Accueil » Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT » Délégué Syndical (DS) » La fin du mandat du délégué syndical » Actualités

Brève La fin du mandat du délégué syndical

La réforme de la retraite vue par les organisations syndicales

Par - Modifié le 03-09-2013

Le projet de refonte du système de retraite actuel fait réagir les centrales syndicales françaises, que celles-ci se montrent plutôt favorables ou bien qu'elles réagissent plus violemment. Voici un petit tour d'horizon de la position des différents syndicats.

La CFDT

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger a apporté un appui modéré à la future réforme des retraites.

Celui-ci s'est en effet exprimé sur le sujet brulant de la retraite à l'occasion de la conférence de presse de rentrée de la centrale.

Il assume apporter son soutien à la réforme présentée la semaine dernière par le Premier Ministre, estimant avoir été entendu lors de la phase de concertation. Ne contestant pas la réforme, il n'invite pas ses sympathisants à participer au mouvement de grève organisé par les syndicats CGT, FO et Solidaires, le 10 septembre 2013.

Toutefois, il ne s'agit pas d'un soutien sans faille.

Pour la CFDT, les petites retraites doivent continuer d'être revalorisées chaque 1er avril.

Le syndicat serait favorable au transfert d'une partie des cotisations familiales sur la CSG à condition que le coût de la hausse des cotisations vieillesse envisagée, pour l'heure, par la réforme, soit assuré exclusivement pas les entreprises. Le projet actuel prévoit une augmentation, tant des cotisations retraites des salariés que des entreprises.

La centrale salue le projet de création d'un compte pénibilité.

La CGT

La CGT, quant à elle, crie haut et fort son opposition à la réforme des retraites et appelle à la manifestation le 10 septembre 2013.

Thierry Lepaon, à la tête du syndicat, enchaînera les meetings, avec pour objectif de réunir 10.000 salariés.

Il évoque qu'il y a tout de même "des progrès" concernant la jeunesse, la pénibilité et l'égalité entre les hommes et les femmes. Néanmoins, il estime que "la position du Gouvernement est ambigüe" car "la réponse apportée n'est pas conforme aux intérêts de la jeunesse et des salariés". Selon lui, les jeunes sont "la première victime" de la réforme.

Il juge qu' "il n'y a pas eu de négociation" mais "des concertations et rencontres".

FO

Jean-Claude Mailly, leader de Force ouvrière, invite également à la mobilisation. Interviewé par Le Point, il a expliqué clairement sa position.

En effet, "pour nous, il y a quelque chose qui ne passe pas, c'est l'allongement de la durée des cotisations qui pénalise principalement la génération née dans les années 1970 (…) .Cela oblige cette génération à travailler jusqu'à 67 ou 68 ans pour obtenir une retraite à taux plein. Bref, cette réforme des retraites est une réforme anti-jeune".

Selon lui, "nous assumons la hausse des cotisations qui, en effet, est relativement modérée".

Dans une interview parue le 3 septembre 2013 dans Direct Matin, il a déclaré "je ne dis pas qu'il y aura autant de monde qu'en 2010. Mais je m'attends à une bonne mobilisation", s'agissant du 10 septembre prochain.

La CFTC

La CFTC estime que les mesures évoquées dans le projet de réforme sont "acceptables" car elles "pérennisent le système par répartition, tout en corrigeant les inégalités".

Selon le syndicat, l'augmentation des cotisations assure "une répartition équitable des efforts entre salariés et entreprises".

La centrale trouve satisfaction dans les mesures sur la pénibilité qui constituent selon elle une "avancée majeure", sur les congés maternité, le temps partiel et l'apprentissage.

Elle "regrette que le Gouvernement n'aille pas plus loin dans la prise en compte des années d'études" ainsi que "l'absence de mesures plus significatives envers les femmes".

Ainsi, La CFTC et la CFDT se montrent plutôt favorables au projet tandis que la CGT et FO ont exprimé leur mécontentement et leur appel à une mobilisation générale.

"Info-plus" Les points clés de la réforme annoncée

Le projet de réforme annoncé par le Gouvernement envisage plusieurs changements.

  • Les actifs :

l'âge légal de 62 ans n'est pas modifié. Toutefois, la durée de cotisation va augmenter. Cela implique indéniablement un recul de l'âge de départ en retraite.

-   une augmentation de la cotisation des actifs dans le cadre de tous les régimes est envisagée.

  • Les retraités : les majorations de pension s'élevant à 10%, des retraités ayant élevé 3 enfants ou plus, qui sont aujourd'hui exonérées d'impôt sur le revenu y seront soumises.
  • La pénibilité : dès 2015, un compte personnel de la prévention de la pénibilité sera créé, à destination de chaque salarié du secteur privé exposé à des conditions de travail réduisant son espérance de vie.
  • Les femmes : à compter du 1er janvier 2014, seront validés autant de trimestres que de périodes de 90 jours de congé maternité.
  • Les travailleurs à temps partiel : validation de trimestres en abaissant le seuil de 200 heures travaillées au SMIC pour valider un trimestre à 150 heures de travail, avec une possibilité de report des cotisations sur l'année suivante en cas de non utilisation pour valider un trimestre sur l'année suivante.
  • Les apprentis : l'assiette de cotisations des apprentis sera réformée afin de leur permettre de valider un nombre de trimestres de retraite au moins égal au nombre de trimestres travaillés.
  • Les personnes privées d'emploi : à compter du 1er janvier 2015, seront assimilées à des périodes d'assurance toutes les périodes de formation professionnelle de la même manière que les périodes de chômage indemnisées.

Source : La Tribune, Le Figaro et Le Point, 2 septembre 2013

Notre dossier

Vous avez des questions sur le sujet La fin du mandat du délégué syndical ?

Posez-la à un expert Juritravail et obtenez une réponse sous 48h

Vous êtes...

  •  
  •  
  •  
  •  

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.

Publicité



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés