Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit Pénal » Crime Délit » Droits de la Victime » Actualités

Article avocat Droits de la Victime

Les seules accusations d’une partie civile ne permettent pas la condamnation (à propos d’outrages aux forces de l’ordre)

Par , Avocat - Modifié le 03-04-2015

Une victime partie civile ne peut pas obtenir sur ses seules accusations la condamnation d'un prévenu, un arrêt de la Cour de cassation, assez ferme mais méconnu, l'ayant affirmé. Qu'en est-t-il de l'agent des forces de l'ordre qui est victime partie civile, mais aussi rédacteur du procès-verbal et seul témoin : comment concilier la valeur probante de ses dires et les droits de la défense ?

Par jugement du 19 mars 2015, le Tribunal correctionnel de DIJON a relaxé un prévenu du chef d’outrages à une personne dépositaire de l’autorité publique, en l’espèce trois policiers qui s’étaient portés parties civiles à l’audience.

Le Tribunal a repris la motivation de la Chambre criminelle de la Cour de cassation du 19 février 2002 (le moyen suivant était soulevé : « En raison du principe de la présomption d’innocence, les déclarations de la partie civile ne peuvent légalement servir de preuve, faute d’être corroborées par des éléments objectifs susceptibles d’être soumis à la discussion des parties », n°01-83.383, et la Cour de cassation a jugé que le prévenu avait eu droit à un procès équitable dès lors que la Cour d’appel n'avait pas fondé sa décision de condamnation sur le seul témoignage de la partie civile).

L’arrêt de la Cour de cassation a déjà été appliqué par le Tribunal correctionnel de DIJON, en formation collégiale, le 12 juillet 2011, sans que la copie dactylographiée du jugement n’en fasse véritablement état toutefois, ce qui est éminemment regrettable.

Le Code pénal érige l’infraction d’outrage envers les forces de l’ordre en délit avec des peines encourues plus sévères que vis-à-vis d’un particulier. Les procès-verbaux qui établissent les faits ne valent toutefois qu’à titre de simples renseignements (article 430 du Code de procédure pénale).

Lorsque les policiers ou les gendarmes outragés se constituent parties civiles, et que leurs seules accusations fondent les poursuites, la relaxe doit s’imposer au vu du respect du principe de la présomption d’innocence et du procès équitable : ils prennent en effet alors la qualité de partie civile, ce qui implique qu’ils réclament une condamnation pénale et des indemnités.

Ils changent alors de statut : ils ne sont plus les agents des forces de l’ordre chargés de la constatation et de la poursuite des infractions, mais ils deviennent partie à la procédure. Il est donc normal qu’ils subissent la charge de la preuve comme toute victime partie civile dans un procès.

Or, si seules leurs constatations établissent les outrages, il est logique que le prévenu soit relaxé au moins au bénéfice du doute, puisque les gendarmes ou les policiers parties civiles, ont un intérêt personnel à sa condamnation.

Pour accorder du crédit et une objectivité impartiale à des constatations faites par les forces de l’ordre, il faut que lorsqu’elles se constituent parties civiles, elles soient soumises aux règles de preuve de toute victime partie civile, et que leur soit imposée la nécessité de prouver leurs accusations non pas par leurs seules déclarations, mais avec d’autres éléments objectifs.

Il ne s’agit pas de leur fermer la porte de la constitution de partie civile, mais de leur faire comprendre que si elles se constituent parties civiles, les forces de l’ordre devront compter sur d’autres modes de preuves que leurs seules affirmations qui équivalent alors à de simples accusations.

C’est ce que le Tribunal correctionnel de DIJON a donc jugé par deux fois, notamment dernièrement le 19 mars 2015. Ce jugement fait néanmoins l’objet d’un appel des parties civiles, c’est-à-dire des policiers, de sorte que la Cour d’appel devra trancher, vraisemblablement en droit exclusivement.

Par Maître Franck PETIT

Les seules accusations d’une partie civile ne permettent pas la condamnation (à propos d’outrages aux forces de l’ordre)

  • Maître Cédric LEMOINE - Avocat Le 15-10-2015 à 17:17

    > Voir son profil


    L'arrêt cité de la cour de cassation ne dit pas ça du tout... c'est le moyen soulevé qui le soutient...
  • Me KREKRU - Visiteur Le 30-05-2018 à 12:47

    L'arrêt est sans doute méconnu, comme vous dites, parce qu'il ne dit absolument pas ce que vous lui faites dire. 

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Franck PETIT

Maître Franck PETIT

Avocat au Barreau de DIJON

  • Droit Pénal
  • - Droit des Assurances
  • - Droit Routier, permis de conduire et automobile

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à côté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.