Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit du Travail Salarié » Maladie & Santé au Travail » Médecine du travail et santé au travail » Actualités

Brève Médecine du travail et santé au travail

Suicides et mauvaise organisation du travail à La Poste

Par - Modifié le 12-03-2012

Le 29 février dernier, un jeune cadre supérieur de La Poste, âgé de 28 ans, s’est suicidé. En 2011, une salariée de 52 ans, de retour d’un congé pour longue maladie, s’était également suicidée. Le Comité d’hygiène, de santé, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) avait alors commandé une expertise sur les liens entre travail et santé. Ce rapport critique la politique de ressources humaines mise en place à La Poste et certaines conditions de travail.
 

La Poste a connu d’importantes mutations organisationnelles depuis quinze ans dont les conséquences ne sont pas assez prises en compte, selon ce rapport. Egalement, les problèmes de travail au quotidien énoncés par les agents et cadres ne sont pas écoutés.
 

Les conditions de travail se sont détériorées au cours des réorganisations et les tâches sont à présent minutées et découpées selon leur rentabilité. Un agent ne s’occupe plus d’un dossier entièrement, ce qui donne l’impression aux agents que leur travail a moins de sens. Certains cadres perçoivent cela comme une incitation à surveiller le rendement de chaque agent.
 

Mais La Poste estime être très impliquée en matière de santé au travail et indique qu’en 2011, les salariés étaient moins absents pour maladie et les accidents du travail étaient moins fréquents et moins graves.
 

Avez-vous déjà été confrontée à des problèmes de santé au travail tels que ceux rencontrés au sein de La Poste ?

Source : Le Monde, le 6 mars 2012

Notre dossier

Vous avez besoin d'un conseil d'avocat pour Médecine du travail et santé au travail ?

3 avocats vous proposent, sous 48h, un RDV en cabinet

Envoyer votre demande

Vos Réactions

  • Mutualiste - Membre Le 13-03-2012 à 18:32

    Un salarié de la CGT poursuit la CGT

    Ouest-France samedi 10 octobre 2009

     

     

    Mardi le conseil des prud'hommes de Coutances étudiera une affaire peu ordinaire où le patron estla CGT…….

     

    « S'il s'agissait d'un patron ordinaire, il aurait une trentaine de drapeaux CGT et 200 personnes devant son entreprise. »

     

    Mais le patron de Serge CRIMET se nomme......... CGT. Mardi prochain, les deux parties s'affronteront devant le conseil de Prud'hommes de Coutances.

     

     « C'est bien dommage pour notre image, concède le secrétaire fédéral Stéphane FUSTEC, mais on ne pouvait plus tolérer les problèmes de fonctionnement et le manque de transparence de ce salarié. Il n'y avait pas d'autres solutions que cette décision disciplinaire. »

     

    La CGTreproche à son salarié de ne pas avoir justifié certains frais. Lorsque Serge CRIMET reprend son travail après avoir été arrêté pour dépression, la serrure de son bureau à Coutances a été changée. Le permanent n'a pas reçu de lettre de licenciement. S'agissant d'un salarié protégé, il fallait l'autorisation de l'inspection du travail. Les choses traînent et le salarié, qui s'estime victime de « harcèlement moral ». « Je suis écoeuré. Je n'ai plus confiance », poursuit son employeur.

     

    Syndicaliste CGT depuis 16 ans, Serge CRIMET travaillait pour la fédération du commerce et services dela CGT, chargé des relations extérieures au niveau national. Il y a trois ans avec Youri TINARD, trésorier de l'union locale CGT de Coutances, il crée le syndicat départemental pour les assistantes maternelles et les aides ménagères, dissous depuis.

    Jusqu'à hier, Youri TINARD attendait « un arrangement avec la fédération ». « La CGTse conduit comme un patron voyou et impose une loi du silence dans le but de faire disparaître l'union locale de Coutances trop dissidente. » Mardi, tandis que l'avocat de la fédération demandera un renvoi de l'affaire, Youri TINARD déchirera sa carte dela CGT.

     

    Céline GUITTON.  Ouest-France

    L'affaire sera jugée à la Cour d'Appel de CAEN  (Basse-Normandie) le 22 mars 2012 à 8 h 45
    Et je soutiens tous ceux qui sont victimes d'agissements de la sorte.
    Bon Courage
  • kafmalbar - Visiteur Le 15-03-2012 à 01:43

    Bravo la CGT !!!  en arriver la ce nest pas etonnant de la part de ce syndicat.

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.

Publicité



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés