Accueil » Droit du Travail Salarié » Temps de Travail » Convention de forfait : comprendre les forfaits jours & heures » Actualités

Actualité Convention de forfait : comprendre les forfaits jours & heures

Temps de travail : la France se fait épingler

Par - Modifié le 21-02-2011

Le Comité Européen des Droits Sociaux (CEDS) vient de mettre en lumière plusieurs dispositions de la législation française non conformes à la Charte sociale (1).

Ces conclusions, qui concernent notamment l'astreinte et le forfait jours, ne sont pas négligeables. En effet, il est possible pour un salarié, ou un syndicat, d'en faire état devant le Conseil des prud'hommes s'il estime que sa convention de forfait jours, ou son accord d'astreinte, ne respecte pas les règles édictées par la Charte.

Astreinte et durée raisonnable du travail :

Aujourd'hui, le Code du travail français prévoit que les périodes d'astreinte, pendant lesquelles le salarié n'intervient pas, sont considérées comme du temps de repos. Toutefois, les heures d'intervention sont considérées comme du temps de travail effectif.

Le CEDS considère que l'assimilation des périodes d'astreinte au temps de repos constitue une violation du droit à une durée raisonnable du travail prévu par la Charte sociale.

Rappel :

Une période d'astreinte s'entend d'une période pendant laquelle le salarié, sans être à la disposition permanente et immédiate de l'employeur, a l'obligation de demeurer à son domicile ou à proximité afin d'être en mesure d'intervenir pour effectuer un travail au service de l'entreprise (Article L.3121-5 du Code du travail).

Certaines conventions collectives mettent en place un régime d'astreinte. C'est le cas, par exemple, de la convention collective nationale de l'automobile ou encore celle de la pharmacie d'officine.

Forfait jours sur l'année et durée raisonnable du travail :

Le droit français n'impose pas aux accords collectifs de prévoir une durée maximale journalière et hebdomadaire du travail des salariés en forfait jours. Ces derniers bénéficient, en revanche, du repos minimum légal (soit 11 heures par jours et 24 heures par semaine). Un salarié en forfait jours peut ainsi être amené à travailler 78 heures par semaine.


Le CEDS considère que la durée hebdomadaire de travail de 78 heures autorisée pour les salariés en forfait jours, est excessive. Il juge également insuffisantes les garanties offertes par le système d'accords collectifs, concernant l'amplitude de travail des salariés en forfait jours.

Rappel :

Le forfait jours est une réglementation du temps de travail spécifique aux cadres qui disposent d'une autonomie et aux salarié dont la durée du temps de travail ne peut être prédéterminée. Ce forfait, dont la mise en place est soumise à la conclusion d'un accord collectif, consiste à décompter le temps travail en jours et non plus en heures.

Les salariés ayant conclu une convention de forfait en jours sur l'année sont exclus des règles générales relatives à la durée du travail (soit, selon le Code du travail : 10 heures par jour, 44 heures par semaine calculées sur 12 semaines et 48 heures pour une même semaine).

A noter :

Dans le cadre de la révision de la directive 2003/88 sur le temps de travail, la Commission européenne a également mis en lumière les défaillances de la France dans l'application du texte.

Notre dossier

Références :

Comité européen des Droits sociaux, conclusions décembre 2010

(1) Charte sociale européenne a été introduite dans l'ordre juridique interne par l'effet conjugué de la loi no 99-174 du 10 mars 1999 en autorisant l'approbation et du décret no 2000-110 du 4 février 2000 qui en porte publication. La publication est elle-même intervenue au  Journal officiel du 12 février 2000

Rapport de la Commission au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen et au comité des régions, COM (2010) 802/3

Vous avez besoin d'un conseil d'avocat pour Convention de forfait : comprendre les forfaits jours & heures ?

3 avocats vous proposent, sous 48h, un RDV en cabinet

Envoyer votre demande

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.

Publicité



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés