La Cour de Cassation a déjà dit que le cadre autonome ne peut se voir imposer des horaires de travail prédéterminés et donc un planning avec des horaires de présence. (Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 23 janvier 2013, 11-12323, 11-12324, 11-12325, 11-12326, 11-12327, 11-12328, Inédit).

 

Elle confirme cette solution à propos du CADRE DIRIGEANT. (Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 27 mars 2013, 11-26001, Inédit )

 

Elle retient en effet que, ne pouvait pas avoir le statut de CADRE DIRIGEANT, un salarié dont le contrat de travail prévoyait :

- qu'il ne pourrait refuser d'effectuer les heures supplémentaires qui lui seraient demandées

- et que son horaire de travail était celui en vigueur dans l'entreprise. (Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 27 mars 2013, n°11-26001, Inédit ; Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 27 mars 2013, n°11-20721, Inédit , Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 27 mars 2013, n°11-19734, Publié au bulletin)

 

Ces décisions ont été rendues à propos d'un Directeur Administratif et Financier, d'un Directeur Commercial et d'un Directeur des Ressources Humaines

 

Il faut rappeler que l'article L. 3111-2 du code du travail prévoit que pour avoir la qualité de CADRE DIRIGEANT, le salarié doit avoir des responsabilités dont l'importance implique une grande indépendance dans l'organisation de son emploi du temps,

 

La décision de la Cour de Cassation n'est donc pas très suprenante et conforme aux dispositions légales.

 

Par Me Vercheyre Grard

83 avenue FOCH
75116 Paris
Tél 0144051996
Source