Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT » Comité d'Entreprise (CE) » Les attributions du CE » Déplacement et circulation de l'élu du CE » Actualités

Article avocat Déplacement et circulation de l'élu du CE

Arrêt maladie et heures de délégation

Par , Avocat - Modifié le 15-04-2014
Dans un arrêt du 21 mars 2014, la Chambre mixte de la Cour de cassation a rappelé l'obligation d'avoir une autorisation du médecin traitant pour effectuer ses heures de délégation pendant un arrêt de travail.
En l'espèce, deux salariées, l'une élue en qualité de membre du comité d'entreprise et désignée comme déléguée syndicale, et l'autre, déléguée du personnel, ont bénéficié au cours des années 2010 et 2011 d'arrêts de travail consécutifs, pour la première, à une maladie, et pour la seconde, à un arrêt de travail. 

A la suite du refus qui leur a été opposé par leur employeur, elles ont saisi le Conseil de prud'hommes afin d'obtenir le paiement de 90 heures et de 150 heures de délégation qu'elles avaient prises respectivement pendant ces périodes.

Le Conseil de prud'hommes a accueilli les demandes des salariées au motif d'une part, que l'arrêt de travail ne suspend pas les mandats, d'autre part, que les heures de délégation ont été prises en dehors du temps de travail, elles n'ont donc pas fait l'objet d'une autre indemnisation.
Enfin, le Conseil de prud'hommes faisait valoir que l'employeur n'avait pas contesté l'utilisation de ces heures de délégation.

La Cour de cassation n'a pas suivi le raisonnement du Conseil de prud'hommes.

Elle rappelle, dans cet arrêt, d'une part, que l'attribution d'indemnités journalières à l'assuré se trouvant dans l'incapacité physique de continuer ou de reprendre le travail est subordonnée à l'obligation pour le bénéficiaire de s'abstenir de toute activité non autorisée, et d'autre part, que les heures de délégation sont de plein droit considérées comme temps de travail.

Il s'ensuit que l'exercice de son activité de représentation par le représentant du personnel ou d'un syndicat, dont le mandat n'est pas suspendu, ne peut ouvrir droit à indemnisation que s'il n'a été préalablement autorisé par le médecin traitant.

Par Me Felix

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Catherine FELIX

Maître Catherine FELIX

Avocat au Barreau de TROYES

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT
  • - Droit de la Famille - Divorce
  • - Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit du Sport

Me contacter

Ne passez pas à côté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.