Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT » Comité d'Entreprise (CE) » Le fonctionnement du CE » Consultation du CE » Domaines de consultations du CE » Consultation du Comité d'entreprise sur le projet de licenciement d'un salarié protégé » Actualités

Article avocat Consultation du Comité d'entreprise sur le projet de licenciement d'un salarié protégé

Licenciement de salariés protégés : information du CE, information de l’autorité administrative

Par , Avocat - Modifié le 15-04-2015

A cette fin, l’employeur doit lui transmettre, notamment à l'occasion de la communication qui est faite aux membres du comité de l'ordre du jour de la réunion en cause, des informations précises et écrites sur l'identité du salarié visé par la procédure, sur l'intégralité des mandats détenus par ce dernier ainsi que sur les motifs du licenciement envisagé.

Il appartient à l'administration saisie d'une demande d'autorisation de licenciement d'apprécier si l'avis du CE a été régulièrement émis, et notamment si le CE a disposé des informations lui permettant de se prononcer en toute connaissance de cause, à défaut, elle ne peut légalement accorder l'autorisation demandée.

Lorsque le licenciement d’un salarié légalement investis de fonctions représentatives est envisagé, ce licenciement ne doit pas être en rapport avec les fonctions représentatives normalement exercées ou avec l'appartenance syndicale de l'intéressé.

Dans le cas où la demande de licenciement est motivée par un comportement fautif, il appartient à l'inspecteur du travail saisi et, le cas échéant, au ministre compétent de rechercher, sous le contrôle du juge de l'excès de pouvoir, si les faits reprochés au salarié sont d'une gravité suffisante pour justifier son licenciement, compte tenu de l'ensemble des règles applicables au contrat de travail de l'intéressé et des exigences propres à l'exécution normale du mandat dont il est investi.

En outre, pour refuser l'autorisation sollicitée, l'autorité administrative a la faculté de retenir des motifs d'intérêt général relevant de son pouvoir d'appréciation de l'opportunité, sous réserve qu'une atteinte excessive ne soit pas portée à l'un ou l'autre des intérêts en présence.

 

C’est ce qu’a rappelé le Conseil d’Etat dans ses deux arrêts du 27 mars 2015 n°371852 et n°366166.

 

Les sujets :

1°) Sur l’obligation de fournir au CE des informations précises et écrites (CE 27/03/2015 n°371852) :

Dans cet arrêt, les faits étaient les suivants : l'employeur, dans la convocation adressée aux membres du comité d'entreprise, n’avait pas indiqué le motif du licenciement envisagé de la salariée, déléguée du personnel suppléante et membre de la délégation unique du personnel au CE.

Cette salariée, dont le licenciement pour faute fut autorisé par l'inspecteur du travail, saisit donc le tribunal administratif pour faire annuler pour excès de pouvoir, la décision de l'inspecteur du travail, au motif que l’employeur n'avait pas satisfait à l'obligation, résultant des dispositions des articles L.2421-3 et L.2323-4 du code du travail, de fournir au CE des informations précises et écrites et ne l'avait ainsi pas mis à même d'émettre son avis en toute connaissance de cause sur les motifs du licenciement.

La cour administrative d’appel avait donné raison à la salariée, en se fondant sur la seule circonstance que le motif du licenciement envisagé ne figurait pas dans la convocation du CE pour en déduire que celui-ci n'avait pu se prononcer en toute connaissance de cause et que l'administration ne pouvait en conséquence légalement autoriser le licenciement demandé.

Mais le Conseil d’Etat a donné tort à la salariée et a annulé l’arrêt de la cour d’appel :

 « L'absence de transmission par l'employeur lors de la convocation du CE des informations requises, pour la consultation prévue à l'article L. 2421-3 du code du travail, par l'article L. 2323-4 du même code, n'entache pas d'irrégularité cette consultation si le CE a tout de même disposé de ces informations dans des conditions lui permettant d'émettre son avis en toute connaissance de cause ».

En résumé: Pour les informations non transmises en même temps que la convocation à la réunion du CE, le Conseil d’Etat fait preuve de tolérance, si la transmission tardive n’empêche le CE de rendre un avis éclairé.

 

2°) Sur l’obligation d’informer l’autorité administrative de tout mandat obtenu postérieurement à l’envoi de la convocation à l’entretien préalable (CE 27 mars 2015 n°366166)

Dans cet arrêt, les faits étaient les suivants : à la date de l'envoi de la convocation à l'entretien préalable à son licenciement en juillet 2009, une salariée bénéficiait de la protection exceptionnelle contre le licenciement prévue par le code du travail au titre de ses fonctions d'ancienne déléguée du personnel et d'ancienne déléguée syndicale.

Mais le 28 novembre 2009, elle fut désignée représentante de la section syndicale CFDT.

Par décision du 19 mars 2010, le ministre du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité saisi par l’employeur d'un recours hiérarchique contre la décision de l'inspecteur du travail du 24 septembre 2009 qui avait refusé d'autoriser son licenciement, avait annulé la décision de l'inspecteur du travail et accordé l'autorisation de licenciement.

S’il est acquis :

  • que l’autorité administrative doit être informée, dans la demande d’autorisation de licenciement, de l’ensemble des mandats du salarié protégé (CE 20 mars 2009 n°309195),
  • que la qualité de salarié protégé s’apprécie à la date d’envoi de la convocation à l’entretien préalable,
  • qu’une protection acquise postérieurement ne déclenche pas l’obligation de saisir l’inspection du travail pour autorisation (CE 31 mars 2014 n°363967),

l’autorité administrative doit-elle néanmoins être informée de tout mandat obtenu postérieurement à l’envoi de la convocation à l’entretien préalable ?

Oui, pour le Conseil d’Etat, qui confirme l’annulation de l’autorisation de licenciement de la salariée :

« Pour opérer les contrôles auxquels elle est tenue de procéder lorsqu'elle statue sur une demande d'autorisation de licenciement, l'autorité administrative doit prendre en compte l'ensemble des mandats détenus par le salarié ; si les dispositions du code du travail ne sauraient permettre à une protection acquise postérieurement à la date de l'envoi par l'employeur de la convocation à l'entretien préalable au licenciement de produire des effets sur la procédure de licenciement engagée par cet envoi, l'autorité administrative doit toutefois avoir connaissance de l'ensemble des mandats détenus à la date de sa décision, y compris ceux obtenus le cas échéant postérieurement à cette convocation, afin d'être mise à même d'exercer son pouvoir d'appréciation de l'opportunité du licenciement au regard de motifs d'intérêt général ; lorsqu'il est saisi d'un recours hiérarchique contre une décision d'un inspecteur du travail statuant sur une demande d'autorisation de licenciement d'un salarié protégé, le ministre compétent doit, soit confirmer cette décision, soit, si celle-ci est illégale, l'annuler, puis se prononcer de nouveau sur la demande d'autorisation de licenciement compte tenu des circonstances de droit et de fait à la date à laquelle il prend sa propre décision ; () le ministre, faute d'avoir été informé de la désignation de Mme A... en qualité de représentante de la section CFDT, n'avait pas été mis à même de procéder aux contrôles qu'il était tenu d'exercer () »

En résumé: pour ne pas encourir le risque d’une annulation de l’autorisation de licenciement, l’employeur devra avoir informé l’autorité administrative (inspection du travail et ministre) de tout nouveau mandat obtenu avant que celle-ci ne rende sa décision.

 

Par Stéphane Vacca

Avocat au Barreau de Paris 

Maître Stéphane Vacca

Maître Stéphane Vacca

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT

Me contacter

Ne passez pas à côté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.