Un Plan de transformation de l’entreprise (PTE) va être mis en place au sein d’Auchan. 1.700 emplois seraient ainsi supprimés. Les syndicats du groupe se sont formellement opposés à ce PTE.
 

Pascal Saeyvoet, délégué syndical FO, dénonce la communication du groupe qui avait annoncé des créations de postes grâce à des ouvertures prochaines de magasins. Mais les syndicats sont très inquiets pour l’emploi au sein du groupe et ont comptabilisé 1.700 postes touchés.
 

En effet, fin mars, la direction d’Auchan avait présenté un plan prévoyant la création de 3.200 postes d’ici 2014 avec l’ouverture de 56 magasins, dont 50 Auchan Drive. Mais parallèlement, 1.600 suppressions de postes ont été annoncées.
 

Les institutions représentatives du personnel ont déjà été consultées par le biais de la procédure d’information-consultation, obligatoire en cas de suppressions de postes. Les principales organisations syndicales (FO, CGT, CFDT et CFTC) ont toutes donné un avis défavorable. 750 suppressions de postes auraient lieu dans la vente, 300 dans l’administratif et concerneraient le service du personnel et la comptabilité. 200 emplois dans les relations clients seraient supprimés et 500 postes de services d’appui (standard, service après-vente, livraisons, logistique, entretien et maintenance informatique).
 

Le groupe de distribution Auchan emploie 50.000 personnes en France et a réalisé un bénéfice net de 810 millions d’euros en 2011, en hausse de 14,9 %.
 

Pensez-vous que la direction devrait essayer d’éviter toute suppression d’emplois ?

« Info Plus » Procédure d’information et consultation du personnel :
 

Lorsque l’employeur envisage des suppressions de postes, il a l’obligation d’informer et de consulter les représentants du personnel, et plus particulièrement le comité d’entreprise. Cette obligation résulte de l’article L. 1233-28 du Code du travail. L’article L. 2323-6 du code du travail prévoit une autre consultation du comité d’entreprise « sur les questions intéressant l’organisation, la gestion et la marche générale de l’entreprise et, notamment, sur les mesures de nature à affecter le volume ou la structure des effectifs […] ».
 

La procédure d’information-consultation doit répondre à des conditions strictes. Par exemple, l’ordre du jour doit être transmis aux membres du comité au moins trois jours avant la réunion (L. 2325-16 du Code du travail).

Par Juritravail

Source : Le Monde, le 17 mai 2012