Accueil » Droit du Travail Salarié » Conflits & Relations de Travail : prud'hommes, représentant syndical, défense » Discrimination » Actualités

Brève Discrimination

Religion en entreprise : pas de tabou mais une grande complexité

Par - Modifié le 19-05-2014

Abonnez-vous 1€ pendant 15j


Religion en entreprise : pas de tabou mais une grande complexité Juritravail

La question de la religion n'est pas taboue au travail mais elle semble être délicate à gérer surtout du côté des employeurs. Les salariés, quant à eux, expriment certaines attentes : si certains voudraient que l'entreprise soit plus ouverte à la pratique et au fait religieux en entreprise (port de signes religieux, prière …), il ressort globalement que les salariés refusent l'idée d'une pratique qui s'impose aux autres et/ou qui remette en cause la bonne réalisation du travail.

D'après une étude menée conjointement par le Groupe Randstad et l'Observatoire du fait religieux en entreprise, bien que les cas de faits religieux en entreprise restent minoritaires avec peu de cas problématiques, il n'en reste pas moins que salariés et employeurs sont confrontés à ce genre de problématique en entreprise : affaire Baby Loup et port du voile ou de signes religieux ostentatoires, demandes d'absences pour les jours de fêtes religieuses, réclamation de menus confessionnels au restaurant d'entreprise, mise à disposition des lieux de prière

A ce sujet, 82% des personnes interrogées considèrent qu'une demande d'absence pour des raisons personnelles à caractère religieux est légitime et 60% considèrent qu'il est tout à fait acceptable qu'une personne prie pendant ses pauses.

Outre ces demandes, le fait religieux en entreprise se traduit aussi par des transgressions de règles légales et/ou du bon fonctionnement de l'entreprise : refus de réaliser certaines tâches, refus de travailler avec une collègue féminine ou sous les ordres de celle-ci, prosélytisme …

Ce type de comportement n'est d'une manière générale pas admis pour les salariés. Par exemple, 89,3% des sondés estiment qu'il est inacceptable de refuser de réaliser certaines tâches pour des motifs religieux.

L'étude révèle que le fait religieux n'est pas proscrit en lui-même, ce sont les comportements qui s'imposent aux autres et/ou qui remettent en cause le bon fonctionnement de l'entreprise qui sont rejetés.

En ce qui concerne la fréquence du fait religieux, 12% des salariés interrogés disent être confrontés de manière régulière au fait religieux au travail et 1 sur 3 le sont plusieurs fois par an, le plus souvent pour des demandes d'absence ou d'aménagement du temps de travail.

De leur côté, près de 76% des managers/employeurs ne sont que rarement confrontés à ce genre de problématiques, 22,2% doivent intervenir régulièrement dans des situations ayant une dimension religieuse. Seuls 3% des cas donnent lieu à un blocage ou un conflit.

Souvent, la problématique du fait religieux en entreprise se résout par le dialogue : l'employeur essaie de trouver une solution articulant l'impératif de bonne réalisation du travail avec la demande personnelle du salarié mais aussi neutralité et respect des personnes.

Si les attentes des salariés sont de plus en plus nombreuses à ce sujet, à l'image de la société française, les chefs d'entreprise, de leur côté ont du mal à y répondre car la religion en entreprise est un sujet délicat : peur d'une menace d'accusation de discrimination et d'une action des délégués du personnel, refus de discuter …

"Info-plus" La prise en compte de la religion et des pratiques religieuses par la convention collective

De nombreuses conventions collectives prévoient des jours d'autorisation d'absence pour la première communion ou l'entrée en religion d'un enfant. C'est par exemple le cas de la convention collective :

En outre, certaines conventions ou usages peuvent prévoir l'attribution de jours fériés payés et chômés supplémentaires pour la pratique de fêtes religieuses.

En dehors de ces cas, les absences liées à la pratique religieuse doivent être autorisées par l'employeur.

Le fait pour le salarié de s'absenter le jour d'une fête religieuse malgré le refus d'autorisation de l'employeur constitue une cause de licenciement (Cass.Soc. 16 décembre 1981, n°79-41300).

Source : Enquête sur le fait religieux en entreprise, par Randstad et OFFRE, mai 2014

Recevez chaque semaine l'essentiel de l'actualité du droit du travail

Vous avez besoin d'un conseil d'avocat pour Discrimination ?

3 avocats vous proposent, sous 48h, un RDV en cabinet

Envoyer votre demande

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Publicité

Publicité



30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2018 JuriTravail tous droits réservés