Les quelque 35.000 heureux salariés de Kering, 3ème groupe mondial du luxe basé en France peuvent bénéficier depuis le 1er janvier 2020, de 14 semaines de congé paternité. De quoi profiter à deux des premiers mois de leur enfant !

Le groupe évoque une "politique parentale pionnière", avec pour objectif de promouvoir l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes. C'est aussi un merveilleux moyen pour équilibrer vie personnelle et vie professionnelle.

"En harmonisant les avantages accordés aux pères et aux partenaires, nous nous assurons non seulement que tous nos collaborateurs bénéficient des mêmes droits, et ainsi d'un temps équivalent à consacrer à leur famille, mais nous agissons aussi en faveur des femmes dans le milieu professionnel, où femmes et hommes seront dès lors tout aussi susceptibles de prendre un congé prolongé", Béatrice Lazat, directrice des ressources humaines de Kering.

Kering n'est pas la seule entreprise a avoir allongé le congé paternité de ses employés, les jeunes papas d'Ikea ou Ubisoft ont droit à un mois par exemple. Aviva, le groupe d'assurance avait déjà porté son congé paternité à 10 semaines dès 2017.

À retenir :

À compter du 1er juillet 2021, le congé paternité évolue. Voici les principaux changements à retenir (1) :

  • la durée du congé paternité augmente de 11 jours calendaires à 25 jours calendaires (de 18 jours à 32 jours en cas de naissances multiples) ;
  • une partie du congé paternité sera obligatoire (4 jours consécutifs devront immédiatement être pris après le congé de naissance de 3 jours), soit 7 jours consécutifs au total ;
  • le solde du congé paternité (les 21 jours ou 28 jours restants si naissances multiples) ne sera pas obligatoire, mais si le salarié décide de prendre ce solde, les congés pourront être pris immédiatement après les 4 jours obligatoires ou ultérieurement et pourront même faire l'objet d'un fractionnement.

Ces changements s'appliqueront pour toute naissance intervenant à compter du 1er juillet 2021.

👓A lire également :