Accueil » Droit Public » Recours Administration » Litiges avec l'administration » Déroulement d'une affaire » Actualités

Article avocat Déroulement d'une affaire

La mise en jeu de la responsabilité de l'État pour faute de la justice

Par , Avocat - Modifié le 30-07-2015

Le 8 juillet 2015, la cour de cassation a eu l'occasion de revenir sur les conditions de mise en jeu de la responsabilité de l'état pour faute de la justice (1).

 

Le service de la justice n'est pas irréprochable. 

A cet égard, le législateur a prévu à l'article L. 141-1 du code de l'organisation judiciaire que : « L'Etat est tenu de réparer le dommage causé par le fonctionnement défectueux du service de la justice.

Sauf dispositions particulières, cette responsabilité n'est engagée que par une faute lourde ou par un déni de justice ».

 

La responsabilité de l’État suppose donc l'existence :

  • soit d’une faute lourde ;
  • soit d'un déni de justice. 

 

L’action en responsabilité de l’État à raison de l’activité juridictionnelle des tribunaux judiciaires concerne tous les actes juridictionnels, ou non, accomplis par les juges à l’occasion du litige qui leur est soumis. 

Le "service de la justice" englobe :

  • l’activité des magistrats du siège ;
  • l’activité des magistrats du parquet ;
  • l’activité des greffiers ;
  • et, d’une manière générale, l'activité de tous les agents participant à des opérations d'enquête et de police judiciaire.

 

A l'origine, la Cour de cassation définissait la faute lourde comme « celle qui a été commise sous l’influence d’une erreur tellement grossière qu’un magistrat normalement soucieux de ses devoirs n’y eut pas été entraîné » (2).

La faute lourde a notamment été retenue en cas de  :

  • animosité personnelle (3), 
  • intention de nuire (4),
  • mauvaise foi (5),
  • absence de tout acte d’instruction (6),
  • la divulgation d’information à l’Agence France-Presse (AFP) par les services de la répression des fraudes à l’occasion d’une enquête de police judiciaire permettant d’identifier les personnes en cause (7),
  • l’exécution d’une opération de police judiciaire en l’absence de l’élément légal de l’infraction supposée (8),
  • disparition, dans des circonstances indéterminées, d’un dossier pénal d’instruction, alors que des copies de pièces n’avaient pas été établies, comme le prescrit l’article 81 du Code de procédure pénale (9),
  • mise en détention provisoire non justifiée (10),
  • injonction de conclure à deux ans et fixation de la date des plaidoiries à trois ans (11),
  • carence d’un greffe correctionnel pour délivrer à la partie civile la grosse d’un jugement (12). 

Progressivement, la jurisprudence  s'est assouplie et les juges n'exigent plus une faute en tant que telle mais une « déficience du service public le rendant inapte à remplir la mission dont il est investi », une omission, une négligence ou une erreur.

Ainsi, le 23 février 2001, la cour de cassation a jugé que la faute lourde est constituée par « toute déficience caractérisée par un fait ou une série de faits traduisant l’inaptitude du service public de la justice à remplir la mission dont il est investi ». 

Il en résulte que le fonctionnement défectueux du service s'apprécie indépendamment de toute considération psychologique du comportement du ou des agents concernés. 

De plus, la faute lourde peut résulter d’une "série de faits". 

Autrement dit, si, pris isolément, aucune des négligences ne s’analyse en une faute lourde, en revanche, le fonctionnement défectueux du service public de la justice qui découle de leur réunion revêt le caractère d’une faute lourde. 

Je suis à votre disposition pour toute action ou information.

 

Par Anthony Bem
Avocat au Barreau de Paris

 

Sources : 

(1) Cour de cassation, chambre civile 1, 8 juillet 2015, N° de pourvoi: 14-15396

(2) Civ. 1ère, 13 octobre 1953 ; Civ. 1ère, 10 juin 1999, n° 97-11780

(3) C.A Paris, 13 mars 1985 : B.C c/ Trésor Public

(4) C.A Paris, 25 mai 1988, Sté Fils de Ramel

(5) C.A Paris, 29 mai 1990, Delalande c/ A.J.T

(6) Civ. 1ère, 29 juin 1994

(7) Civ. 1ère, 9 mars 1999

(8) Civ. 1ère, 15 octobre 1996

(9) T.G.I Paris, 5 janv. 2000

(10) C.A Paris, 14 juin 1998

(11) T.G.I Paris, 6 juillet 1949

(12) T.G.I Thonon Les Bains, 3 novembre 1994

Source

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Anthony BEM

Maître Anthony BEM

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT
  • - Droit des Sociétés - Création Entreprise - Cessation Activité
  • - Droit Commercial
  • - Propriété intellectuelle, web & NTIC
  • - Droit de la Famille - Divorce
  • - Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit Pénal
  • - Droit de la Consommation
  • - Droit des Assurances
  • - Droit Public
  • - Droit Routier, permis de conduire et automobile
  • - Droit International
  • - Droit de la Santé
  • - Droit Bancaire
  • - Droit des Transports
  • - Droit de la presse, image & publicité
  • - Droit de l'Environnement
  • - Droit du Sport
  • - Procédure Judiciaire
  • - Droit de la Protection Sociale

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés