Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit de la Santé » Responsabilité du professionnel » Erreur médicale & diagnostic » Actualités

Article avocat Erreur médicale & diagnostic

Faute médicale, retard de diagnostic et perte de chance

Un prisonnier du centre de détention de LANNEMEZAN a déclaré au mois de novembre 2002, s’être blessé à la cheville suite à une chute au cours de son activité professionnelle. Le certificat médical établi par le médecin centre pénitentiaire décrit un traumatisme de la cheville droite, un ½dème, un hématome et une douleur à l’appui du pied ainsi qu’un déficit du relevage du gros orteil. La radiographie pratiquée au centre hospitalier de LANNEMEZAN n’a mis en évidence aucune lésion osseuse mais l’examen échographique a révélé l’existence d’une probable rupture du tendon. L’opération, pratiquée en février fait apparaitre une simple distension tendineuse. En mars suivant, une fracture spiroide du tiers supérieur de la diaphyse du péroné droit est diagnostiquée et l’examen électromyographique réalisé le mois suivant au centre hospitalier universitaire de Toulouse met en évidence une lésion du nerf sciatique poplité externe à l’origine du déficit de l’extenseur du gros orteil.

Le patient engage alors une action en responsabilité contre le centre hospitalier de LANNEMEZAN pour retard dans la prise en charge.

Il ressort de l’expertise que les examens pratiquées ont mis en évidence une absence de lésions osseuses ainsi qu’une probable rupture du tendon extenseur et que l’intervention chirurgicale, au cours de laquelle a été diagnostiquée et réparée la distension de talon d’Achille, étaient médicalement justifiés au vu des signes cliniques connus.  Les soins ont ainsi été prodigués dans  les règles de l’art. Aucune faute médicale ne peut donc être identifiée. En revanche, si le diagnostic de la fracture spiroide et de lésion du nerf sciatique a été tardif, il n’a pas compromis les chances d’obtenir une amélioration de l’état de santé du patient ou d’échapper à son aggravation.

La responsabilité de l’établissement de santé ne peut en conséquence être engagée. 

Par le cabinet d'avocat Julien Plouton

Source : CAA Bordeaux, 26 février 2013, M. A. n° 11 BX02

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Pour aller plus loin


Maître Julien Cabinet d'avocat Julien Plouton

Maître Julien Cabinet d'avocat Julien Plouton

Avocat au Barreau de BORDEAUX

  • Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit des Sociétés - Création Entreprise - Cessation Activité
  • - Droit Commercial
  • - Droit Pénal
  • - Droit des Assurances
  • - Droit Routier, permis de conduire et automobile
  • - Droit de la Santé
  • - Procédure Judiciaire

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.