Accueil » Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT » Délégué Syndical (DS) » La fin du mandat du délégué syndical » Actualités

Brève La fin du mandat du délégué syndical

Coup de tonnerre sur la convention Pôle Emploi d’assurance chômage

Par - Modifié le 08-10-2015

Coup de tonnerre sur la convention Pôle Emploi d’assurance chômage

La convention d'assurance chômage vient d'être annulée par le Conseil d'État. Elle cessera de s'appliquer le 1er mars 2016. De nouvelles règles vont devoir être redéfinies. Voici les explications.

1er mars 2016La convention cessera de s'appliquer

En effet, le Conseil d'Etat vient d'annuler pour excès de pouvoir l'arrêté du 25 juin 2014 du ministre du travail, de l'emploi et du dialogue social portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l'indemnisation du chômage et les textes qui lui sont associés.

Cette annulation a pour source le recours de diverses associations (Recours radiation, Coordination des intermittents et précaires, collectif les matermittentes, CGT, Sud Culture…) et salariés notamment eu égard aux règles relatives au différé d'indemnisation mis en place par ladite convention devant la Haute juridiction administrative en novembre 2014.

Qu'est-ce que le différé d'indemnisation ?

En plus du délai de carence de 7 jours et du différé relatif aux congés payés, il existe un autre différé d'indemnisation spécifique, objet de la censure du Conseil d'Etat, appliqué par Pôle Emploi (ex Assedic) lorsqu'un salarié perd son emploi.

En effet, un délai d'attente supplémentaire peut s'appliquer si, lors de la rupture du contrat de travail, le salarié perçoit des indemnités supra-légales.

Voici la formule de calcul pour connaître la durée du différé d'indemnisation : montant des indemnités supra-légales (en euros) / 90.

Ce différé a une durée maximale de 180 jours.

Pourquoi annuler la convention d'assurance chômage ?

Ce mécanisme peut être très lourd financièrement pour les salariés dont le licenciement est dépourvu de cause réelle et sérieuse. L'indemnité qui leur est versée en indemnisation du caractère dépourvu de cause réelle et sérieuse du licenciement, notamment pour ceux n'ayant pas 2 ans d'ancienneté, est en effet considérée comme supra légale et est donc prise en compte pour le calcul du différé.

Les salariés qui bénéficient d'indemnités de rupture supérieures au minimum légal (indemnité transactionnelle par exemple ou de rupture conventionnelle) ont également une durée de carence plus longue, sauf pour ceux qui sont licenciés pour motif économique.

Un tel système ne peut pas, sauf à porter atteinte au droit à réparation des salariés, aller jusqu'à tenir compte de la totalité de l'indemnité octroyée au salarié, qui répare aussi d'autres préjudices que la perte de revenu

Conseil d'Etat

La très haute juridiction considère que, "si un tel système peut prévoir, de manière forfaitaire, la part d'indemnité à prendre en compte dans le calcul du différé d'indemnisation, pour tenir compte de ce que l'indemnité couvre la perte de revenu du salarié qui ne peut pas normalement se cumuler avec les prestations d'assurance chômage, il ne peut pas, sauf à porter atteinte au droit à réparation des salariés, aller jusqu'à tenir compte de la totalité de l'indemnité octroyée au salarié, qui répare aussi d'autres préjudices que la perte de revenu".

Egalement, le Conseil d'Etat a annulé les modalités de récupération par Pôle Emploi des trop-perçus ainsi que les mesures relatives aux obligations déclaratives des assurés.

Pour ces raisons, le Conseil d'État a reporté au 1er mars 2016 l'annulation de l'arrêté ministériel rendant obligatoire la nouvelle convention d'assurance chômage du 14 mai 2014, sauf en ce qui concerne la récupération des prestations versées à tort et des obligations déclaratives des assurées.

Les partenaires sociaux disposent donc d'un délai très court pour négocier une nouvelle convention.

Affaire à suivre…

Référence : Conseil d'État, décision n°383956 du lundi 5 octobre 2015

Vous avez des questions sur le sujet La fin du mandat du délégué syndical ?

Bénéficiez d'un accompagnement juridique au quotidien : nos juristes et experts répondent à vos questions

Vous êtes...

  •  
  •  
  •  
  •  

Vos Réactions

  • Manu6869 - Visiteur Le 25-11-2015 à 16:49

    Bonjour,
    Si je suis dans ce cas de différé d'indemnités Pôle emploi de 180 jours, et comme le CE a annulé la convention chomage en place depuis Juin 2014, puis-je contester le délai pour le faire ramener à ce qu'il était avant soit 75 J ? Si oui, Quelle démarche suivre ? 
    Merci d'avance pour votre assistance car je cherche sur internet mais ne trouve aucune demande de contestation ou cas de contestation par les salariés.

    EF
  • kdo - Visiteur Le 28-11-2015 à 21:59

    Bonjour,
    mon indemnité suite rupture conventionelles calculée selon la convention collective de mon ex employeur est supérieure à l'indemnité selon code de travail.
    du coup ça me donne:

    1-une idemnité supra légale= 0 par rapport à la convention collective (légale aussi?)

    2- indemnité = 6000 par rapport au code du travail.

    puis je prendre le 1er cas? pas d'indemnité supra légale =pas de différé d'indemnisation spécifique??

    Merci 
  • ggu - Visiteur Le 12-01-2016 à 17:37

    Bonjour, qu'en est il des personnes comme moi qui après de nombreux mois de carences commencent à toucher le chômage, un a t'il une chance que pôle emploi paie les mois mis en carence en vertu de cette convenntion annulée ?

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.

Publicité



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés