La capacité d'un actif à décrocher un emploi ou à le conserver, à obtenir un meilleur niveau de rémunération ou encore à décrocher une promotion ... serait lié à son signe astrologique ou du moins à ses traits de caractère !

Qu'on croit ou non aux astres et à l'influence des planètes sur les être humains, forces est de constater - analyse mathématique à l'appui réalisée par Quapa (1) après de 10.000 demandeurs d'emploi - que les 3 signes astrologiques préférés des recruteurs sont les Poissons, Scorpions et Sagittaires.

Les chiffres mettent en lumière un lien de corrélation entre signe astrologique et employabilité.
En effet, il ressort de l'étude que :

  • le signe le plus courant de demandeur d'emploi est le Cancer
  • les Taureaux sont ceux qui obtiennent un salaire plus important, par rapport aux autres candidats (à critère équivalent)
  • les chômeurs nés en été et au printemps sont les plus nombreux, c'est-à-dire les Bélier, Taureau, Gémeaux, Cancer, Lion et Vierge.

Selon l'astrologue de renom Ema Fontaine, il existe bien des signes astrologiques préférés des employeurs. Il n'y aurait "rien de très étonnant à tout ceci". Selon elle "quand on connait l'énorme besoin de sécurité matérielle du Taureau et son goût du confort ou encore la timidité quasi maladive du Cancer", les résultats de cette étude ne font que confirmer que le signe astrologique permet aux recruteurs de cerner la personnalité des candidats. En fonction des qualités professionnelles et humaines recherchées, certains candidats auraient très peu de chance de décrocher un job lorsqu'ils sont en concurrence avec d'autres.

Tenir compte du signe astrologique est-il une discrimination à l'embauche ?

Même si elle est rarement évoquée, la "discrimination astrologique" pourrait bien exister dans les faits, lorsque l'on sait (2) que 4 personnes sur 10 sont victimes en France d'au moins une discrimination à l'embauche (apparence physique, sexe, origine, grossesse, handicap ...).

Si le Code du travail (3) protège les candidats à l'emploi contre toutes les discriminations à l'embauche, il quasiment impossible de s'assurer que le responsable des recrutements ne tiendra pas compte du signe astrologique des candidats s'il éprouve une certaine sensibilité sur le sujet.

>> Savez-vous comment bien rédiger votre CV et lettre de motivation ?

Faut-il masquer sur son CV sa date de naissance ?

Si l'on en croit le sociologue et professeur à l'université Paris 1-Panthéon Sorbonne, Jean-François Amadieu, auteur du "Livre noir des DRH" dans lequel il lève le voile sur les techniques cachées de recrutement, les discriminations à l'embauche et promotionnelles en entreprise seraient répandues notamment grâce à "de nouvelles méthodes et la prise en compte de leurs multiples dimensions", comme l'analyse graphologique ou encore l'astrologie.

Plusieurs entreprises comme la FNAC, Alstom ou encore Jacques Dessange auraient déjà eu recours à l'astrologie pour sélectionner les candidats à un emploi, selon l'expert.

Alors face à ce constat, le juriste aurait tendance à recommander la prudence et à répondre qu'il est possible d'indiquer dans son CV, uniquement son année de naissance, voire même de ne pas la mentionner (ce qui évite aussi les discriminations liées à l'âge).

Il n'est pas illégal de masquer sur le CV sa date de naissance ou de se tromper dans les chiffres. Lorsque son signe astrologique ne fait pas partie de ceux particulièrement appréciés des recruteurs (sachant que cette date sera forcément connue du recrutement au plus tard lors de la réalisation des formalités d'embauche), rien n'empêche de passer au-dessus des préjugés afin de défendre sa candidature.

Sachez enfin que certaines questions, posées lors de l'entretien d'embauche sont licites, alors que d'autres non. Vous pouvez refuser de répondre à des questions qui peuvent engendrer une discrimination ou qui ne seraient pas pertinentes au regard des finalités poursuivies.

>> Soyez motivé et travaillez votre entretien : suivez nos conseils !