Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit de l'Immobilier et de la Construction » Droits du Locataire : état des lieux, loyer et charges, restitution du dépôt de garantie » Actualités

Article avocat Droits du Locataire : état des lieux, loyer et charges, restitution du dépôt de garantie

Le droit de préemption du locataire étant d'ordre public, aucune convention ne peut y faire obstacle

Par , Avocat - Modifié le 20-04-2016

En l’espèce, un propriétaire avait conclu un pacte de préférence avec un tiers pour la vente de son bien.

Lorsqu’il a donné son congé pour vendre au locataire, ce dernier a manifesté sa volonté d’acquérir le bien. Un compromis de vente a donc été conclu entre le locataire et le propriétaire.

Ce dernier a toutefois finalement renoncé à réitérer la vente sous la forme authentique et a vendu le bien au tiers bénéficiaire du pacte de préférence.

Le locataire a en conséquence assigné le propriétaire afin d’obtenir la vente forcée du bien à son profit.

La cour de cassation y fait droit en retenant que « ayant, par motifs propres et adoptés, relevé que la réglementation concernant le droit de préemption est d'ordre public et ne peut être tenue en échec par la conclusion d'un pacte de préférence et retenu, par une interprétation rendue nécessaire par l'imprécision de cette clause, que les stipulations contractuelles du « compromis », prévoyant que les vendeur et acquéreur déclaraient accepter une préemption si son bénéficiaire décidait d'exercer ce droit, ne s'appliquaient pas au pacte de préférence conclu entre M. A... et Mme Z..., la cour d'appel a pu, par ces seuls motifs, sans modifier l'objet du litige, déclarer parfaite la vente entre Mme Z... et Mme Y... ».

Par ailleurs, le tiers bénéficiaire du pacte de préférence, intervenu volontairement à l’instance, sollicitait une indemnisation en raison de son éviction de la vente.

Sur ce point, la Cour de cassation juge que dès lors que « M. A... [bénéficiaire du pacte de préférence] n'ignorait pas que le bien, objet du pacte de préférence, avait été donné en location à M. et Mme Y... et retenu que le pacte de préférence, qui ne pouvait empêcher Mme Z... de vendre son bien, aurait pu prendre effet en cas de refus de l'offre d'achat par Mme Y..., la cour d'appel a pu déduire, de ces seuls motifs, que la demande indemnitaire de M. A... ne pouvait être accueillie ».

 

Par Emmanuel Lavaud

Avocat au barreau de Bordeaux

 

Source :

Cass. 3ème Civ., 24 mars 2016, n°15-14004

Source

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Emmanuel Lavaud

Maître Emmanuel Lavaud

Avocat au Barreau de BORDEAUX

  • Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit Public
  • - Procédure Judiciaire

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à côté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.