Accueil » Droit de la Santé » Droit du Patient » Fin de vie & Euthanasie » Actualités

Article avocat Fin de vie & Euthanasie

Les conditions de la réparation du préjudice spécifique d’accompagnement de fin de vie

Par , Avocat - Modifié le 04-12-2013

Dans un arrêt du 21 novembre 2013 (Cass. 2e civ., 21 novembre 2013, n° 12-28168) la Cour de cassation a précisé que le préjudice spécifique d’accompagnement de fin de vie a pour objet d’indemniser les troubles et perturbations dans les conditions d’existence d’un proche qui partageait habituellement une communauté de vie affective et effective avec la victime.

Ce critère de communauté de vie est appliqué de manière restrictive par la Cour.

En effet, la Cour d’Appel de METZ avait pour sa part alloué à la s½ur de la victime de violences volontaires en réunion ayant entraîné la mort sans intention de la donner, en sa qualité de représentante légale de ses filles mineures et à son mari la somme de 5.000 euros en réparation de leur préjudice d’accompagnement (sommes versées en sus de l’indemnisation pour préjudice moral).

Les faits étaient particuliers, car dans cette affaire, étaient versées aux débats des pièces démontrant qu’effectivement durant la période d’hospitalisation subie par la victime, entre la date de l’agression et la date de son décès, cette victime avait été assistée, non seulement par ses parents et sa s½ur, mais également par son beau-frère et ses nièces.

Tous avaient subi durant cette période des troubles importants dans leurs conditions d’existence en se relayant au chevet de la victime. Une des fillettes très traumatisée par l’état de son oncle puis son décès avait fait l’objet d’un suivi psychologique important et en lien direct.

Il était également établi dans cette affaire que l’oncle défunt avait effectivement des liens extrêmement étroits avec sa s½ur, son beau-frère et ses enfants.

Le Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d’autres infractions avait saisi la Cour de cassation, et la deuxième chambre civile de la Haute Cour casse l’arrêt au visa de l’article 706-3 du Code de procédure pénale et du principe de la réparation intégrale, sans perte ni profit pour la victime.

La Cour de cassation précise en effet que le préjudice spécifique d’accompagnement de fin de vie nécessite obligatoirement une communauté de vie effective.

Par Me Bondais

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Pour aller plus loin


Maître Caroline Bondais

Maître Caroline Bondais

Avocat au Barreau de CRETEIL

  • Droit de la Famille - Divorce
  • - Droit des Assurances
  • - Droit de la Santé

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés