Selon John Hayes, ministre des compétences et de la formation continue, l’Angleterre doit repenser la formation de la force de travail du Royaume-Uni afin de corriger les déficits publics et rééquilibrer l’économie britannique. Au Royaume-Uni, le chômage des jeunes concernerait près d’un million de personnes.
 

Le Royaume-Uni a donc décidé d’investir massivement dans l’apprentissage, qui « devient une voie parallèle à celle de l’université », selon John Hayes. Sur l’exercice 2010-2011, le Royaume-Uni comptait 457.000 apprentis, contre 239.900 sur l’exercice 2008-2009. 1,5 milliard de livres seront investis dans l’apprentissage cette année et 1,4 milliard de livres l’ont été l’an dernier, destinées à payer la formation, les employeurs rémunérant simplement le personnel.
 

Le ministre estime que l’approche du Royaume-Uni est différente en ce qu’elle ouvre l’apprentissage à des formations de hauts niveaux. L’objectif est que 25.000 personnes reçoivent une formation du niveau d’un diplôme universitaire.
 

Des Conseils de compétences sectorielles seront mis en place pour connaître les besoins des entreprises. Ces Conseils auront pour rôle de vérifier que les apprentissages financés répondent bien aux besoins économiques sur le terrain.
 

Pensez-vous que la France devrait également plus mettre l’accent sur l’apprentissage sur le modèle du Royaume-Uni ?

Source : Les Echos, le 5 mars 2012