Elles ne semblent pas passionner la masse des avocats et leur organisation continue à heurter le sens commun.

L'existence de deux collèges, l'un ordinal et l'autre général donne à certains le pouvoir de voter deux fois au mépris de la règle "un homme, une voix" et privilégie un collège "d'élus" ou "d'anciens élus" sur le commun des avocats.

Les "élites" ont passé un temps considérable à réfléchir sur la gouvernance des avocats et aucune modification n'a été proposée à ce système inégalitaire.

Je le regrette sincèrement et le déplore mais je n'entends pas personnellement intervenir dans ce processus.

Dépôt des candidatures individuelles pour le collège ordinal

Les candidatures individuelles pour le collège ordinal, pour la circonscription nationale comme pour celle de Paris, doivent être adressées par lettre recommandée avec avis de réception, le cachet de la poste faisant foi, ou remises au siège du CNB contre récépissé au plus tard le 30 septembre 2014.

Sont éligibles par ce collège, au scrutin uninominal majoritaire à un tour, les Bâtonniers, anciens Bâtonniers et membres et anciens membres des conseils de l’Ordre exerçant la profession d’avocat, ainsi que les présidents et membres des anciennes commissions nationale et régionales des conseils juridiques exerçant la profession d’avocat ( D. 27 nov. 1991, art. 22, al. 2).

Ces qualités doivent être précisées à l’appui de chaque candidature.
 
Dépôt des listes pour le collège général

Pour le collège général, les listes de la circonscription nationale et de la circonscription Paris doivent également être adressées par lettre recommandée avec avis de réception, le cachet de la poste faisant foi, ou remises au siège du CNB contre récépissé au plus tard le 30 septembre 2014.

Sont éligibles par ce collège les avocats inscrits au tableau au 1er janvier 2014, année du scrutin ( D. 27 nov. 1991, art. 23, al. 2).. Chaque liste doit comporter un nombre de candidats correspondant au nombre de sièges à pourvoir, avec l’indication des nom et prénom de chaque candidat, le barreau auquel il appartient, la date d’inscription au tableau, le mode d’exercice de la profession et la signature de l’intéressé.

Par Me Giroud