Accueil » Droit de la Famille - Divorce » Droit des Enfants » Filiation » Actualités

Article avocat Filiation

Adoption plénière : le nécessaire consentement du père de l’enfant préalablement au ...

Par , Avocat - Modifié le 22-11-2019

Une demande d’exequatur a été rejetée en raison de l’absence du consentement du père de l’enfant préalablement au jugement d’adoption.

Le procureur de la République a été assigné par acte d’huissier de justice, en la forme des référés, devant le président du tribunal de grande instance de Nanterre, par M. et Mme Y., en exequatur du jugement du 19 février 2016 du tribunal de grande instance de Brazzaville qui avait prononcé une décision d’adoption plénière.


Dans un arrêt du 9 février 2018, la cour d’appel de Versailles a déclaré irrecevable leur demande en raison de l’autorité de chose jugée attachée à la décision en la forme des référés, rendue par le président du tribunal de grande instance de Nanterre le 11 octobre 2016. La cour a retenu que le rejet de la première demande d’exequatur était justifié par le fait que l’attestation manuscrite du père de l’enfant, indiquant son acceptation du jugement d’adoption, ne constituait pas un consentement régulier à l’adoption car elle ne mentionnait pas la même identité que celle du père mentionnée dans l’acte de naissance. Par ailleurs, cette attestation manuscrite n’avait pas été établie selon les dispositions de l’article 285 du code de la famille congolais (consentement donné par acte authentique devant notaire congolais) et ne mentionnait pas les effets de l’adoption plénière rompant de manière définitive et irrévocable la filiation.


La cour a également retenu que l’acte de consentement établi en date du 24 octobre 2016 et produit à l’appui de leur nouvelle demande d’exequatur était parfaitement régulier mais ne constituait qu’un simple nouvel élément de preuve insusceptible de rendre recevable la nouvelle demande d’exequatur.


La Cour de cassation rejette le pourvoi dans un arrêt du 3 octobre 2019 et valide la décision de la cour d’appel de Versailles. Elle rappelle que le rejet de la première demande d’exequatur, par l’ordonnance du 11 octobre 2016, avait également été justifié par l’absence de consentement du père de l’enfant préalablement au jugement d’adoption. De ce fait, elle estime que le moyen faisant grief à l’arrêt d’écarter un nouvel acte de consentement du père, postérieur à ce même jugement, est inopérant.

 

Source

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Patrick LINGIBE

Maître Patrick LINGIBE

Avocat au Barreau de CAYENNE

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT
  • - Droit des Sociétés - Création Entreprise - Cessation Activité
  • - Droit Commercial
  • - Propriété intellectuelle, web & NTIC
  • - Fiscalité de l'Entreprise
  • - Droit de la Famille - Divorce
  • - Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit des étrangers : en France et à l'étranger
  • - Droit Pénal
  • - Droit de la Consommation
  • - Droit Public
  • - Droit Routier, permis de conduire et automobile
  • - Droit de la Santé
  • - Droit Bancaire
  • - Droit de l'Environnement
  • - Procédure Judiciaire

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés