Un plan de départs volontaire va être mis en place au sein de Adecco France, leader mondial du travail temporaire. Ce plan prévoit le départ de 530 salariés sur les 6.300 travaillant en France, soit près de 10 % des effectifs. 200 départs sont espérés en agence et 330 dans les fonctions supports telles que l’informatique, les ressources humaines ou la formation.
 

Adecco a pourtant dégagé 133 millions d’euros de bénéfice net et a vu ses revenus augmenter de 10 %, soit 6,07 milliards d’euros. Le motif de ce plan de départs volontaires est officiellement le maintien de la compétitivité de la société. Adecco a fait savoir qu’elle allait réunir les deux marques de travail temporaire Adia et Adecco pour ne former qu’un seul réseau. 70 agences Adia ont déjà fermé depuis un an.
 

La société n’a pas respecté la procédure de consultation des comités d’entreprises obligatoire avant de mettre en place ce plan de départs volontaires, puisque les salariés ont appris la nouvelle à la radio par un communiqué envoyé par le siège social. Il y a donc eu délit d’entrave, dont la sanction est 3.750 euros d’amende et une peine d’un an d’emprisonnement. L’objectif affiché par la société est qu’il n’y ait aucun départ contraint.
 

Pensez-vous que ce plan de départs volontaires ne devrait pas être mis en place par Adecco, qui a engrangé l’an dernier un bénéfice important ?

Source : Libération, le 8 mars 2012