Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit de la Consommation » Droits du Consommateur » Rétractation & annulation de la vente » Actualités

Article avocat Rétractation & annulation de la vente

Arnaque à l'isolation : une victime exonérée de rembourser le crédit

Par , Avocat - Modifié le 25-09-2020

Le 15 juillet 2020, la Cour d'appel de Grenoble (RG n°18/02257) a tranché un litige concernant une personne victime d'un vendeur-poseur d'isolation et de son partenaire financier.

I. Résumé des faits

Dans le cadre d'un démarchage à son domicile, une personne signe avec la société BCI (depuis en faillite et clôturée en 2018) un contrat d'équipement portant sur la fourniture et la pose d'un ballon thermodynamique et d'une isolation thermique, d'une valeur de 19.500¤ et d'un crédit à la consommation avec la société CA.

La venderesse s'est montrée défaillante dans l'exécution de ses devoirs : l'isolation n'a pas été réalisée et le ballon thermodynamique est resté dans son emballage d'origine !

Faute pour les matériels de répondre à leur destination, l'acquéreur a assigné la venderesse et la banque devant le tribunal d'instance de Grenoble pour que soit prononcée la nullité du contrat de vente et du contrat de financement.

Par jugement du 23 mars 2018, le tribunal d'instance de GRENOBLE a prononcé l'annulation des contrats de vente et de crédit, mais condamné l'acquéreur-emprunteur à à payer à la société CA la somme de 10.358,72 euros après déduction de la somme de 6.000 euros qui lui a été alloué à titre de dommages intérêts.

A juste titre, l'acquéreur a interjeté appel.

 

II. Position de la cour d’Appel de Grenoble

Les juges d'appel constatent que le contrat de vente n'est pas valable, car il fait référence à des articles de loi abrogés, contient une erreur sur le délai de rétractation, ne comporte aucune précision sur les caractéristiques essentielles du bien, ne comprend aucune précision sur le délai de livraison ou d'exécution du service, etc.

De fait, les juges d'appel confirment l'annulation du contrat de vente.

En revanche, les juges d'appel reprochent au juge du Tribunal d'instance d'avoir considéré que l'acquéreur n'avait pas démontré l'inexécution du contrat de vente, alors qu'un huissier a constaté que le chauffe-eau thermodynamique n'a pas été installé et est resté dans son emballage d'origine.

Le vendeur n'a jamais comparu et n'a jamais apporté de réponses aux nombreux courriers qui lui ont été adressés, n'a jamais contredit l'acquéreur sur l'impossibilité d'installer le chauffe-eau à l'intérieur de la cuisine ou dans le garage en raison de l'insuffisante hauteur sous plafond.

Quant à l'isolation qui devait être réalisée dans les combles, l'inexécution de la prestation est suffisamment établie par les photos produites aux débats, que ce soit celles de l'acquéreur ou celles qui figurent dans le constat d'huissier.

Les photos révèlent une exécution déplorable des travaux par le vendeur, qui n'a pas enlevé l'intégralité de l'ancien isolant et n'a pas respecté l'épaisseur du nouvel isolant mentionnée sur sa facture !!!

L'absence de professionnalisme et de sérieux du vendeur sont donc suffisamment démontrés pour que la vente soit annulée.

S'agissant du contrat de crédit, les juges d'appel réfutent également l'idée que l'emprunteur soit tenu de rembourser son montant.

 

En effet, le prêteur a l'obligation de vérifier la validité du contrat de vente avant de régler le vendeur. De fait, la société CA a commis une faute.

Elle a insuffisamment apprécié le préjudice de l'acquéreur car, avec un minimum de vigilance de la part de la banque, l'acquéreur ne se serait pas lancé dans une opération aussi hasardeuse.

La faute de la société CA la prive dans son intégralité de sa créance de restitution.

 

III. Que retenir de cette affaire ?

Lorsqu'une société démarche une personne à son domicile et lui propose de financer son acquisition au moyen d'un crédit à la consommation, il faut se montrer méfiant.

En effet, le consommateur est mis en confiance par le vendeur, lui proposant un crédit financé grâce à son partenaire financier, ce qui offre une apparence de sérieux et de crédibilité au vendeur.

Par ailleurs, tout prêteur acceptant de financer un achat conclu dans le cadre d'une vente à domicile (ou pas) a l'obligation minimale de ne pas valider son financement sur un contrat de vente qui comporte des vices de forme flagrants.

Enfin, et il est regrettable que cela n'ait pas été indiqué dans la présente affaire, si le vendeur n'a pas exécuté ses devoirs, l'emprunteur n'est pas tenu de rembourser le crédit.

 

Je reste à votre disposition.

Maître Grégory Rouland

 

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Grégory Rouland

Maître Grégory Rouland

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit de la Consommation
  • - Droit Bancaire

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à côté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.