Accueil » Droit des Employeurs - Droit Social » Droit du Travail & Droit Social » Gérer la rupture du contrat » Préparer la retraite du salarié » Gérer le départ et la mise à la Retraite » Actualités

Article avocat Gérer le départ et la mise à la Retraite

Agent commercial : indemnité compensatrice et départ à la retraite

Par , Avocat - Modifié le 15-12-2014

Une des grandes spécificités du contrat d’agent commercial est que ce dernier a droit à être indemnisé quand la rupture émane du mandant dès lors que les juges ont constaté que l'agent n'a pas commis de faute grave.

L’article L134-12 alinéa 1 du Code de commerce dispose ainsi qu’" en cas de cessation de ses relations avec le mandant, l’agent commercial a droit à une indemnité compensatrice en réparation du préjudice subi. "

Rappelons que selon une jurisprudence constante, le montant de l’indemnité compensatrice équivaut, dans la majorité des cas, au montant des commissions perçues sur deux années ; le calcul étant effectué en prenant pour référence les trois dernières années avant la cessation du contrat ; les juges se référant au montant des commissions versées lors de la première année si les relations contractuelles n’ont duré qu’une seule année.

Cette demande d’indemnité compensatrice n'est assortie d'aucun formalisme particulier et est soumise à la prescription annale.

En application de l'article L134-13, 2° du Code de commerce, l’indemnité n'est pas due, notamment "lorsque la cessation du contrat résulte de l'initiative de l’agent à moins que cette cessation ne soit justifiée par des circonstances imputables au mandant ou dues à l'âge, l'infirmité ou la maladie de l’agent commercial, par suite desquels la poursuite de son activité ne peut plus être raisonnablement exigée ".

Si l’on se tient à la retranscription littérale de cet article L134-13, 2° du Code de commerce, l’âge, l’infirmité ou la maladie n’est pas suffisant en soi pour ouvrir droit à une indemnité compensatrice pour l’agent commercial qui prend l'initiative de cesser ses relations avec le mandant. Il convient également que cet âge, cette infirmité ou cette maladie ait pour conséquence d'influer sur la poursuite de son activité, " laquelle ne peut plus être raisonnablement exigée. "

La Cour de cassation a suivi cette interprétation littérale du Code de commerce.

Dans un arrêt du 8 février 2011, elle a ainsi jugé que le motif du départ à la retraite n’était pas à lui seul exonératoire de l’indemnité compensatrice (Cass. com., 8 février 2011, n°10-12876).

Alors que les décisions de Cour d’appel étaient jusque-là contradictoires les unes avec les autres, la Cour de cassation s’est dans ce cas d’espèce prononcée pour la première fois sur les conditions du droit de l’agent commercial à l’indemnité de cessation de contrat, lorsque l'agent en a pris l'initiative pour prendre sa retraite.

L’agent commercial reprochait à la Cour d'Appel d'avoir violé les articles L134-12 et L134-13 du Code de commerce pour avoir retenu qu'il appartenait à l'agent commercial d'établir l'incompatibilité de son mandat avec son état de santé au-delà de son soixantième anniversaire et pour avoir considéré que n'ayant pas fait état dans ses courriers des 30 juin 2005 et 27 juin 2006 de son incapacité physique à poursuivre son contrat au-delà du 30 juin 2006, il ne pouvait soumettre au juge saisi les certificats médicaux tendant à établir qu'il connaissait des difficultés cardio-vasculaires depuis 2003.

La Cour de cassation a jugé que l’agent commercial avait, pour des raisons qui lui étaient personnelles, décidé de cesser toute activité professionnelle à l'âge de la retraite fixée à soixante ans et qu’aucun élément particulier ne démontrait que cet âge rendait déraisonnable la poursuite de son activité professionnelle, seul son choix personnel de prendre sa retraite étant à l'origine de la cessation de ses relations avec son mandant.

Dans son courrier du 30 juin 2005, il faisait savoir au mandant qu’il cesserait ses activités professionnelles un an plus tard, le 30 juin 2006, pour cause de départ à la retraite sans faire mention à une quelconque impossibilité physique liée à son âge de poursuivre son activité.

L’agent commercial n’avait de fait invoqué des problèmes de santé que le 24 septembre 2007 dans son assignation aux fins de solliciter l’octroi d’une indemnité compensatrice.

Compte tenu de ces circonstances, la Cour de cassation :

  • a cassé l'arrêt qui avait considéré que le fait que l’agent n'avait pas mentionné l'existence des problèmes de santé lors de sa demande d’indemnité ne l'empêchait pas d'établir devant le juge saisi qu'à la date de la cessation de ses fonctions la poursuite de son activité ne pouvait plus être raisonnablement exigée du fait de son état de santé ;

  • a retenu que la Cour d'Appel n'avait pas donné de base légale à sa décision dès lors qu'elle n'avait pas recherché si l'âge de soixante ans et les circonstances particulières de la situation personnelle de l’agent étaient susceptibles de ne plus lui permettre raisonnablement de poursuivre son activité ;

Il est vrai que nombre de tribunaux et de Cour d Appel continuent à allouer tout de même une indemnité compensatrice en cas de rupture du contrat pour unique motif la retraite du mandataire.

Toutefois, eu égard à la position de la Cour de cassation dans cet arrêt du 8 février 2011 non démentie par cette dernière depuis, nous ne pouvons qu’alerter les agents commerciaux sur l’existence d’un risque très réel que l’indemnité compensatrice ne soit en définitive pas retenue lorsque la rupture du contrat de mandat n’est  motivée que par un départ en retraite sans aucune évocation d’un quelconque élément lié à la santé.

Par Me Jean-Baptiste Rozès
Avocat Associé

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Jean-Baptiste Rozès

Maître Jean-Baptiste Rozès

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit des Sociétés - Création Entreprise - Cessation Activité
  • - Droit Commercial
  • - Droit Pénal
  • - Droit de la Consommation
  • - Droit des Assurances
  • - Droit Bancaire
  • - Droit de la presse, image & publicité
  • - Procédure Judiciaire

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par notre équipe de juristes et d'avocats, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés