençant à courir à compter de l’événement qui y donne naissance.

L’article du code des assurances prévoyant cette prescription de deux ans est l’article L.114-1 du code des assurances qui est ainsi rédigé :

“Toutes actions dérivant d’un contrat d’assurance sont prescrites par deux ans à compter de l’événement qui y donne naissance.

Toutefois, ce délai ne court :

1° En cas de réticence, omission, déclaration fausse ou inexacte sur le risque couru, que du jour où l’assureur en a eu connaissance ;

2° En cas de sinistre, que du jour où les intéressés en ont eu connaissance, s’ils prouvent qu’ils l’ont ignoré jusque-là.

Quand l’action de l’assuré contre l’assureur a pour cause le recours d’un tiers, le délai de la prescription ne court que du jour où ce tiers a exercé une action en justice contre l’assuré ou a été indemnisé par ce dernier.

La prescription est portée à dix ans dans les contrats d’assurance sur la vie lorsque le bénéficiaire est une personne distincte du souscripteur et, dans les contrats d’assurance contre les accidents atteignant les personnes, lorsque les bénéficiaires sont les ayants droit de l’assuré décédé.

Pour les contrats d’assurance sur la vie, nonobstant les dispositions du 2°, les actions du bénéficiaire sont prescrites au plus tard trente ans à compter du décès de l’assuré.”

Ce délai de prescription est relativement peu connu des assurés, qui en sont parfois victimes, mais est bien connu des compagnies d’assurances qui veillent à son application et laissent rarement échapper ce moyen de défense péremptoire qui leur permet de s’opposer aux réclamations des assurés.

Il ne sera pas évoqué ici les exceptions prévues par cet article lui-même à la prescription de deux ans, en ce qui concerne le contrat d’assurance sur la vie et le droit pour le bénéficiaire, s’il s’agit d’une personne distincte du souscripteur et l’action des bénéficiaires ayants droits de l’assuré décédé dans le cadre des contrats d’assurance contre les accidents atteignant les personnes (sixième alinéa de cet article).

Il ne sera pas évoqué non plus l’action du bénéficiaire pour les contrats d’assurance sur la vie qui se prescrit par 30 ans selon le dernier alinéa de cet article du code des assurances.

Bien entendu, la prescription en question n’exclut pas l’application des règles de prescription de droit commun, pour les cas qui ne sont pas recouverts limitativement par l’article L.114-1 du code des assurances.

Ce délai de deux ans pour agir en matière d’action dérivant d’un contrat d’assurance peut-il être l’objet d’un aménagement conventionnel entre les parties ?

Cet aménagement conventionnel du délai de prescription n’est pas permis et les mêmes interdits par l’article L. 114-3 du code des assurances qui est ainsi rédigé :

“Par dérogation à l’article 2254 du code civil, les parties au contrat d’assurance ne peuvent, même d’un commun accord, ni modifier la durée de la prescription, ni ajouter aux causes de suspension ou d’interruption de celle-ci.”

Il n’est pas nécessaire d’insister sur le fait que cette interdiction de procéder à un aménagement du délai de prescription mais aussi d’ajouter conventionnellement aux causes de suspension une interruption de la prescription est dictée par le souci de protéger le consommateur.

Est-il possible de renoncer à invoquer la prescription de deux années en matière d’actions dérivant d’un contrat d’assurance une fois celle-ci acquise ?

Les juges admettent qu’il est possible de renoncer à la prescription acquise comme dans le cas de cette décision :

“Attendu, selon l’arrêt déféré (Basse-Terre, 13 septembre 1999), que la société Hulevin Bistue Antilles (société Hulevin), qui avait confié à la société Transdésir l’acheminement maritime d’une marchandise depuis Pointe-à-Pitre jusqu’à la Désirade, a, à la suite du naufrage de la barge utilisée par la société Hulevin et de la perte de la marchandise, assigné la société Transdésir en réparation de son préjudice ; que le tribunal a accueilli la demande et condamné in solidum la société Transdésir ainsi que La Préservatrice foncière et treize autres compagnies d’assurance, ses assureurs, à indemniser la société Hulevin ; que les assureurs ont relevé appel de cette décision ;

Attendu que les assureurs reprochent à l’arrêt de les avoir condamné à payer à la société Hulevin la somme de 311 931,68 francs alors, selon le moyen, que l’irrecevabilité de l’action introduite hors délai contre l’assuré prive, par ricochet, la victime de son recours contre l’assureur, étant donné que la responsabilité de l’assuré ne peut plus alors être établie ; qu’en l’espèce, il résulte des constatations de l’arrêt, que le point de départ de la prescription de l’action de la victime contre le transporteur était le 6 février 1992, et que l’action diligentée par cette victime contre le transporteur était prescrite puisqu’introduite le 27 juin 1994 ; qu’en déclarant recevable l’action diligentée le 27 juin 1994 par la victime à l’encontre des assureurs au prétexte qu’elle était introduite dans le délai durant lequel les assureurs étaient exposés au recours de la société Transdésir, la cour d’appel n’a pas tiré les conséquences légales de ses constatations, en violation des articles 32 de la loi du 18 juin 1966 relative aux contrats d’affrètement et de transports maritimes, et L. 114-1 du Code des assurances ;

Mais attendu qu’ayant relevé, par un motif adopté et non critiqué, que les assureurs du transporteur maritime en invoquant leur non-garantie, de surcroît plus de deux ans après le sinistre, ont expressément renoncé à se prévaloir de la prescription, la cour d’appel a légalement justifié sa décision ; que le moyen ne peut être accueilli.”

Voici toutefois une décision de la Cour de Cassation qui a jugé que le simple fait de participer à une expertise ne pouvait être considéré comme correspondant à une renonciation à se prévaloir de la prescription de deux ans prévue par le code des assurances :

“Attendu que les époux X… font grief à l’arrêt attaqué de déclarer irrecevable comme prescrite leur action à l’encontre de la GMF, alors, selon le moyen, que la renonciation tacite de l’assureur à la prescription acquise peut résulter des actes ou du comportement non équivoques de l’assureur, même si ces actes ou ce comportement interviennent au cours d’une expertise ordonnée en référé ; qu’en l’espèce, le fait pour la GMF, assureur garantissant les dégâts causés par les catastrophes naturelles telles la sécheresse, de demander à l’expert judiciaire dans un dire de faire la part entre les dégâts ayant pour cause la sécheresse et les dégâts ayant une autre cause, et ce bien que la prescription fût déjà acquise, devait s’analyser comme une renonciation de l’assureur au bénéfice de cette prescription ; qu’en décidant le contraire, la cour d’appel a violé les articles L. 114-1 du code des assurances et 2221 du code civil dans ses dispositions antérieures à la loi n 2008-561 du 16 juin 2008 applicables à la cause ;

Mais attendu qu’ayant rappelé que le fait de participer à une mesure ordonnée en référé n’implique pas, à lui seul, la volonté non équivoque de renoncer à la forclusion, la cour d’appel, qui a constaté que le dire de la GMF avait été adressé dans le cadre des opérations d’expertise ordonnées par le juge des référés, et relevé que cet assureur n’avait pas manifesté la volonté d’indemniser le préjudice, a pu en déduire que ce comportement de l’assureur ne pouvait s’analyser en une renonciation au bénéfice de la prescription acquise.”

Le juge peut-il soulever d’office la prescription ?

Il faut supposer que le plaideur, assuré ou compagnie d’assurances, n’a pas soulevé la prescription alors que cela était son intérêt : le tribunal peut-il soulever lui-même cette prescription et en faire application après avoir demandé leurs explications à ce sujet aux parties ?

Cela n’est pas permis, car il s’agirait d’une violation de l’article 2247 du Code civil qui est ainsi rédigé :

“Les juges ne peuvent pas suppléer d’office le moyen résultant de la prescription.”

Voici un exemple d’une décision de la Cour de Cassation à ce sujet :

“Attendu, selon l’arrêt attaqué (Nîmes, 13 décembre 2005), que la société d’assurances Les Mutuelles du Mans assurances IARD (l’assureur) a fait assigner en paiement, devant un tribunal de grande instance, Mme X… sur le fondement de l’article 1251, alinéa 3, du code civil ; que le tribunal ayant accueilli la demande, Mme X… a interjeté appel, en soutenant, notamment, que l’action de l’assureur était prescrite ;

Attendu que Mme X… fait grief à l’arrêt de confirmer le jugement, alors, selon le moyen, que le demandeur n’est pas tenu de viser le texte de loi sur lequel repose son action et qu’en l’absence de toute précision sur le fondement de la demande, les juges du fond doivent examiner les faits sur tous leurs aspects juridiques, conformément aux règles de droit qui leur sont applicables, et expliciter le fondement juridique de la demande dont ils sont saisis et qu’ainsi la cour d’appel a violé les dispositions de l’article 12 du code de procédure civile ;

Mais attendu qu’ayant retenu qu’aux termes de l’article 2223 du code civil, les juges ne peuvent suppléer d’office le moyen résultant de la prescription et ayant constaté que Mme X… ne précisait pas le fondement juridique de la fin de non-recevoir qu’elle invoquait, la cour d’appel en a, à bon droit, déduit que la demande devait être rejetée.”

On notera la rigueur de la Cour de Cassation, puisque la prescription avait été soulevée, semble-t-il, mais que le texte du code des assurances n’avait pas été invoqué précisément par le plaideur …

Le délai de prescription biennale de l’action dérivant d’un contrat d’assurance doit-il être mentionné dans la police d’assurance ?

Par application de l’article R. 112-1 du code des assurances, les dispositions relatives à la prescription biennale doivent être mentionnées dans le contrat d’assurance.

Cet article est ainsi rédigé :

“Les polices d’assurance des entreprises mentionnées au 5° de l’article L. 310-1 doivent indiquer :

- la durée des engagements réciproques des parties ;

- les conditions de la tacite reconduction, si elle est stipulée ;

- les cas et conditions de prorogation ou de résiliation du contrat ou de cessation de ses effets ;

- les obligations de l’assuré, à la souscription du contrat et éventuellement en cours de contrat, en ce qui concerne la déclaration du risque et la déclaration des autres assurances couvrant les mêmes risques ;

- les conditions et modalités de la déclaration à faire en cas de sinistre ;

- le délai dans lequel les indemnités sont payées ;

- pour les assurances autres que les assurances contre les risques de responsabilité, la procédure et les principes relatifs à l’estimation des dommages en vue de la détermination du montant de l’indemnité.

Elles doivent rappeler les dispositions des titres Ier et II du livre Ier de la partie législative du présent code concernant la règle proportionnelle, lorsque celle-ci n’est pas inapplicable de plein droit ou écartée par une stipulation expresse, et la prescription des actions dérivant du contrat d’assurance.

Les polices des sociétés d’assurance à forme mutuelle et des sociétés mutuelles d’assurance doivent constater la remise à l’adhérent du texte entier des statuts de la société.

Les polices d’assurance contre les accidents du travail doivent rappeler les dispositions légales relatives aux déclarations d’accidents et aux pénalités pouvant être encourues à ce sujet par les employeurs.”

La Cour de Cassation a précisé que l’absence de mention des dispositions relatives à la prescription biennale dans la police d’assurance a pour effet de conduire à l’impossibilité pour l’assureur de s’en prévaloir :

“Attendu que les polices d’assurance relevant des branches 1 à 17 de l’article R. 321-1 doivent rappeler les dispositions des titres Ier et II, du livre Ier de la partie législative du code des assurances concernant la prescription des actions dérivant du contrat d’assurance ; qu’il en résulte que l’assureur est tenu de rappeler dans le contrat d’assurance, sous peine d’inopposabilité à l’assuré du délai de prescription édicté par l’article L. 114-1 du code des assurances, les causes d’interruption de la prescription biennale prévues à l’article L. 114-2 du même code ;

Attendu que pour rejeter les prétentions de la société Les Compagnons Paveurs, l’arrêt retient que l’article 13 des conditions générales du contrat d’assurance éditées le 15 janvier 1981 relatif à la prescription mentionne que « toutes actions dérivant de ce contrat sont prescrites par deux ans à compter de l’événement qui y donne naissance (articles L. 114-1 et L. 114-2 du code des assurances) », que l’article R. 112-1 du code des assurances prévoit que les polices doivent indiquer la prescription des actions dérivant du contrat d’assurance, que l’article 13 précité qui fait mention du délai biennal et des articles L. 114-1 et L. 114-2 du code des assurances, ce dernier texte tenant aux modes d’interruption de la prescription, donne une information suffisante à l’assuré puisque le délai de deux ans y figure et que les textes essentiels y sont expressément visés, l’article R. 112-1 du même code n’exigeant pas de l’assureur la reproduction in extenso de ces articles et que par conséquent la fin de non-recevoir tirée de la prescription est bien opposable à la société Les Compagnons Paveurs.”

On notera que ce n’est pas seulement le existence du délai de prescription qui doit être mentionnée dans le contrat d’assurance, mais que c’est aussi comme dans le cas d’espèce ci-dessus les causes d’interruption de la prescription qui doive être mentionnées.

En vérité, il convient de considérer que c’est la reproduction intégrale des dispositions du code des assurances relatives à la prescription biennale qui doit figurer dans la police d’assurance.

Voici un autre arrêt à ce sujet :

“Attendu, selon l’arrêt confirmatif attaqué (Aix-en-Provence, 27 mai 2010), que le syndicat des copropriétaires de la copropriété Le Gray d’Albion (le syndicat des copropriétaires) a souscrit, à effet au 1er janvier 1991, une police d’assurances multirisques auprès de la société La France, aux droits de laquelle vient la société Generali IARD (l’assureur), afin de garantir un immeuble ; qu’à la suite d’infiltrations d’eau survenues le 21 juillet 1995 dans l’appartement des époux X…, copropriétaires de l’immeuble, ces derniers ont assigné le syndicat des copropriétaires aux fins d’obtenir indemnisation de leur préjudice ; que par jugement du 29 novembre 2005, un tribunal de grande instance a condamné notamment le syndicat des copropriétaires à indemniser les époux X… ; que le 1er juillet 2008, le syndicat des copropriétaires a fait assigner l’assureur afin d’obtenir le remboursement de cette somme ;

Attendu que l’assureur fait grief à l’arrêt d’écarter la fin de non-recevoir soulevée au titre de la prescription biennale de l’action exercée par le syndicat des copropriétaires et de dire en conséquence qu’il doit pleinement sa garantie, alors, selon le moyen :

1°/ que la mention, figurant dans les conditions particulières signées par le souscripteur d’un contrat d’assurance, par laquelle ce dernier reconnaît avoir reçu un exemplaire du contrat, composé desdites conditions particulières et de conditions générales désignées par leur référence, établit que ces conditions générales, bien que non signées, ont été portées à la connaissance de l’assuré et lui sont, par conséquent, opposables ; qu’en l’espèce, l’assureur faisait valoir que les conditions particulières de la police faisaient expressément référence « aux conditions générales jointes », ce dont il résultait que le syndicat des copropriétaires, qui avait approuvé lesdites conditions particulières, avait nécessairement reconnu avoir eu communication de ces conditions générales lors de la souscription ; qu’en affirmant que l’assureur ne rapportait pas la preuve de la remise de la notice relatives aux conditions générales, sans rechercher si le syndicat des copropriétaires n’avait pas approuvé les conditions particulières qui précisaient que les conditions générales leur étaient jointes, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard de l’article 1134 du code civil et des articles L. 112-4 et R. 112-3 du code des assurances ;

2°/ que lorsque le contrat d’assurance ne rappelle pas les dispositions de l’article L. 114-1 du code des assurances, le point de départ du délai biennal de prescription doit être fixé à la date à laquelle l’assuré a été informé par l’assureur de ces dispositions ; que dans ses écritures d’appel, l’assureur faisait valoir qu’il avait adressé à son agent général une lettre datée du 31 mai 2006, transmise au syndicat des copropriétaires de la résidence Le Gray d’Albion le 9 juin suivant, qui rappelait expressément les dispositions de l’article L. 114-1 du code des assurances, ce dont il résultait que la prescription avait nécessairement commencé de courir, au plus tard, le 10 juin 2006 ; qu’en décidant au contraire que ce courrier ne pouvait avoir « aucune efficience » au regard du cours de la prescription, la cour d’appel a violé l’article R. 112-1 du code des assurances ;

Mais attendu que, par motifs propres et adoptés, l’arrêt retient que l’assureur soutient que le point de départ de cette prescription se situe le jour où les époux X… ont exercé une action en justice contre l’assuré, en l’espèce le syndicat des copropriétaires, soit en 2001 et que la demande de prise en charge du sinistre par ce dernier auprès de l’assureur est du 22 décembre 2005 ; que les articles R. 112-1 et L. 112-4 du code des assurances prévoient que les polices d’assurances doivent, notamment, rappeler les dispositions de la loi concernant la prescription des actions dérivant du contrat d’assurance ; que les conditions particulières du contrat d’assurance conclu entre le syndicat des copropriétaires et l’assureur ne portent aucune référence expresse à la prescription des actions dérivant du contrat d’assurance, ni ne font spécifiquement mention des dispositions de l’article L. 114-1 du code des assurances ; que si cette police indique, en sa page 1, les risques garantis « conformément aux conditions générales jointes », l’assureur ne rapporte pas la preuve qui lui incombe d’avoir communiqué à l’assuré ces conditions générales ou d’avoir remis la notice relative aux conditions générales ; que le courrier ultérieur de l’assureur du 10 juin 2006, adressé à son assuré et rappelant les termes de la prescription biennale, ne peut avoir aucune efficience ;

Qu’ayant constaté que l’assureur ne rapportait pas la preuve de la remise à l’assuré des conditions générales ou d’une notice l’informant des délais de prescription des actions dérivant du contrat d’assurance, la cour d’appel en a exactement déduit l’inopposabilité à l’assuré du délai de prescription édicté par l’article L. 114-1 du code des assurances.”

Quels sont les cas dans lesquels la prescription biennale ne s’applique pas ?

Voici quelques exemples dans lesquels la prescription biennale ne s’applique pas :

- Un premier cas important est celui des actions des victimes à l’encontre des compagnies d’assurances, c’est-à-dire de l’action directe dont les victimes disposent :

“Vu les articles L. 114-1 et L. 124-3 du code des assurances ;

Attendu que l’action de la victime contre l’assureur de responsabilité, qui trouve son fondement dans le droit de la victime à réparation de son préjudice, se prescrit par le même délai que son action contre le responsable et ne peut être exercée contre l’assureur, au-delà de ce délai, que tant que celui-ci reste exposé au recours de son assuré ;

Attendu, selon l’arrêt attaqué, que la société Techni-Therm, assurée pour sa responsabilité civile auprès de la société HDI Gerling Industrie Versicherung AG (l’assureur), a livré à la société Solyfi-Soremo un four thermique en juillet 1997 ; que des dysfonctionnements s’étant produits, une expertise a été ordonnée en référé le 28 mars 2000, à la demande de la société Solyfi-Soremo ; que la société Techni-Therm, assignée le 25 janvier 2002 par la société Solyfi-Soremo en responsabilité et indemnisation des désordres affectant l’installation, a été déclarée responsable et condamnée à payer certaines sommes à la société Solyfi-Soremo par un arrêt d’une cour d’appel en date du 14 décembre 2004 ; que, le 21 janvier 2004, la société Techni-Therm a assigné l’assureur en garantie des condamnation prononcées à l’encontre de l’assuré ; que la société Solyfi-Soremo est intervenue volontairement à l’instance par conclusions du 6 avril 2005 et a demandé la condamnation de l’assureur à lui payer certaines sommes ;

Attendu que pour déclarer prescrite l’action engagée par la société Solyfi-Soremo à l’encontre de l’assureur, l’arrêt retient que l’action directe dont la société Solyfi-Soremo bénéficie se prescrit par la même durée que l’action en responsabilité dont elle bénéficiait à l’encontre de la société Techni-Therm et que cette prescription décennale, qui avait commencé à courir à compter de la fourniture et de la livraison du four litigieux au mois de juillet 1997, n’était pas acquise lorsqu’elle a exercé son action directe par voie de conclusions d’intervention volontaire notifiées le 6 avril 2005 et déposées au greffe le 7 avril 2005 ; qu’il résulte toutefois des dispositions des articles L. 114-1 et L. 124-3 du code des assurances que la victime ne peut exercer l’action directe à l’encontre de l’assureur de responsabilité de l’auteur de son dommage que tant que ce dernier reste soumis au recours de son action et que lorsque l’action de l’assuré contre l’assureur a pour cause le recours d’un tiers, son action se prescrit par deux ans à compter du jour où ce tiers a exercé une action en justice contre l’assuré ; que la société Solyfi-Soremo a exercé son action directe à l’encontre de l’assureur suivant conclusions d’intervention volontaire notifiées le 6 avril 2005, soit plus de deux ans après la mise en cause de la société Techni-Therm par la société Solyfi-Soremo devant les juges du fond saisis de l’action de celle-ci à l’encontre de celle-là suivant acte d’huissier du 25 janvier 2002 ;

Qu’en statuant ainsi, tout en constatant que l’action en responsabilité de la société Solyfi-Soremo contre société Techni-Therm n’était pas prescrite, la cour d’appel a violé les textes susvisé.”

Bien entendu, l’action de la victime contre l’assuré se prescrit selon le délai applicable à cette action, qui est sans rapport avec le délai d’action prévu par le code des assurances objet de la présente étude.

Il en est de même du recours subrogation de la part de l’assureur contre le responsable.

- L’action en responsabilité que l’assuré peut vouloir engager contre l’assureur n’est pas soumise à ce délai de prescription de deux ans, dans le cas suivant, portant sur le reproche fait à l’assureur d’un manquement à ses obligations précontractuelles :

“Vu l’article L. 114-1, alinéa 1er, du Code des assurances ;

Attendu que la prescription biennale n’a lieu de jouer que pour les actions dérivant du contrat d’assurance ;

Attendu que l’arrêt attaqué a déclaré prescrite au visa de ce texte l’action en nullité du contrat d’assurance souscrit par M. et Mme X… qui s’étaient également prévalus de la responsabilité de l’assureur née du manquement de celui-ci à son obligation pré-contractuelle d’information ;

Qu’en statuant ainsi, alors que l’action de l’assuré engagée sur ce fondement ne dérive pas du contrat d’assurance, la cour d’appel a violé le texte susvisé.”

Quels sont les actions qui sont soumises à ce délai de prescription de deux ans ?

Voici quelques exemples d’actions soumises au délai de prescription de deux ans :

- Un cas important est celui de l’action en paiement des primes d’assurance.

Extrait d’un arrêt :

“Vu l’article L. 114-1 du Code des assurances ;

Attendu qu’aux termes de ce texte, toutes actions dérivant d’un contrat d’assurance sont prescrites par deux ans à compter de l’événement qui y donne naissance ;

Attendu que, pour décider que l’action de la CMA en paiement des primes d’assurances échues pendant la période du 1er avril 1980 au 31 mars 1983 n’était pas atteinte par la prescription biennale, l’arrêt attaqué retient que cette prescription a commencé à courir le 23 octobre 1984, date de l’avis d’échéance adressé à la société Week-end service ;

Attendu qu’en statuant ainsi, alors qu’il résultait de ses constatations que les dates d’échéance des primes, point de départ de la prescription biennale de l’action tendant à leur recouvrement, avaient été fixées, par le contrat d’assurance, aux premier avril et premier octobre de chaque année, pour le semestre écoulé, la cour d’appel a violé le texte susvisé.”

- L’action contre l’assureur pour être indemnisé :

“Attendu, selon les énonciations des juges du fond, qu’un incendie a détruit un immeuble appartenant à la société Verrerie de Lutzelbourg et assuré par celle-ci auprès de la compagnie Rhin et Moselle ; qu’après expertise amiable et admission de cette société au bénéfice du règlement judiciaire, les parties sont convenues le 20 août 1985 de fixer à 155 816 francs l’indemnité d’assurance ; que, le 30 décembre 1988, la société Verrerie de Lutzelbourg, assistée de son syndic, a assigné la compagnie Rhin et Moselle en paiement de cette somme ; que cette compagnie a opposé la fin de non-recevoir tirée de la prescription de l’action en application de l’article 12 de la loi locale du 30 mai 1908 ; que l’arrêt attaqué (Colmar, 5 février 1993) a  » débouté  » la société de sa demande ;

Attendu que la société Verrerie de Lutzelbourg assistée de son syndic, fait grief à l’arrêt attaqué d’avoir ainsi statué, alors, selon le moyen, que ne dérive pas du contrat d’assurance l’action née d’une transaction conclue entre l’assureur et l’assuré et ayant pour objet la fixation d’une indemnité réglant un sinistre ; qu’en l’espèce, l’action de l’assuré avait pour objet l’exécution d’une transaction destinée à éviter tout litige avec l’assureur sur le montant de l’indemnité et non pas celle du contrat d’assurance, l’assureur n’ayant jamais contesté le droit de l’assuré à l’indemnité ; que, dès lors, en soumettant cette action à la prescription biennale, la cour d’appel a violé, par fausse application, l’article L. 114-1 du Code des assurances ;

Mais attendu que la cour d’appel a retenu, à bon droit, que l’action de la société Verrerie de Lutzelbourg tendant à obtenir paiement de l’indemnité qui lui était due à la suite du sinistre était une action exercée sur le fondement d’un droit né du contrat d’assurance et était donc soumise à la prescription biennale prévue par l’article 12 de la loi locale du 30 mai 1908, peu important que le montant de l’indemnité ait été fixé d’un commun accord entre assureur et assuré.”

- L’action en nullité du contrat d’assurance.

- L’action en responsabilité contractuelle à l’encontre de l’assureur :

“Vu l’article L. 114-1, alinéa 1er, du Code des assurances ;

Attendu qu’en application de ce texte l’action en responsabilité engagée par l’assuré contre l’assureur ou son représentant en raison d’un manquement à son obligation contractuelle de renseignement et de conseil se prescrit par deux ans ;

Attendu que, victime en 1979 d’un accident de la circulation, Mme Y…, assurée auprès de la société Azur assurances, a recherché en 1998 la responsabilité de cet assureur et de son représentant, M. X… pour lui avoir fait perdre la possibilité d’exercer un recours contre le tiers responsable, du fait d’informations erronées qui lui auraient été fournies sur les actions qui lui étaient ouvertes à la suite de son sinistre ;

Attendu que pour rejeter la fin de non-recevoir que l’assureur opposait à cette demande sur le fondement de l’article L. 114-1 du Code des assurances, l’arrêt énonce que la responsabilité de l’assureur à raison du manquement à son obligation contractuelle d’information et de conseil, qui ne dérive pas du contrat d’assurance, n’est pas soumis au délai de prescription prévue par ce texte ;

Qu’en statuant ainsi, et alors qu’elle devait rechercher la date à laquelle l’assurée avait eu connaissance du manquement de l’assureur à ses obligations et du préjudice en résultant par elle, situant le point de départ de la prescription biennale, la cour d’appel a violé le texte susvisé.”

Quel est le bon départ du délai de prescription ?

Selon le code des assurances, le point de départ est le jour de l’événement qui donne naissance à l’action.

Cette imprécision permet de couvrir de nombreuses situations.

En ce qui concerne l’action en paiement des primes d’assurance, le jour et celui de l’exigibilité de la prime.

En ce qui concerne le sinistre, et son indemnisation, le point de départ est le jour du sinistre lui-même, étant précisé qu’il faut aussi prendre en considération le jour de la connaissance du sinistre par l’assuré. En ce qui concerne les accidents corporels, c’est la date de la consolidation du dommage qui doit être prise en considération.

Il y a lieu de faire application de l’article 2234 du Code civil qui prévoit le report de ce point de départ de la prescription dans les différents cas suivants :

“La prescription ne court pas ou est suspendue contre celui qui est dans l’impossibilité d’agir par suite d’un empêchement résultant de la loi, de la convention ou de la force majeure.”

L’article L 114-1 du code des assurances prévoit également expressément les cas suivants de report du point de départ de la prescription :

“Toutes actions dérivant d’un contrat d’assurance sont prescrites par deux ans à compter de l’événement qui y donne naissance.

Toutefois, ce délai ne court :

1° En cas de réticence, omission, déclaration fausse ou inexacte sur le risque couru, que du jour où l’assureur en a eu connaissance ;

2° En cas de sinistre, que du jour où les intéressés en ont eu connaissance, s’ils prouvent qu’ils l’ont ignoré jusque-là.

Quand l’action de l’assuré contre l’assureur a pour cause le recours d’un tiers, le délai de la prescription ne court que du jour où ce tiers a exercé une action en justice contre l’assuré ou a été indemnisé par ce dernier.”

“Vu l’article L. 114-1, alinéa 1er, du Code des assurances ;

Attendu qu’en application de ce texte l’action en responsabilité engagée par l’assuré contre l’assureur ou son représentant en raison d’un manquement à son obligation contractuelle de renseignement et de conseil se prescrit par deux ans ;

Attendu que, victime en 1979 d’un accident de la circulation, Mme Y…, assurée auprès de la société Azur assurances, a recherché en 1998 la responsabilité de cet assureur et de son représentant, M. X… pour lui avoir fait perdre la possibilité d’exercer un recours contre le tiers responsable, du fait d’informations erronées qui lui auraient été fournies sur les actions qui lui étaient ouvertes à la suite de son sinistre ;

Attendu que pour rejeter la fin de non-recevoir que l’assureur opposait à cette demande sur le fondement de l’article L. 114-1 du Code des assurances, l’arrêt énonce que la responsabilité de l’assureur à raison du manquement à son obligation contractuelle d’information et de conseil, qui ne dérive pas du contrat d’assurance, n’est pas soumis au délai de prescription prévue par ce texte ;

Qu’en statuant ainsi, et alors qu’elle devait rechercher la date à laquelle l’assurée avait eu connaissance du manquement de l’assureur à ses obligations et du préjudice en résultant par elle, situant le point de départ de la prescription biennale, la cour d’appel a violé le texte susvisé.”

Quels sont les cas d’interruption de la prescription ?

Le code des assurances prévoit des cas spécifiques d’interruption de la prescription, qui sont la désignation d’experts à la suite d’un sinistre, qu’il s’agisse d’une désignation judiciaire amiable, et surtout l’envoi d’une lettre recommandée avec accusé de réception (une lettre simple dont il serait accusé réception ne suffit pas).

Les autres cas d’interruption de la prescription s’appliquent conformément à l’article L. 114-2 du code des assurances : 

“La prescription est interrompue par une des causes ordinaires d’interruption de la prescription et par la désignation d’experts à la suite d’un sinistre. L’interruption de la prescription de l’action peut, en outre, résulter de l’envoi d’une lettre recommandée avec accusé de réception adressée par l’assureur à l’assuré en ce qui concerne l’action en paiement de la prime et par l’assuré à l’assureur en ce qui concerne le règlement de l’indemnité.”

Quels sont les cas de suspension de la prescription ?

Ce sont les cas prévus par le Code civil et en particulier par les articles 2234,2238 et 2239 du Code civil.

Par Me Buffet

Source

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Christophe BUFFET

Maître Christophe BUFFET

Avocat au Barreau de ANGERS

  • Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit de la Consommation
  • - Droit des Assurances
  • - Droit Public
  • - Droit de l'Environnement
  • - Procédure Judiciaire

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à côté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.