Lorsqu'une provision a été constituée comptablement, elle ne doit pas être réintégrée extra-comptablement pour la détermination du résultat fiscal si les conditions de l'article 39, 1-5°du Code Général des Impôts sont remplies. Dans le cadre d'un contrôle, l'administration fiscale conteste la déduction extra-comptable de la reprise de provision en considérant que sa dotation initiale n'aurait pas dû être réintégrée extra-comptablement, la dotation initiale remplissant les conditions de l'article 39, 1-5° du CGI. Telle est la décision de la formation plénière du Conseil d'Etat en date du 23 décembre 2013 (Arrêt n°346018 "Min./SAS Foncière du Rond-Point").

Une SCI avait constaté la baisse de la valeur d'un immeuble et avait comptabilisé à ce titre une dépréciation comptable. La SCI avait réintégré extra-comptablement cette provision alors même qu'elle remplissait toutes les conditions prévues à l'article 39,1-5° du CGI. Lors de la vente de l'immeuble, la provision a été reprise comptablement et cette reprise a été déduite extra-comptablement, compte tenu que la dotation initiale avait été réintégrée extra-comptablement.

Cette affaire soulevait en effet la question de savoir si une société qui avait réintégré extra-comptablement une provision remplissant les conditions du 39, 1-5° du CGI  pouvait déduire extra-comptablement sa reprise.

Les juges du Conseil d'Etat ont considéré que :

" pour décharger, par l'arrêt attaqué, la société Foncière du Rond-Point des cotisations supplémentaires d'impôt sur les sociétés et de contribution additionnelle à cet impôt résultant de ce redressement, la cour administrative d'appel de Paris a jugé que la société Saint-Augustin pouvait, en l'absence de toute justification, décider de ne pas déduire, pour la détermination de son résultat fiscal, la provision constituée dans ses comptes en 1996 ; qu'il résulte de ce qui a été dit plus haut que la cour a, ce faisant, commis une erreur de droit ; que, par suite, l'arrêt attaqué doit, pour ce motif et sans qu'il soit besoin d'examiner l'autre moyen du pourvoi - lequel est au demeurant inopérant - être annulé."

Une provision constituée ne peut pas être réintégrée extra-comptablement pour la détermination du résultat fiscal si elle remplit les conditions de l'article 39,1-5° du Code Générale des Impôts.

Il n'existe donc pas de liberté fiscale, les dispositions de l'article 39, 1-5° du CGI sont donc impératives. Lors de sa reprise, la déduction extra-comptable n'est pas permise ce qui entraine une taxation lorsque la provision a été constituée lors d'un exercice prescrit.

Cette décision s'inscrit dans une tendance de la jurisprudence consistant à rechercher la convergence entre les règles de comptabilité et les règles de fiscalité dans la logique de l'article 38 quater de l'Annexe III au CGI. 

Plus de news sur le site du Cabinet :

http://www.iea-avocats.fr/ 

Par Chemouli Dalin Stoloff Associés

42 rue Notre-Dame des Champs

75006 Paris