Par un arrêt du 31 mars 2016, la Cour de cassation a énoncé que les dispositions de l’article L. 1226-2 du Code du travail (inaptitude non professionnelle) n’imposent pas que les propositions de reclassement soient faites par écrit (Cass. soc., 31 mars 2016, n° 14-28314).

Cette solution a fait l’objet d’une confirmation par la suite (Cass. soc., 22 septembre 2016, n° 15-15966).

Dès lors, la procédure de reclassement faisant suite à une inaptitude non professionnelle ne se confond pas avec celle qui régit le reclassement pour motif économique (l’article L.1233-4 du Code du travail prévoit en effet à ce sujet que : « Les offres de reclassement proposées au salarié sont écrites et précises »).

L’arrêt en présence du 8 juin 2017 transpose sans surprise à l’inaptitude consécutive à un accident du travail ou une maladie professionnelle cette jurisprudence sur l’inaptitude non professionnelle, en ces termes : « Attendu, selon ce texte, que lorsque, à l’issue des périodes de suspension du contrat de travail consécutives à un accident du travail ou à une maladie professionnelle, le salarié est déclaré inapte par le médecin du travail à reprendre l’emploi qu’il occupait précédemment, l’employeur lui propose un autre emploi approprié à ses capacités, que cette proposition prend en compte, après avis des délégués du personnel, les conclusions écrites du médecin du travail et les indications qu’il formule sur l’aptitude du salarié à exercer l’une des tâches existant dans l’entreprise, que l’emploi proposé est aussi comparable que possible à l’emploi précédemment occupé, au besoin par la mise en oeuvre de mesures telles que mutations, transformations de postes ou aménagement du temps de travail ; qu’il ne résulte pas de ces dispositions que les propositions de reclassement doivent être faites par écrit ».

Ainsi, au visa de l’article L. 1226-10 du Code du travail (applicable à l’inaptitude professionnelle), l’arrêt en présence applique la même logique aux offres de reclassement d’un salarié déclaré inapte à la suite d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle que celle déployée au sujet d’une inaptitude non professionnelle.

La solution s’inscrit dans une tendance à aligner les différents régimes d’inaptitude, comme l’illustre la récente loi Travail du 8 août 2016.

Ainsi, par exemple, l’obligation pesant sur l’employeur d’avoir à faire connaitre par écrit au salarié les motifs qui s’opposent au reclassement en cas d’inaptitude professionnelle (article L1226-12 du Code du travail) a été étendue à l’inaptitude non professionnelle par la loi Travail (article L1226-2-1 du Code du travail).

Source:

Cass. Soc., 8 juin 2017, n° 15-29419

Par Maître Marilyn MAUDET-BENDAHAN

Avocate au Barreau de NANTES.

Source

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail