Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit des affaires » Droit Commercial » Gérer son activité commerciale » Contrat B2B » Contrats commerciaux, clauses contractuelles » Actualités

Article avocat Contrats commerciaux, clauses contractuelles

Organisation d'un évènement culturel - Annulation du contrat - Force majeure

Par , Avocat - Modifié le 03-12-2012
Ayant relevé qu'un communiqué relatif à l'annulation d'une manifestation organisée par une commune ne se référait qu'aux ' nombreuses incertitudes ' tendant notamment à la sécurité et qu'eu égard à la circonstance que cette annulation était intervenue 4 mois avant la date prévue pour cette manifestation, aucun élément ne justifiait que la sécurité de cette dernière ne pourrait être assurée, une cour d'appel a pu en déduire que la force majeure n'était pas constituée


Cour de cassation- chambre civile 1 Audience publique du mardi 14 janvier 1997 N° de pourvoi: 95-11145--------Publié au bulletin----- Rejet. Président : M. Lemontey ., président Rapporteur : M. Renard-Payen., conseiller rapporteur Avocat général : Mme Le Foyer de Costil., avocat général Avocat : la SCP Ryziger et Bouzidi., avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS


Attendu, selon l'arrêt attaqué (Paris, 20 octobre 1994), que la commune de Sainte-Geneviève-des-Bois a, le 30 octobre 1990, passé commande à la société RTG Agency de fournitures et de prestations diverses en vue de l'organisation du 4e carnaval les 8 et 9 juin 1991 ;

que, le 7 février 1991, la municipalité a décidé d'annuler cette manifestation en raison de la Guerre du Golfe persique intervenue entre-temps ; que l'arrêt attaqué a débouté la commune de ses demandes reconventionnelles en annulation et résolution du contrat et l'a condamnée à payer à la société la somme de 417 000 francs ;


Sur le premier moyen : Attendu que la commune fait grief à l'arrêt d'avoir rejeté l'exception d'incompétence des juridictions de l'ordre judiciaire qu'elle soulevait, alors qu'en énumérant les prestations que la société devait fournir à la ville, la cour d'appel a caractérisé un contrat portant sur l'exécution même d'une partie du service public constitué par le spectacle de carnaval, ce qui en faisait un contrat administratif ;


Mais attendu que la cour d'appel, ayant relevé que la commune avait organisé elle-même la manifestation dont elle avait conservé la maîtrise et s'était bornée à solliciter le concours occasionnel et ponctuel de la société à laquelle elle avait confié des tâches limitativement énumérées, en a exactement déduit que cette dernière n'était pas chargée de l'exécution d'une mission de service public ;


D'où il suit que le moyen n'est pas fondé ; Sur le second moyen : Attendu que la commune reproche encore à l'arrêt d'avoir jugé que les conditions de la force majeure n'étaient pas réunies, alors que la cour d'appel n'a pas précisé en quoi, à la date de l'annulation de la manifestation, le 7 février 1991, les circonstances de la Guerre du Golfe permettaient raisonnablement de considérer que la sécurité d'une manifestation pourrait être assurée les 8 et 9 juin 1991, cependant qu'au cas d'espèce la prévision d'un risque d'attentat n'aurait pas mis la commune en mesure d'en empêcher les effets en prenant des mesures de surveillance renforcée ;


Mais attendu qu'ayant relevé, par motifs adoptés, que le communiqué du 7 février 1991 relatif à l'annulation de la manifestation ne se référait qu'aux ' nombreuses incertitudes ' tendant notamment à la sécurité en raison du début de la Guerre du Golfe persique et, par motifs propres, qu'eu égard à la circonstance que cette annulation était intervenue quatre mois avant la date prévue pour la manifestation, aucun élément ne justifiait que la sécurité de cette dernière ne pourrait être assurée, la cour d'appel a pu en déduire que la force majeure n'était pas constituée ;


D'où il suit que le moyen n'est pas fondé ; PAR CES MOTIFS : REJETTE le pourvoi.


Analyse Publication : Bulletin 1997 I N° 21 p. 12 Décision attaquée : Cour d'appel de Paris , du 20 octobre 1994 Titrages et résumés : 1° SEPARATION DES POUVOIRS - Commune - Manifestation culturelle - Concours occasionnel et ponctuel d'une société - Exécution d'une mission de service public (non). 1° Ayant relevé qu'une commune avait organisé elle-même une manifestation dont elle avait la maîtrise et s'était bornée à solliciter le concours occasionnel et ponctuel d'une société à laquelle elle avait confié des tâches limitativement énumérées, une cour d'appel en a exactement déduit que cette dernière n'était pas chargée de l'exécution d'une mission de service public. 1° SEPARATION DES POUVOIRS - Convention passée entre un particulier et l'Administration - Convention n'associant pas le particulier à l'exécution même du service public - Compétence judiciaire - Concours occasionnel et ponctuel d'une société à une manifestation organisée par une commune et dont celle-ci avait la maîtrise 2° RESPONSABILITE CONTRACTUELLE - Exonération - Force majeure - Définition - Annulation par une commune d'une manifestation culturelle - Référence à de ' nombreuses incertitudes ' tenant notamment à la sécurité (non). 2° Ayant relevé qu'un communiqué relatif à l'annulation d'une manifestation organisée par une commune ne se référait qu'aux ' nombreuses incertitudes ' tendant notamment à la sécurité et qu'eu égard à la circonstance que cette annulation était intervenue 4 mois avant la date prévue pour cette manifestation, aucun élément ne justifiait que la sécurité de cette dernière ne pourrait être assurée, une cour d'appel a pu en déduire que la force majeure n'était pas constituée. 2° COMMUNE - Contrat passé avec un particulier - Organisation d'une manifestation - Annulation du contrat - Force majeure - Référence à de ' nombreuses incertitudes ' tenant notamment à la sécurité (non)


LIEN http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTexte=JURITEXT000007036004&fastReqId=938618932&fastPos=20

Source

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Pour aller plus loin


Maître Blandine Héricher-Mazel

Maître Blandine Héricher-Mazel

Avocat au Barreau de LEMANS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit des Sociétés - Création Entreprise - Cessation Activité
  • - Droit Commercial
  • - Propriété intellectuelle, web & NTIC
  • - Droit de la Famille - Divorce
  • - Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit de la Consommation
  • - Droit des Assurances
  • - Droit Routier, permis de conduire et automobile
  • - Droit de la Santé
  • - Droit des Transports
  • - Procédure Judiciaire

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à côté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.