Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit Routier, permis de conduire et automobile » Infractions et Permis de Conduire » Excès de Vitesse » Actualités

Article avocat Excès de Vitesse

Permis de conduire : excès de vitesse et prescription de l'action publique

Par , Avocat - Modifié le 29-06-2012
En matière contraventionnelle le délai de prescription est d'un an.

Si aucun acte interruptif n'intervient dans ce délai, le Tribunal doit constater la prescription de l'action publique.

A titre d'exemple, Par ordonnance pénale du 26 janvier 2012, Monsieur X a été reconnu coupable d'avoir excédé la vitesse autorisée (175 hm/h au lieu de 110 km/h).

A ce titre il a été condamné à une amende contraventionnelle de 700 euros et à une peine complémentaire de suspension de son permis de conduire pour une durée de 5 mois.

Il a alors formé opposition à l'encontre de cette décision en ces termes par l'intermédiaire de votre serviteur.

« Dans la mesure où l'infraction qui lui est reprochée aurait été commise le 10 septembre 2010 à XXXXXX, il me semble qu'au jour de l'ordonnance, la prescription de l'action publique était acquise.

C'est la raison pour laquelle mon client me charge par les présentes de former opposition à l'encontre de la décision dont vous trouverez copie en pièce jointe. »

Le dossier a donc été renvoyé devant le Tribunal de police territorialement compétent.

In limine litis la prescription de l'action publique a naturellement été soulevée au motif qu'aucun acte interruptif de prescription n'était intervenu depuis le 1er octobre 2010 date à laquelle le compte rendu d'enquête a été transmis au Procureur de la République.

Les réquisitions du Ministère Public n'avaient été prononcées que le 23 novembre 2011 conformément à ce qu'il résultait de l'ordonnance pénale du 26 janvier 2012 :

« vu les réquisitions du Ministère public en date du 23 novembre 2012. »

Or, l'action publique était éteinte depuis le 1er octobre 2011 soit un an après l'intervention du dernier acte interruptif de prescription.

Conscient de la difficulté, le Procureur a soutenu à l'audience que les communications intervenues entre les différents parquets avaient eu pour effet d'interrompre le cours de la prescription.

En réponse il lui a été répliqué que les correspondances annexées au dossier pénal ne comportaient aucune référence au dossier de Monsieur X référencé sous le numéro de parquet XXXXXXXX.

Mieux encore, le nom du prévenu n'apparassait pas et aucune pièce jointe n'est listée à ces correspondances de telle sorte qu'il était impossible de rattaché ces courriers, soit disant interruptifs de prescription au dossier de Monsieur X.

En conséquence, le Tribunal n'a pu que constater la prescription de l'action publique depuis le 1er octobre 2011.

Source

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Jérôme MAUDET

Maître Jérôme MAUDET

Avocat au Barreau de NANTES

  • Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit Public
  • - Droit Routier, permis de conduire et automobile
  • - Droit de l'Environnement

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés