Faux : votre état de santé relève de votre vie privée

Lors d'un entretien d'embauche, les informations qui peuvent vous être demandées doivent servir uniquement à apprécier vos compétences afin d'évaluer votre capacité à occuper le poste qui est proposé.

Les informations qui vous sont demandées doivent donc avoir un lien direct avec l'emploi pour lequel vous postulez et avec les aptitudes qui sont exigées.

Dès lors, l'employeur n'est pas autorisé à vous interroger sur des sujets relevant de votre vie privée, d'autant plus si ces informations constituent un motif de discrimination, tel que l'état de santé.

Vous n'avez donc aucune obligation de révéler votre séropositivité à un employeur lors d'un entretien d'embauche.

De surcroit, le Code du travail est très clair à ce sujet, aucune personne ne peut être écartée d'une procédure de recrutement ou de l'accès à un stage ou à une période de formation en entreprise, aucun salarié ne peut être sanctionné, licencié ou faire l'objet d'une mesure discriminatoire, directe ou indirecte (1), en raison notamment de son état de santé (2)

Votre séropositivité ne doit donc pas justifier un refus d'embauche, même si malheureusement les idées reçues autour de cette maladie sont encore très présentes au 21ème siècle.

Néanmoins, il peut vous être conseillé d'en informer le médecin du travail, tenu par le secret médical, notamment si vous demandez des aménagements de poste en raison de votre maladie. En effet, la prise d'un traitement peut, selon les patients, avoir des effets secondaires tels que la fatigue par exemple.

Depuis l'identification du VIH, le sida a fait plus de 20 millions de victimes.

www.aides.org

Le médecin du travail n'a pas pour rôle de juger votre état de santé, simplement de vous protéger et faire en sorte que vous exerciez vos missions sereinement et en toute sécurité.

Que faire si vous êtes victime de discrimination à l'embauche en raison du VIH ?

Tout candidat à un emploi qui s'estime victime d'une discrimination en raison de son état de santé peut saisir le Conseil de Prud'hommes (CPH) pour contester son refus d'embauche (3).

Cependant, pour que l'action soit recevable, le CPH doit être saisi dans un délai de 5 ans à compter de la révélation de la discrimination (4)

Comment saisir le CPH ?

Saisir le Conseil de prud'hommes

Sachez que la procédure devant le CPH est gratuite et le recours à un avocat n'est pas obligatoire mais vivement conseillé afin de mettre toutes les chances de succès au procès de votre côté. En effet, il est compliqué de prouver une discrimination au stade de l'embauche.

N'hésitez pas également à vous tourner auprès de l'inspection du travail, compétente pour constater toute discrimination à l'embauche.