Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit de la Santé » Droit Pharmaceutique » Actualités

Article avocat Droit Pharmaceutique

Condamnation de la société Monsanto à indemniser un agriculture victime du Lasso pour défaut d’information des risques d’usage des produits phytopharmaceutiques

Par , Avocat - Modifié le 13-05-2019

Condamnation de la société Monsanto à indemniser un agriculture victime du Lasso pour défaut d’information des risques d’usage des produits phytopharmaceutiques.

En l’espèce, un céréalier français s’est intoxiqué après avoir inhalé des vapeurs d’un puissant herbicide, commercialisé sous le nom « Lasso » par la tristement célèbre société Monsanto.

Le céréalier est tombé gravement malade et dans le coma à plusieurs reprises.

Pour cause, ce produit contenait une substance hautement toxique appelée le chlorobenzène.

Le chlorobenzène a été postérieurement interdit en France (en 2007).

Les juges de première instance et d’appel ont déclaré la société Monsanto responsable de l’intoxication dont a été victime le céréalier.

Cependant, la société Mosanto a formé un pourvoi devant la Cour de cassation contre sa condamnation en invoquant le fait que le céréalier ne pouvait pas ignorer la dangerosité et la toxicité du produit dont il s’agit.

La Haute Cour a annulé l’arrêt d’appel et renvoyé l’affaire devant la Cour d’appel de Lyon sur une question de divergence de fondements juridiques applicables.

Le 11 avril 2019, la Cour d'appel de Lyon a jugé que la société Monsanto devait mettre en jeu sa responsabilité envers le céréalier pour ne pas avoir apposé une mention sur la dangerosité spécifique des travaux dans les cuves et réservoirs sur l’étiquetage et/ou l’emballage du produit. (Cour d’Appel de Lyon, 11 avril 2019, n° 17/06027)

Il est intéressant de souligner que les juges lyonnais n’ont pas été dans le même sens que la Cour de cassation puisqu’ils ont refusé de considérer que la responsabilité de la société Monsanto était fondée sur la défectuosité du produit.

A cet égard, la cour d’appel de Lyon a considéré « qu’un produit est défectueux lorsqu’il n’offre pas la sécurité à laquelle on peut légitiment s’attendre ; Que dans l’appréciation de la sécurité à laquelle on peut légitiment s’attendre, il doit être tenu compte de toutes les circonstances et notamment de la présentation du produit, de l’usage qui peut en être raisonnablement attendu et du moment de sa mise en circulation ; (...) un produit dangereux n’est pas nécessairement défectueux, ;’il n’y a donc pas lieu de s’attarder à déterminer si le Lasso est défectueux du seul fait de sa toxicité intrinsèque composé de l’alachlore » (Cour d’Appel de Lyon, 11 avril 2019, n° 17/06027)

En outre, les conseillers de la Cour d’appel de Lyon ont mis en avant la particularité de la publicité relative à l’information des produits antiparasitaires à usage agricole, dénommés phytopharmaceutiques.

Pour mémoire, afin d’assurer la sécurité des utilisateurs les fabricants de ce type de produits doivent notamment :

  • apposer des mentions appropriées sur les substances actives,

  • rappeler la dangerosité du produit,

  • indiquer les précautions à prendre pour leur usage y compris pour l’environnement et les animaux

Or, s’agissant concrètement du Lasso de la société Monsanto, celle-ci n’indiquait pas les risques liés à l’inhalation du monochlorobenzène ; pas davantage que la préconisation d’appareils de protection respiratoire lors de travaux dans les cuves et réservoirs.

Dans ce contexte, les juges ont estimé que l’étiquetage du produit Lasso ne répondait pas à la réglementation en vigueur.

En l’absence d’un étiquetage suffisantles juges ont conclu que le produit n’offrait pas aux utilisateurs la sécurité à laquelle ils pouvaient légitiment s’attendre, étant observé qu’il importe peu que l’utilisateur soit ou non un professionnel averti.

Cet arrêt est important puisqu’il est le premier à retenir la responsabilité de la société Monsanto suite à l’utilisation de ses produits en France.

Il s’inscrit dans le prolongement des décisions récemment rendues aux Etats-Unis où la société Montanso a pu être condamnée à verser la somme de 80,8 millions$ à un utilisateur victime d’un produit herbicide similaire au Lasso.

 

Anthony Bem

Avocat à la Cour

Source

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Anthony BEM

Maître Anthony BEM

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT
  • - Droit des Sociétés - Création Entreprise - Cessation Activité
  • - Droit Commercial
  • - Propriété intellectuelle, web & NTIC
  • - Droit de la Famille - Divorce
  • - Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit Pénal
  • - Droit de la Consommation
  • - Droit des Assurances
  • - Droit Public
  • - Droit Routier, permis de conduire et automobile
  • - Droit International
  • - Droit de la Santé
  • - Droit Bancaire
  • - Droit des Transports
  • - Droit de la presse, image & publicité
  • - Droit de l'Environnement
  • - Droit du Sport
  • - Procédure Judiciaire
  • - Droit de la Protection Sociale

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés