Recruter un représentant commercial de terrain peut être un avantage non négligeable pour l'employeur qui souhaite développer son activité et vendre ses produits ou services.

Il est important de distinguer le VRP exclusif et le VRP multicartes.

Le VRP multicartes partage son activité en exerçant pour le compte de plusieurs employeurs. Il ne bénéficie pas d'un salaire fixe et n'est pas indemnisé pour ses frais de route. Il est uniquement rémunéré à la commission.

Modèle de contrat de travail d'un VRP multicartes

Modèle de contrat de travail VRP Multicartes

Le VRP exclusif ne représente qu'un seul employeur : pour s'assurer de cela, une clause d'exclusivité figure dans son contrat de travail.

Il bénéficie, contrairement à son homologue, d'une garantie minimale de rémunération. Il peut également recevoir des commissions

Modèle de contrat de travail VRP exclusif

Modèle de contrat de travail VRP Exclusif

Les critères déterminants au statut de VRP

Pour bénéficier de ce statut,l'inconvénient est qu'il faut répondre à un certain nombre de critères cumulatifs. Le cas échéant, votre salarié ne pourra avoir le statut de VRP. Ces critères sont les suivants :

  • la profession de VRP doit être exercée de façon constante et exclusive ;
  • le VRP doit exercer une activité de prospection ;
  • il ne peut faire aucune opération commerciale pour son propre compte ;
  • le VRP est lié à son employeur par des engagements déterminants.

Lesdits engagements déterminants concernent : 

  • la nature des prestations de services ou des marchandises offertes à la vente ou à l'achat,
  • la région dans laquelle l'activité est exercée ou les catégories de clients visités,
  • le taux des rémunérations (1).

Néanmoins, le statut peut être appliqué en vertu d'une clause contractuelle le prévoyant (2).

En outre, il est important de préciser que le VRP doit personnellement rechercher des clients et leur rendre visite pour leur présenter les produits ou services proposés par la ou les entreprises pour lesquelles il travaille. C'est donc au VRP et non à l'employeur de rechercher des clients ou de fournir une liste de visite (3). Le contact avec les clients est également nécessaire (4). En outre, la représentation suppose que la prospection ait lieu à l'extérieur de l'entreprise (5).

La nature du contrat de travail proposé

Il est important de rappeler que le VRP est soumis à un statut légal spécifique.

Le contrat de travail du VRP peut tout à fait être conclu à temps plein comme à temps partiel. S'il s'agit d'un CDI à temps plein, la rédaction d'un écrit n'est pas une condition de validité du contrat. Mais, l'écrit doit comme pour tout autre salarié être préféré afin de clarifier le contexte dans lequel s'inscrit la relation de travail.

Période d'essai

Sachant que la période d'essai ne se présume pas, elle doit être explicitement mentionnée par écrit pour être valable (6).

Rappelons que la loi introduit une durée maximale de la période d'essai plus courte pour les VRP en CDI que pour les autres salariés. En effet, l'employeur ne peut prévoir une durée supérieure à 3 mois pour cette période d'évaluation des compétences (7) et aucun renouvellement n'est en principe possible pour le VRP.

Convention collective applicable

Le contrat de travail du VRP répond aux règles conventionnelles qui se rattachent à l'Accord national interprofessionnel des voyageurs, représentants, placiers du 3 octobre 1975, mais une autre convention collective peut lui être appliquée en vertu d'une clause contractuelle.

Rémunération

Comme dit précédemment, selon le statut du VRP, le salaire sera fixe ou composé de commissions. Parfois les deux à la fois sont possibles. Le montant des commissions est fixé par les parties au contrat. 

Ils ne sont pas soumis au salaire minimum interprofessionnel, dit SMIC. Même, s'il est possible de prévoir au contrat un salaire minimum de référence.

Cessation d'activité et allocations chômage

122jours d'affiliation

Le chômage est alloué aux VRP s'ils sont dans la capacité de justifier de 122 jours d'affiliation minimum dans les 28 mois précédant la rupture du contrat de travail.