Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit des Employeurs - Droit Social » Droit du Travail & Droit Social » Temps de travail » Gérer le Temps Partiel » Rédiger le Contrat de Travail à Durée Indéterminée à temps partiel : modèles & conseils » Actualités

Article avocat Rédiger le Contrat de Travail à Durée Indéterminée à temps partiel : modèles & conseils

Travail à temps partiel : attention à la rédaction de l’avenant au contrat de travail

Par , Avocat - Modifié le 11-07-2013

Dans un arrêt du 20 juin 2013 (Cass. Soc. 20.06.2013 : n°10-20507), la Cour de Cassation précise les obligations de l’employeur en matière de travail à temps partiel.

En effet, l’article L3123-14 du Code du travail impose comme condition de validité des mentions obligatoires dans le contrat de travail du salarié embauché à temps partiel.

Parmi ces mentions, doivent figurer entre autres, la durée hebdomadaire ou mensuelle, ainsi que la répartition de la durée du travail entre les jours de la semaine ou les semaines du mois.

L’absence de précision dans le contrat de travail fait présumer que l’emploi est à temps complet (Cass. Soc. 15.10.2002 : n°01.46240 : Cass. Soc. 09.01.2013 : n°11-16433).

Il incombe à l’employeur qui conteste cette présomption de rapporter la preuve non seulement de la durée exacte hebdomadaire ou  mensuelle accomplie par le salarié et convenue entre eux, mais aussi que le salarié n’était pas placé dans l’impossibilité de prévoir à quel rythme il devait travailler et qu’il n’avait pas à se tenir à la disposition constante de son employeur (Cass. Soc 21.11.2012 : n°11-10258).

Pour la Cour de Cassation, cette exigence d’écrit vaut non seulement pour le contrat de travail, mais aussi pour tout avenant venant à être signé au cours de l’exécution de la relation de travail.

Ainsi, chaque avenant doit contenir une clause précisant la durée hebdomadaire ou mensuelle, ainsi que la répartition de la durée du travail entre les jours de la semaine ou les semaines du mois.

A défaut, le salarié est là encore présumé travailler à temps complet, et l’employeur sera condamné à un rappel de salaire.

Par Me Virginie LANGLET

Avocat au Barreau de Paris

Sources : Cass. Soc. 20 juin 2013, n°10-20507 ; Cass. Soc. 15 octobre 2002, n°01-46240 ; Cass. Soc. 9 janvier 2013, n°11-16433 ; Cass. Soc. 21 novembre 2012, n°11-10258

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Pour aller plus loin


Maître Virginie Langlet

Maître Virginie Langlet

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.