Accueil » Droit du Travail Salarié » Temps de Travail » Heures supplémentaires : comment calculer & se faire payer » Actualités

Article avocat Heures supplémentaires : comment calculer & se faire payer

Modalités et moyens de preuve des heures supplémentaires par le salarié contre son employeur

Par , Avocat - Modifié le 23-03-2015

Comment le salarié peut-il apporter la preuve de ses heures de travail supplémentaires afin d’en obtenir la rémunération auprès de son employeur ?

Concrètement, les heures supplémentaires correspondent aux heures de travail que le salarié a accompli au-delà de la durée légale ou de la durée prévue aux termes de son contrat de travail.

A ce titre, le législateur a prévu que ces heures de travail supplémentaires doivent être rémunérées à taux majoré (article L.3121-22 du code du travail).

Pour ce faire, la preuve des heures supplémentaires est essentielle.

A cet égard, l’article L.3171-4 du code du travail dispose que :

« En cas de litige relatif à l'existence ou au nombre d'heures de travail accomplies, l'employeur fournit au juge les éléments de nature à justifier les horaires effectivement réalisés par le salarié.

Au vu de ces éléments et de ceux fournis par le salarié à l'appui de sa demande, le juge forme sa conviction après avoir ordonné, en cas de besoin, toutes les mesures d'instruction qu'il estime utiles.

Si le décompte des heures de travail accomplies par chaque salarié est assuré par un système d'enregistrement automatique, celui-ci doit être fiable et infalsifiable ».

Sur le fondement de ce texte, la Cour de cassation en a déduit que :

  • la preuve des heures de travail effectuées n'incombe spécialement à aucune des parties ;
  • l'employeur doit fournir au juge les éléments de nature à justifier les horaires effectivement réalisés par le salarié ;
  • le salarié doit fournir préalablement au juge des éléments de nature à étayer sa demande (Cass. Soc. 25 janvier 2004, n°01-45441).

A titre d’exemples, les juges ont retenu comme preuve des heures supplémentaires les éléments suivants :

  • des fiches de temps émanant de la "badgeuse" sur laquelle le salarié pointait (Cass. Soc., 24 février 2009, n° 07-43479) ;
  • un décompte établi au crayon, calculé mois par mois, sans autre explication ni indication complémentaire (Cass. Soc., 24 novembre 2010, n°09-40928) ;
  • un document récapitulatif émanant du salarié (Cass. Soc., 15 décembre 2010, n° 08-45242).
  • des calendriers mentionnant les heures qu'il prétendait avoir réalisées (Cass. Soc., 10 juillet 2013, N° de pourvoi: 11-28742).
  • un tableau récapitulatif indiquant pour chaque semaine de travail un total de nombre d'heures supplémentaires accomplies (Cass. Soc., 10 octobre 2013, n°12-19397).

Ainsi, la preuve des heures supplémentaires est plus facile à apporter par le salarié et la jurisprudence est généralement plus favorable envers ce dernier.

En l’espèce, une salariée a pris acte de la rupture de son contrat de travail pour le non paiement de ses heures supplémentaires.

Quelques jours plus tard, celle-ci a été licenciée pour faute grave.

Dans ce contexte, la salariée a saisi la juridiction prud’homale pour demander la requalification de la prise d’acte de rupture de son contrat de travail en licenciement sans cause réelle et sérieuse, et ce, afin d’obtenir le paiement de diverses sommes, notamment au titre des heures supplémentaires non rémunérées et de l’indemnité de travail dissimulé.

Pour condamner l’employeur au paiement des heures supplémentaires, les juges d’appel ont considéré que la production d’un décompte précis énumérant les diverses tâches ménagères du salarié auquel était joint un relevé extrêmement détaillé mentionnant pour chaque journée de travail son horaire précis suffisaient à étayer la demande de paiement.

La Cour de cassation a validé cette décision en jugeant que :

« après avoir relevé que la salariée étayait sa demande au titre des heures supplémentaires par la production d’un décompte précis énumérant ses diverses tâches ménagères auquel était joint un relevé extrêmement détaillé mentionnant pour chaque journée de travail son horaire précis, sans que l’employeur fournisse aux débats le moindre élément sur les horaires effectués, la cour d’appel a, sans inverser la charge de la preuve, retenu à bon droit l’existence d’heures supplémentaires ; que le moyen, inopérant en sa troisième branche, n’est pas fondé pour le surplus » (Cass, Soc. 12 février 2015, n°13-17900).

Autrement dit, le salarié peut obtenir le paiement de ses heures supplémentaires s’il produit les documents suivants, de manière cumulative :  

  • un décompte précis énumérant ses diverses tâches ménagères ;

  • un relevé extrêmement détaillé mentionnant pour chaque journée de travail son horaire précis.

Ainsi, cette décision offre aux salariés une garantie supplémentaire pour obtenir le paiement d’heures supplémentaires.

Par ailleurs, aux termes de cet arrêt, la Cour de cassation insiste sur la précision des éléments fournis par la salariée et suit ainsi la jurisprudence antérieure selon laquelle « en cas de litige relatif à l'existence ou au nombre d'heures de travail accomplies, il appartient au salarié d'étayer sa demande par la production d'éléments suffisamment précis quant aux horaires effectivement réalisés pour permettre à l'employeur de répondre en fournissant ses propres éléments » (Cass, Soc. 24 novembre 2010, n°09-40928).

Par conséquent, il appartient à l’employeur de répondre aux éléments fournis par le salarié par la production d’éléments de nature à justifier les horaires effectivement réalisés par le salarié.

Je suis à votre disposition pour toute action ou information.

Par Me Anthony Bem
Avocat à la Cour

Source

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Anthony BEM

Maître Anthony BEM

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT
  • - Droit des Sociétés - Création Entreprise - Cessation Activité
  • - Droit Commercial
  • - Propriété intellectuelle, web & NTIC
  • - Droit de la Famille - Divorce
  • - Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit Pénal
  • - Droit de la Consommation
  • - Droit des Assurances
  • - Droit Public
  • - Droit Routier, permis de conduire et automobile
  • - Droit International
  • - Droit de la Santé
  • - Droit Bancaire
  • - Droit des Transports
  • - Droit de la presse, image & publicité
  • - Droit de l'Environnement
  • - Droit du Sport
  • - Procédure Judiciaire
  • - Droit de la Protection Sociale

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés